Making Culture the Core of the Language Class : Can It Be Done?

L’article intitulé Making Culture the Core of the Language Class : Can It Be Done ? de Gilberte Frustenberg a été publié en 2010 sur le volume 94, numéro 2 du périodique The Modern Language Journal (Furstenberg, 2010 : 329-332).

 

Bien que ce soit un article en anglais, il est quand même plus logique et hiérarchisé que certains articles en français. C’est très intéressant comme article puisqu’il nous éclaire sur la question du rôle de la culture dans l’apprentissage des langues. Et pourtant, on n’arrive pas à parvenir à un consensus concrète, ni une réponse simple, sur le rôle que joue la culture dans une classe de langue et sur la méthodologie précise de la didactisation de la culture en classe. Cela s’explique par plusieurs raisons : en premier lieu, c’est la complexité de la culture qui nous amène dans une situation plus compliquée, on ne peut pas donc diviser la culture en différentes tranches ; ensuite, c’est la polémique très connue : le rapport entre « la culture » et « le langage ».

 

Bien évidemment, la situation s’améliore de jour en jour, surtout dans les dernières années. Et trois témoins ont été constatés dans ce processus : la « capsule culturelle » est en train de disparaître dans des manuels ; en classe, une transformation a lieu sur la notion de la culture, qui s’inscrit plutôt dans le cadre d’un processus dans lequel les apprenants comprennent et savent comment l’interaction et la conduite des gens se forment. Suite au développement fort rapide de la popularisation de l’Internet, la méthode traditionnelle sur l’enseignement de la culture a été renversé, et par contre, à l’aide de l’Internet, notre vision s’est beaucoup élargie. Dès lors, l’apprenant est plus accessible aux cultures de tous les coins du monde en accompagnant de divers supports (vidéo, audio, images, etc.) à disposition. Mais le seul inconvénient reste toujours, c’est que comment intégrer, incorporer la culture dans la classe de langue et que quelle culture on enseigne persistent toujours.

 

Certes, on ne peut pas nier le fait que la mondialisation, depuis une dizaine d’années, permet aux gens issus de différents contextes culturels de travailler et de s’interagir avtivement. Ainsi, cette tendance implique plus de capacités, non seulement celle linguistique, et l’enseignant doit mettre en évidence le rôle que joue la culture dans la classe de langue et développer la compétence communicative interculturelle. Le rapport édité en mai 2007 par Modern Language Association (MLA) a accentué l’importance du développement de la compétence transculturelle et translinguistique et la nécessité de comprendre d’autres langues et cultures dans l’enseignement des langues.

 

La théorie a tout le temps un écart avec la pratique réelle. Tout le monde sait l’importance de la compétence translinguistique et transculturelle, mais une méthode précise pour développer cette compétence chez les apprenants. Furstenberg et ses deux collègues ont initié, au Massachusetts Institute of Technology (MIT) en 1997, un projet intitulé « cultura » qui vise à entraîner la compétence de la compréhension transculturelle des apprenants. Le projet « cultura » est dédié aux élèves qui apprennent le français et ils sont au niveau intermédiaire du français. Le projet se déroule en deux continents : une groupe d’apprenants est celui qui apprend le français au MIT ; l’autre est celui dans une institution scolaire française. Deux enseignants se sont engagés dans ce projet, l’un à MIT et l’autre en France. Ce cours se fait à distance, et à travers un site Web, qui permet aux apprenants d’y accéder et d’échanger leur point de vue sur des supports numériques textuels et visuels de la culture respective interactivement. En bien analysant ces textes collectivement, les apprenants ont obtenu une meilleure connaissance sur leur propre culture. Pendant les échanges conversationnels dans un forum du site Web, ils communiquent et échangent leurs opinions personnelles sur de diverses tâches que les deux enseignants leur ont confiées. En attendant, les élèves discutent non seulement les textes donnés, mais aussi l’origine et l’étymologie des notions qui les semblent fondamentales en accomplissant les tâches. Ce processus ne se limite pas au travail qu’ils doivent faire, mais s’élargit aux valeurs sous-jacentes innées dans leur propre culture, mais aussi dans celle de leurs tandems.

