Compte-rendu du colloque d’Autodidaxie

Ce compte-rendu est tiré de la participation de deux intervenants. Un étudiant, fondateur de la Frithe M. Camille Sirota et une professeure d’orientation pédagogique, Maud Perez-Simon à la Sorbonne Nouvelle.

Intervenant 1.

La participation de Camille Sirota, jeune homme  étudiant qui a commencé son parcours professionnel, un  parcours de coopération suivi d’un programme d’accompagnement, à la chambre de commerce de Paris, nous invite à nous interroger sur l’expérience en tant qu’étudiant. « S’interroger, mettre en œuvre ses propres capacités dans une entreprise, est un moment extrêmement questionnant dans la vie d’un étudiant ». Le parcours change de place «  On se sent habitué à un salaire  qu’on peut retrouver dans une entreprise. Moi,  je me sentais du côté de l’université, parce que j’ai accédé à des compétences, à des savoirs grâce à cet enseignement entre autres et aussi grâce aux expériences auxquelles j’ai participé »

Pour lui, l’autodidaxie lui  paraît très étrange « la plupart en parle et vit cela », parce qu’il n’est pas accompagné d’un tuteur ou d’un enseignant et heureusement on peut apprendre aussi de choses nouvelles par nous-mêmes. Il revient à la question  que cela posse dans les universités. La méthodologie d’apprentissages. Lorsqu’il parle du cours magistral, il avoue avoir une très forte prétention du cours magistral ainsi. Pour lui ce qui est appelé magistral et qui ne l’est pas, c’est assez pénible. Les apprentissages que les uns et les autres peuvent faire de ce que c’est les différentes formes d’apprentissage vont montrer que les apprentissages qui permettent de vivre ces appropriations sont les apprentissages qui mettent en jeu les expérimentations. Il est persuadé que les questionnements qu’on se fait de l’autodidaxie, apporte des questions de l’appropriation par l’expérimentation. Dans ce monde moderne où tout va vite, que ce soit dans une entreprise ou dans un autre endroit se mettent en question plusieurs facteurs qui vont être sans cesse repris dans l’environnement externe et interne (nos goûts, nos expériences professionnelles ou non professionnelles). Il ajoute qu’en travaillant dans une entreprise on est confronté et obligé  à agir sur les pratiques, les regards, les analyses et pas sur les activités professionnelles et personnelles qu’on aimerait pouvoir faire. Il trouve trop faible la relation pratique/recherche. Le regard de la vie qu’il met en question à la recherche, est de plus très intéressant. L’université et les praticiens sont attirés l’un de l’autre, c’est une relation trop lacunaire.

Il sent extrapoler un peu, quand il affirme que dans l’autodidaxie, c’est-à-dire  dans l’autoformation et même dans l’expérimentation par l’appropriation, peuvent  y avoir spontanément des aspects, des dynamiques et des méthodes participatives. Dans ce sens lorsqu’il  parlait de l’apprentissage par la pratique, il affirme que quand on  est des participants au travail par les pratiques de la théorie, le travail devient réel. Si on maîtrise bien sa matière, si on  maitrise bien l’élocution, ce qui en reste à moyen terme ou à long terme, c’est bien ce qui s’est passé par le cœur, ce qui s’est passé par l’activité directe et personnelle. Il est très interrogatif du coup  paradoxal par rapport à cette question de la valorisation de l’expérience des étudiants « En effet lorsqu’on s’engage dans une action associative on le fait par désir personnel, je suis convaincu que toutes nos actions n’ont pas l’occasion d’être ». Il pense qu’être membre d’une association est de libre choix « je ne veux pas avoir des directions et je ne vais pas attendre être payé par quelque chose que je  vais faire volontairement ». Il conclue en disant qu’il faut rendre utilitaires les actions associatives.

Intervenant 2

Quant à la participation de la professeure de Sorbonne Nouvelle Paris 3, Maud Perez-Simon qui a pris immédiatement la parole. Elle fait son introduction en déclarant que c’est le Ministère qui a demandé de mettre en place la valorisation du bénévolat dans les universités et que chaque université a accepté de mettre en place, avec une certaine liberté, cette directive. Un cours d’orientation pédagogique à la Sorbonne nouvelle enseigné par cette dame pendant trois ans proposait aux étudiants de valoriser une expérience de bénévolat en association. Ils devaient dédier 12 heures par semaine pendant tout semestre (accompagnement scolaire, régis pour le théâtre,  sport, faire des comptes, des statistiques, etc.). L’enseignement universitaire durait 12 heures. Le but était  de laisser le temps suffisant  pour faire du bénévolat aux étudiants. En ce qui concerne l’autodidactie accompagnée, l’enseignant aide l’étudiant à avoir un retour réflexif sur les compétences acquises pendant cette expérience. Il s’agit donc d’inciter à l’autodidaxie  par l’autonomisation de l’étudiant dans un contexte extérieur, donc l’autonomisation dans un contexte extérieur en accompagnant le retour de cette expérience.

Cela donnait :

  1. L’Immersion de l’étudiant dans un monde associatif qui lui permettrait de réfléchir entre l’acquisition de  compétences et l’autodidaxie.
  2. Autodidaxie rendait capable l’étudiant.
  3. Autonomisation en contexte extérieur.

Ce qui représentait trois  étapes d’acquisition d’expériences en fonction de la formation universitaire mettant en œuvre l’autodidaxie d’expérimentation extérieur.

Compétences spécialisées qu’on acquière dans la formation universitaire. (Être capable d’enseigner le francais langue étrangère à  des étrangers pour les enseignants de FLE)

  1. Se mettre en place dans des contextes associatifs.
  2. L’autodidaxie consiste à mettre en place dans un nouveau contexte, des méthodes reçues sur un plan théorique.
  3. L’autodidaxie réside dans le choix de la mise en pratique des savoirs acquis.
  4. Repenser ses propres méthodes.
  5. Réévaluer l’enseignement à l’ordre de la pratique.
  6. Mettre en place des dispositifs pédagogiques adaptés à chaque situation. Comme  première forme d’autodidaxie assez importante.

De l’autodidacte à l’autodidaxie à l’ère du numérique- approche intérdisciplinaire des apprentissages autonomes au 21e siècle.

Organisé par Olivier Lumbroso et Francois Vanoosthuyse.

Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts


Une réflexion sur « Compte-rendu du colloque d’Autodidaxie »

  1. Céspedes, merci de ton compte-rendu si intéressant !

    C’est vrai, l’apprentissage d’une langue étrangère ne se fait pas seulement dans une classe, à mon avis. Ainsi l’apprentissage en autonomie signifie plus pour la réussite de n’importe quel apprentissage. A nos jours, avec le rapide développement de l’Internet, l’apprentissage d’une langue étrangère peut se passer n’importe où avec la seule condition qui est l’accessibilité de WIFI. Mais je me pose toujours cette question : est-ce qu’on peut apprendre vraiment une langue étrangère à travers Internet ? Si oui, nous allons perdre notre job éventuellement ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.