L’incontournable paradigme des représentations partagées dans le traitement de la compétence culturelle en français langue étrangère de Henri Boyer.

 

Henri Boyer est professeur des universités en science du langage à l’Université de Montpellier III, il est le fondateur et directeur des Collections  “Sociolinguistique” et “Langue et Parole. Fonctionnement en sciences du langage”  chez L’Harmattan.

Ses domaines de recherches concernent les représentations sociolinguistique. Il travaille également sur les faits de multilinguisme et de multiculturalisme dans les sociétés hispaniques.

Dès les premières lignes de l’article, Henri Boyer rend hommage à R. Galisson pour son travail stimulant en didactique des langues-cultures. Il situe l’émergence des documents authentiques en classe de FLE comme le point de départ d’une nouvelle réflexion sur les représentations ethno-socioculturelles partagées.

Pour l’auteur, la didactique a limité son intérêt à l’étude de la forme du “stéréotype” en mettant sur la touche ce qui constitue le noyau dur de la compétence culturelle : l’imaginaire collectif ou les représentations partagées.

Un des plus forts arguments avancés est que la compétence culturelle est visible à tous les niveaux du discours (social, médiatique, etc.) tout simplement car la compétence communicative  se constitue en-soi d’un ensemble de représentations partagées dénommées imaginaire ethno-socio-culturel (IESCS). En situation de communication, l’apprenant étranger sera confronté à des attitudes inspirées par ces représentations et qu’il lui faudra déchiffrer et comprendre afin de ne pas s’exclure de l’échange ou de la conversation.

Par conséquent, pour le didacticien en français langue étrangère, répertorier et analyser ces manières de fonctionner sont la clé d’un bon enseignement. il s’agit en outre,  d’aider les apprenants à reconnaitre et identifier la langue culture, à la manipuler et à l’accepter pour devenir des locuteurs interculturels.

Afin de mieux saisir ces intérêts, l’auteur expose, exemples à l’appui plusieurs phénomènes . Il distingue les mots ou expressions à charge culturelle partagée (CCP) résultantes d’une conception du monde commune. Par exemple,  “monter à Paris” sous-entend, l’idée d’un centre (Paris) et d’une périphérie subordonnée.

Il distingue également les énoncés-palimpsestes qui se réfèrent à une connivence entre interlocuteurs sur le plan de l’IESC (imaginaire ethno-socio-culturel). Par exemple,  “Paris vaut bien un prix” se réfère à la phrase historique prononcée par Henry VI “Paris vaut bien une messe”.

L’auteur détaille dans un deuxième temps, les mécanismes de figements (la mythification, l’emblématisassions, etc.) et leur fonctionnement et met en exergue les rapports qui s’instituent entre le discours médiatique et les phénomènes de figement. Pour lui, l’espace institutionnel qu’occupent les médias est incontournables pour le repérage et l’analyse des représentations.

Dans le présent article, la démarche interculturelle dans une classe de langue, doit d’un côté, neutraliser les stéréotypes qui représentent pour l’apprenant un obstacle à dépasser pour accéder véritablement à la culture étrangère, et d’un autre côté, s’ouvrir à une perspective pluridisciplinaire, autrement-dit, sensibiliser les apprenants aux éléments et phénomènes culturels présent à l’intérieur de la langue.

Une fois les objectifs délimités, l’auteur conforte son intérêt pour l’étude du genre médiatique qui est un support pertinent où se niche de fortes représentations communautaires.

Il conclu son article par un schéma où il expose des repères concernant les variations médiatiques sur les représentations partagées.

A travers cet article, j’ai pris conscience qu’aujourd’hui encore, la question d’ – enseignabilité – de la culture reste posée.  La culture est inépuisablement présente dans la langue grâce aux expressions idiomatiques, aux figements, aux rituels de conversations, aux collocations et bien d’autres phénomènes encore.

La symbiose entre la culture et la langue ne fait aucun doute; on ne peut apprendre une langue sans s’imprégner de sa culture. Pour ma part, la maitrise de la langue française provient de tout un environnement culturel qui existe malgré une distance géographique. Les livres, la télévision et l’interaction avec les autres ont constitué un bain linguistique qui tend largement à l’environnement d’un locuteur francophone natif.

Boyer, H.  (2001) L’incontournable paradigme des représentations partagées dans le traitement de la compétence culturelle en français langue étrangère. Études de linguistiques appliquées, n° 123-124, 333-340.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.