 

Bien que cette tentative soit un grand succès, cette sorte de cours reste toujours rare, surtout dans la classe de langue élémentaire. Et cependant, il y a une croissance sur les projets télé-collaboratifs, qui est tout de même encourageant. Et cette expérience réussie amène l’auteur à un retour sur la place de la culture dans une classe de langue. A partir de son expérience, il est convaincu qu’il est tout à fait possible de faire de la compréhension interculturelle le noyau en classe et que la place de la nouvelle technologie doit être fortement soulignée. La position de l’enseignant a d’ores et déjà changé aussi. L’enseignant ne sera plus le détendeur du savoir, alors que l’apprenant aura une fonction plus importante dans la classe. De plus, cette approche renverse l’équation précédente entre la langue et la culture, et désormais on se demande : « quel est le rôle de la langue dans un cours basé sur la culture ? » La réponse est très évidente. En échangeant les avis, les apprenants pratiquent la langue « native », ou celle du pays où ils vivent, qui fourni une opportunité égale à tous de bien articuler leurs idées. Finalement, on repose sur la question de la faisabilité de cette tentative. Elle propose au moins une possibilité d’apprendre la culture en classe de sorte qu’on ne la fragmente pas et qu’on l’enseigne par contre linéairement.

 

A mon avis, l’essai que Frustenberg effectué est très intéressant et je l’aime beaucoup, quoiqu’il soit un peu court. Il y a deux raisons qui m’impressionnent le plus. Tout d’abord, c’est la tentative que réalisait Frustenberg est un grand succès en essayant de répondre aux questions très souvent posées : « comment on enseigne la culture ? » et « quelle langue enseigne-t-on ? » En recourant à la nouvelle technologie, il est parvenu à établir un lien entre les étudiants des côtes atlantiques et à leur faire communiquer, échanger leur point de vue sur la question de la culture. Heureusement, grâce à l’aide de multiples côtés, il avait un très bon professeur en France en tant que soutien pédagogique, numérique et culturel si bien que le cours « cultura » s’est bien achevé.

 

Deuxièmement, c’est une petite réflexion sur l’apprentissage de la culture à travers les expressions idiomatiques. Quand j’apprenais le français dans une université chinoise, j’avais tendance à oublier souvent les expressions idiomatiques car elles sont extraites et les significations sont parfois trop éloignées du chinois. Un grand écart se pose donc devant les expressions. Kellerman (1979) montre que dans la langue maternelle de l’apprenant, la perception intuitive du degré de spécificité des éléments de sa langue maternelle intervient dans la conduite de transfert. Selon lui, il y a une zone marquée et une zone neutre dans la langue maternelle de l’apprenant, et c’est souvent la zone neutre qui donne lieu aux éventuelles activités de transfert en langue cible. Et les expressions idiomatiques se trouvent dans la zone marquée puisqu’elles sont perçues comme spécifiques ou propres à la langue source. Ainsi, l’apprentissage des expressions idiomatiques sont relativement difficile parce que l’apprenant les juges intransférables subjectivement, et, par conséquent, il refuse cette démarche. La découverte de Kellerman ressortirait plus ou moins la difficulté d’apprendre certains aspects d’une langue. Et ce n’est pas étonnant que les expressions idiomatiques sont une zone dure pour l’apprenant[1].

Pour conclure, la culture d’une langue étrangère ne peut pas s’apprendre sans contacter les gens de la culture cible, sans toucher les éléments culturels de la langue cible, et parfois, sans comparer les similarités et différences entre celle de source et de cible. En apprenant une culture étrangère, on doit recourir à la langue étrangère, composante indispensable d’une culture, pour mieux comprendre sa valeur innée et ses riches connotations. Et ce processus nous apportera la compétence interculturelles et transculturelles, et nous amène, en revanche, à une réflexion critique sur notre culture cible.

[1] KELLERMAN, E. (1979), « La difficulté, une notion difficile », Encrages, numéro spécial de linguistique appliquée, Université de Paris VIII, 16-21.

[2] Furstenberg, G. (2010). Making culture the core of the language class: Can it be done?. The Modern Language Journal94(2), 329-332.


Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *