Parcours de l’interculturalité de Louis Porcher

Cet article de Porcher fait l’objet d’une rencontre des services d’action éducative tenue, le 18 Séptembre 2004 et s’intitule Les nouveaux visages de l’interculturalité.

Travaillant depuis plus de trente ans sur ce problème, l’auteur tente dans un premier temps d’éclaircir la pierre angulaire de cette notion et les entraves qui se dégagent lorsqu’on l’aborde. Ainsi, il mentionne l’écart qui s’est creusé depuis les années 70 jusqu’à aujourd’hui où le terme interculrurel s’est propagé.

De prime abord L.Porcher procède à certaines clarifications d’ordre conceptuel. Il oppose « interculturel » à « multiculturel » en mettant l’accent sur le préfixe ‘inter’ qui suppose un échange, un enrichissement mutuel entre deux entités culturelles au moins et qui s’inscrit dans une dynamique d’échange. Il rajoute que la tendance de l’ouverture à l’international dans les milieux éducatifs, anthropologiques et sociologues est s’est déjà mise en place par  le biais des voyages ou la télévision. En revanche, elle n’est pas à confondre avec l’interculturel qui, lui, concerne notre identité propre définie par nos héritages et aspirations.

par ailleurs, qu’elle soit sociale, individuelle ou groupale, l’identité culturelle ne peut échapper au métissage. À ce titre l’auteur retient quatre principaux concepts Bakhtinien.  Fondateur du dialoguiste, Bakhtine estime que tout être est un être de dialogue, que tout monologue est un dialogue et que nous fonctionnons comme des répondants même si nous sommes aussi des énonciateurs. Il s’ensuit que la langue est en nous immémoriale. Comme elle existait avant nous, elle existera après nous. Cette immémorialité montre que l’interculturel est aussi une donnée historique et si l’on se passe de l’histoire on ne peut parler d’avenir. En effet, l’histoire fait partie de l’héritage collectif et de la réalité dans laquelle nous sommes inscrits. Cette composante verticale de l’interculturel est à retenir.

En outre, selon Bakhtine, être ‘anti’ quelque chose n’équivaut pas à être « contre »elle. Car si la première rejette complètement l’autre la deuxième vise à l’intégrer dans sa propre réflexion et prétend la dépasser. Ainsi, l’interculturel n’est pas un consensus mou mais la clarification des oppositions et donc la définition stricte des identités.

Par ailleurs, l’historien qualifie toute existence de “ carnavalesque ” trouvant dans le ‘carnaval’ ce moment précis où les normes se radient, se bouleversent et finissent en désordre.  En outre, s’il semble que le “ carnavalesque ” soit le lieu de l’exception mais aussi le lieu de l’essence, mettant ainsi l’interculturel au centre des transgressions possibles et c’est la diversité qui est le lieu du changement.

Par ailleurs l’auteur rappelle que certains malentendus peuvent être d’ordre culturel. À titre d’exemple le cas des physiciens allemands et des physiciens français qui avait du mal à travailler ensemble car leur savoir dépendait de deux philosophes antagonistes. Il en est de même pour Hall qui montre que les manières de travailler divergent entre le nord et les sud. Au final si celles-ci divergent, le résultat est le même et c’est lui qui importe. Or si les deux seront amenés à travailler ensemble, l’efficacité sera dur à garantir. La seule solution serait la connaissance de l’autre et son respect.

Mais que l’on soit soi-même un autre, voilà ce qui est compliqué et difficile à percevoir. L’ancrage personnel ne varie pas vers l’altérité. Donc, le point central de l’interculturel est, selon l’auteur, la décentration, c’est-à-dire la capacité à garder sa centration et comprendre la centration de l’autre.

Dans l’équilibre entre l’intersubjectivité et la tendance à transformer autrui en chose se joue l’enjeu de l’interculturel.. Tout le monde se trouve touché car tout le monde cherche à transformer l’autre en chose tout en ayant besoin de l’autre pour exister comme sujet.

Trois obstacles fondamentaux de l’interculturel

  1. L’inconscience que nous avons à contrôler notre ethnocentrisme.
  2. Le sociocentrisme qui pousse à considérer que les autres sont comme nous.
  3. Toute appartenance générationnelle a sa culture spécifique.

En effet, il n’est pas évident qu’un enseignant ait un contact spontané, les mêmes réflexes culturels, ni les mêmes capitaux culturels, ni enfin les mêmes valeurs culturelles d’un adolescent.

Enfin, à l’heure où la mondialisation se généralise, les frontières géographiques deviennent quasiment virtuelles. Mais une autre frontière persiste, plus subtile et plus fondamentale, parfois ignorée ou négligée : celle de la diversité culturelle.

Ces différences culturelles peuvent être source de tensions et  constituer une entrave majeure au fonctionnement du groupe, voire une cause d’échec. Mais elles peuvent aussi être facteurs d’épanouissement des individus et de performances dans leurs domaines. En effet, le résultat dépend de la manière dont on gère les différences culturelles. Il s’agit de trouver le bon équilibre sans chercher à ce qu’il y ait une supériorité d’un groupe car le fondement de l’interculturel réside dans l’égalité des dignités.

