Communication de DILTEC – Enseignement et évaluation…

En lisant les communications de DILTEC « Langages, Cultures, Sociétés : Interrogations didactiques 20-21-22 Juin 2012 », j’en ai trouvé une dont le titre est « Enseignement et évaluation de la prononciation de l’anglais et du français langues étrangères. » Le titre a attiré mon attention et je me suis mis à lire en me posant sans cesse ces questions « Peut-on vraiment évaluer la prononciation d’un élève dans une langue étrangère ? Quelle est la bonne prononciation ? La bonne prononciation existe-elle ?

Dans le dernier paragraphe de la communication, on voit apparaître les phrases suivantes : « (…) cette écoute permettra de concrétiser les compétences phonétiques en début et en fin de formation puis de fournir au professeur de langues des pistes d’enseignement qui permettront un réajustement des types de contenu et d’évaluation. »

Je ne peux pas m’empêcher de poser des questions sur ce contenu. Peut-on vraiment concrétiser la « compétence » phonétique d’un apprenant ? A supposer qu’on ait concrétisé la « compétence » phonétique de l’apprenant, peut-on vraiment évaluer cette compétence ? Evalue-t-on la compétence ou la performance phonétique ?

En ce qui concerne l’évaluation des performances, selon CECRL « l’évaluation se fait par l’attribution de notes ou la prise de décisions effectuées à la suite de l’examen qui a lieu à une date donnée. On ne se préoccupe pas de ce qui s’est passé auparavant ; seul compte ce que l’apprenant est capable de faire ici et maintenant. »[1] Cette conception d’évaluation nous montre que l’évaluation est liée, en toute circonstance, à l’attribution d’une note afin de concrétiser le contrôle de la performance réalisé « ici et maintenant. » Donc cette définition me fait penser qu’on ne peut pas vraiment évaluer la « compétence » phonétique de l’apprenant mais on peut plutôt contrôler la « performance » phonétique de l’apprenant.

Sur ce point-là, ne serait-ce pas mieux de remplacer le titre par celui-ci « Enseignement et contrôle de la prononciation de l’anglais et du français langues étrangères ? »

A réfléchir…

Références

  • [1] Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues : Apprendre, enseigner, évaluer
  • « Langages, Cultures, Sociétés : Interrogations didactiques 20-21-22 Juin 2012 », Colloque DILTEC Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement doctorant en Sociolinguistique et DFLE.

More Posts


6 réflexions sur « Communication de DILTEC – Enseignement et évaluation… »

  1. Merci de partager ces réflexions, Alper !
    Moi aussi, j’ai lu cet article. D’ abord, je suis d’accord avec toi sur ce point que c’est difficile de dire qu’il y a une « bonne » prononciation, c’est un propos qui demeure toujours litigieux.

    Mais il faut dire qu’en ce qui concerne les activités des êtres humains, il s’agit de la « subjectivité ». Les évaluations, les critères, et les règles, etc. sont créés par les gens qui ont des jugements, et des préférences. Selon quoi on évalue, par rapport à quoi qu’on contrôle notre « performance », il devrait toujours exister des critères, et des modèles, et ces critères et ces modèles sont ceux qu’on élabore ou qu’on choisit à un moment donné pour « s’améliorer », c’est-à-dire, pour être plus proche du modèle afin d’être plus agréable à être.

  2. Alper, les deux questions que tu as posées au début de ton article , “Quelle est la bonne prononciation?” et “La bonne prononciation existe-elle?”, me rappellent de ce que M. le professeur Miras disait en cours de Prononciation… Selon lui, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise prononciation, ou encore de prononciation correcte; mais plutôt une prononciation plus proche du français standard ou une prononciation quasi-authentique.

    Je veux aussi te féliciter pour ton assiduité et tes nombreuses articles postés sur ce site. Personnellement, j’ y ai trouvé des informations qui me sont très utiles!

    1. Mirela, c’est moi qui remercie. Si mes publications t’ont servi, j’en suis très content.
      Concernant les propos du professeur, je pense que le fait déjà de dire qu’il y a un “français standart” ou “authentique” nous met dans un cadre déterminé. Pour moi, il n’y a pas de différence entre deux propositions disant “français standart” et “bonne prononciation ou prononciaton correcte” car ces deux propositions veulent indiquer la meme chose mais avec d’autres mots. Si on dit qu’il y a un français standart, on veut dire en fait que ce français standart a la “bonne prononciation”. N’est-ce pas?

  3. Fan merci pour ton commentaire. Je suis d’accord avec toi. Le fait de passer le message plutôt que de se fixer sur la manière (prononciation, grammaire etc) c’est un point,selon moi, essentiel dans l’enseignement-apprentissage. Si on défend l’idée que l’on peut enseigner la bonne prononciation, on veut dire en fait de manière indirecte qu’un marseillais ne connait pas la bonne prononciation ou pareil pour un strasbourgeois. Donc veut-on dire que personne ne connait la bonne prononciation?

  4. Alper, je suis d’accord avec toi, ta réflexion est tout à fait pertinente. Il me rappelle d’un cours à l’Inalco sur l’enseignement du chinois, le prof a dit que l’enjeu de l’enseignement d’une langue se porte, au lieu de s’efforcer à atteindre une prononciation impeccable, plutôt sur la compétence communicatives et pragmatiques (parce qu’avant, on enlève des points des apprenants quand ils prononcent). Donc ce sera la même chose pour le français, je suis d’accord avec ce que t’as écrit, “Donc cette définition me fait penser qu’on ne peut pas vraiment évaluer la « compétence » phonétique de l’apprenant mais on peut plutôt contrôler la « performance » phonétique de l’apprenant.”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.