Les défis rencontrés vis-à-vis d’une classe hétérogène

Il s’agit d’une expérience de mon stage dans la Cimade pendant trois mois comme une observatrice de classe

Dans cette classe hétérogène, j’ai trouvé que le défit primordial résidais dans l’accès à la communication pour les apprenants et à la fois pour l’enseignante. Sachant que la plupart des apprenants dans ce groupe comprennent plus ou moins l’anglais, l’enseignant l’ai pris comme une langue intermédiaire me permettant de me faire comprendre par eux.

Cependant, le recours à une langue intermédiaire ne reste pas un très bon outil puisque le niveau de certains apprenants est aussi faible que celui du français. D’ailleurs, l’apprenant turc ne parle que sa langue maternelle. Dans ce cas, l’enseignant trouve obligée de chercher un autre outil comme l’image et les gestes pour expliquer les contenus.

En plus de l’obstacle à l’accès à la communication, le maintient d’une progression linéaire constitue aussi une difficulté. L’hétérogénéité de leurs niveaux de français et stratégies d’apprentissage oblige l’enseignant de considérer les pré-acquis des apprenants et leurs habitudes d’apprentissage, afin que chaque apprenant puisse aller plus loin que possible en développant ses potentialités. Il s’agit ici d’une différenciation pédagogique qui « est une démarche qui cherche à mettre en oeuvre un ensemble diversifié de moyens, de procedures d’enseignement et d’apprentissage, afin de permettre à des élèves d’âges, d’aptitudes, de comportements, de savoir-faire hétérogènes mais regroupés dans une même division, d’atteindre, par des voies différentes, des objectifs communs, ou en partie communs. »[1]

La différentiation pédagogique permet au enseignant d’adapter les méthodologies de l’enseignement aux hétérogénéités des apprenants. Par exemple, pour la femme soudanaise, qui est timide et qui est du type sérialisant, l’enseignant lui pose souvent des questions directement pour la faire parler; au contraire, pour les quatre garçons bangladeshis qui sont dynamiques et qui sont du type globalisant, ils parlent beaucoup pendant les cours même si l’enseignant ne leur pose pas de question. D’ailleurs, je trouve que les entraides entre les apprenants sont aussi utiles. Chacun a ses qualités et ses lacunes, cette entraide bénéficie à tous.

De plus, sachant que ces cours ont pour objectif l’amélioration phonétique, les apprenants sont quelquefois ennuyés lors de l’action de phonation. A ce moment-là, l’enseignant les laisse écouter les chansons françaises, à partir desquelles ils se familiarisent à leur insu avec la phonétique petit-à-petit.

[1] Cité par Viviane de Landsheere, L’éducation et la formation, Paris, PUF, 1992, p. 159.


Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

2 réflexions sur « Les défis rencontrés vis-à-vis d’une classe hétérogène »

  1. L’hétérogénéité en classe de langue.. Toutes les évaluations du monde ne viendront pas à bout des difficultés que cela va engendrer pour l’enseignant. Le CERCL & co, classifient les apprenants dans des classes selon leur niveau, qui repose sur une moyenne des différentes compétences langagières, qui sont prises comme un tout et non pas une par une. Ajoutons à cela les différences culturelles, comportementales ou même la motivation, qui feront qu’une personne X ne s’exprimera à l’oral que si elle est obligée mais sera demandeuse de travaux écrits.
    L’enseignant est libre d’utiliser les différentes stratégies de son choix pour y remédier. Concernant l’utilisation d’une langue intermédiaire pour arriver à la langue cible, je suis partagée. Mes professeurs d’allemand étaient français, et avaient souvent recours au francais, mais ma maîtrise de l’allemand a toujours été problématique pour ne pas dire catastrophique..

  2. Actuellement je fais un bénévolat pour la Cimade en tant qu’enseignante de FLE. Et je ne cache pas que avant de commencer j’étais un peu dans les nuages m’imaginant que je suis la Super Woman qui va apprendre le français à ces gens là par le biais de mon « excellent » anglais. Les difficultés sont nombreuses…Déjà comme t’as dit l’accès au sens pour l’apprenant mais aussi pour l’enseignant. En plus leur situation sociale instable rend les choses encore plus difficiles. Au début j’étais quand même découragée mais là je me suis posée de nouveaux défis pour faire face à cette hétérogénéité et cette perplexité de ce genre de public.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.