En outre, l’auteur s’avoue bouleversé d’avoir entendu Claude Levi-Strauss dire qu’il était atterré de voir que non seulement nous n’allions pas vers la diversité des cultures mais qu’on allait au contraire vers une monoculture planétaire. Qu’on allait donc vers l’immobilité et la mort. En voyant le film Le chameau qui pleurait, j’ai aussi été bouleversé de voir la société traditionnelle mongole se dissoudre par l’invasion technologique : les motos qui remplacent le chameau, la télé qui remplace tout.

Enfin il conclu tristement que la culture traditionnelle ne résiste que très difficilement devant l’invasion de la technologie et que la seule façon de résister contre cette tendance, c’est peut-être de développer une fidélité attentive à certaines valeurs.

Actes du colloque CHEMINS D’ACCÈS. Les nouveaux visages de l’interculturalité,18 novembre 2004.Parcours de l’interculturalité de Louis Porcher.

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook


5 réflexions sur « Parcours de l’interculturalité de Louis Porcher »

  1. J’ai pris beaucoup de plaisir à lire ton article Khouloud Sihamdi. Les informations que tu fournis à propos du concept de l’interculturalité sont très importantes de tous les côtés. De même pour les illustrations que tu en rajoutes.
    Effectivement lorsque l’on lit Claude Lévi-Strauss, on remarque sa passion pour l’étude du passé des populations exotiques ( je pense notamment à son voyage au Brésil). Toutefois, les ouvrages que j’ai lus de Lévi-Strauss entre autres tristes tropiques et la pensée sauvage ne me permettent pas de me prononcer sur la manière dont ce savant conçoit l’interculturalité. A mon avis, il traite de l’anthropologie des populations sans évoquer la question de l’interculturalité.
    Pour ce qui est du point de vue que je porte à l’égard de cette notion, je peux dire que en didactique du FLE, l’interculturalité peut aboutir à des résultats surprenants. En effet, le fait de l’adapter comme approche d’apprentissage en classe peut aider les apprenants à apprendre le français en tant que système linguistique d’abord. En se mettant ensemble et en racontant leurs expériences les apprenants amélioreront leur langue et leur répertoire culturel.
    Pour plus d’information sur cette notion, je recommande tous mes camarades de consulter les livres de Martine Abdallah-Pretceille.
    Merci à Monsieur Martin pour les sources qu’il a mis dans le commentaire sur ce texte.

  2. Exclament Olga. La première chose qui m’était venue à l’esprit en lisant cet article était  » Benvenuti al sud ». Je pense que c’est un parfait exemple pour illustrer l’ethnocentrisme qui se trouve répandu partout dans le monde.
    Evidemment Olga, je pars du principe qu’il faut toujours se positionner au juste milieu. De plus je crois qu’aucune nation ne serait prête à abandonner ses traditions malgré le degrés de son avancement. Même si les voitures ont remplacé les chameaux, il ne faut pas oublier que monter un chameau est devenu un luxe aujourd’hui.

  3. Merci monsieur pour ces sources qui me permettront de lire davantage sur ce didacticien et sociologue que je citerai surement dans ma bibliographie de mémoire.

  4. Ton compte rendu m’a rappelé le film français « Bienvenue chez les ch’tis » et le film italien (inspiré du dernier) » Benvenuti al Sud ». La preuve de notre ethnocentrisme dans un même pays et nos stéréotypes. Aussi l’interculturalité y est abordée car il s’agit de quelques différences entre Nord et Sud. En ce qui concerne Lévi-Strauss c’était un savant très nostalgique du passé et il se sentait comme si il était née dans le mauvais siècle. Il a étudié quelques tribus primitives et leur innocence et ignorance total du matérialisme l’avaient enthousiasmé. Je ne m’oppose pas totalement à lui mais je crois que tant que chacun parle sa langue, tant que dans le monde les gens parlent « leurs » langues l’interculturalité existera parce que le culturel existe dans chaque langue! Rappelons- nous le plurilinguisme est la norme et le monolinguisme l’exception!

  5. La communication de Louis Porcher est issue du colloque de la BNF dont le programme complet est ici : http://classes.bnf.fr/rendezvous/actes/2/programme.pdf
    Les résumés des interventions sont ici: http://classes.bnf.fr/rendezvous/pdf/chemins-2.pdf
    Mais je pense qu’il faudrait aller aux livres de Louis Porcher :
    – L’interculturalisme et la formation des enseignants en Europe, Conseil de l’Europe Strasbourg, 1981.
    -(avec Martine Abdallah-Preitceille) Éducation et communication interculturelle. PUF – L’Éducateur, 1996.
    ou à son blog qui s’est arrêté malheureusement à sa mort : http://www.asdifle.com/blog/6
    repris ici : Sur le bout de la langue – La didactique en blog, CLE International, 2014.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.