Réflexion sur la notion « pédagogie de projet »

Le problème qui réside dans l’université d’aujourd’hui est que les étudiants manquent la motivation pour leurs études, parce qu’ils trouvent que l’université ne produit pas de sens au-delà des cours. D’après Bernard Charlot, l’université est aujourd’hui plutôt considérée comme un lieu d’acquisition de diplômes qu’un lieu de culture ou un territoire de base du quotidien. C’est-à-dire que les étudiants ne peuvent pas trouver leur intérêt ou leur besoin dans l’université.

La pédagogique de projet peut contribuer à remplir ce défaut de l’université.

La notion « pédagogie de projet » est apparue dans l’article Réflexivité, lecture littéraire et langues étrangères. Selon Puren, la pédagogie de projet est une pédagogie qui pousse l’apprenant à des activités organisées en fonction d’un objectif social, ce qui oriente donc vers une finalité de responsabilisation et d’autonomisation. Pour que l’action se fasse effectivement, l’apprenant doit être amené à réfléchir sur son apprentissage pour pouvoir lui-même se créer un projet d’apprentissage le plus conforme possible à ses besoins et à ses objectifs. Ce projet est défini à partir des compétences des élèves, et en même temps, les élèves peuvent les modifier en rencontrant des problèmes dans ce projet. Pédagogique de projet se base sur le fait qu’on apprend mieux en étant actif et en découvrant par soi-même. L’élève devient donc le participant de ce projet

En relation avec le lire/écrire, après avoir écrit les biographies de lecture ou d’écrivain, les apprenants peuvent rendre mieux compte de ses qualités ou de ses défauts dans sa vie de lecture ou d’écrivain, et donc ils peuvent modifier le projet d’apprentissage ou créer un nouveau selon leur propre situation, pour que le projet correspond à ses fins.

La pédagogie de projet implique la mutation du métier de l’enseignant et du métier de l’élève. La place de l’enseignant est modifiée, puisqu’il est amené à jouer plusieurs rôles de façon successive : animateur de projet, personne conseil, transmetteur de savoirs. La place de l’élève est également modifiée : il est force de proposition, constructeur de son savoir ; il a un autre rapport à l’enseignant (personne ressource).

Bibliographie

  1. Une pédagogie interculturelle de transformation sociale sur un blog,

Lien : http://ufr.zero.over-blog.org/article-17131091.html

  1. Chiara Bemporad Réflexivité, lecture littéraire et langues étrangères

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.