Le mémoire de mes mémoires dans les mémoires

 

 

 

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

La recherche est un monde dans lequel nous entrons pour vivre une expérience de partage et de création avec tous et pour tous.  Le mémoire se crée au gré de nos écrits, de nos expériences et de nos réflexions.

ecrire-pour-soi

Mais pour qui devons-nous écrire ?

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

J’écris pour faire avancer ma recherche pour nourrir mon travail et pour laisser une trace indélébile dans l’histoire.

Un “petit” mémoire de 100 pages, pour nourrir et recréer le monde, ce monde dans lequel nous sommes les nouveaux chercheurs.

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

Dois-je donner mon avis dans mon mémoire?

Le mémoire est bon quand le chercheur y apporte sa touche personnelle, quand le chercheur écrit pour soi, et quand le lecteur ressent la présence du scripteur. Lire pour découvrir le chercheur qui s’y cache, mais aussi pour revoir d’autres horizons jamais exploités, pour découvrir de nouvelles visions sur le monde actuel, pour faire un pas vers l’avant.

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

Écrire pour soi, mais écrire pour les autres.

Une relation de recherche, un tableau de partage, une année d’exploration pour un mémoire d’exception !

Tasnim Djafri

Etudiante en master 2 didactique des langues à Paris 3 Spécialité 1 Parcours recherche

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.