Inégalité dans l’interaction

Compte rendu de l’article : Marie-Thérèse Vasseur, « De l’usage de l’inégalité dans l’interaction-acquisition en langue étrangère », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 13 décembre 2005, consulté le 10 décembre 2015.

L’objectif du présent article est de resituer la dissymétrie qui se manifeste dans l’interaction et de mentionner les diverses dimentions de l’inégalité aux différents niveaux de la dynamique dialogique.

Toute interaction, qu’elle soit exolingue ou non, n’est jamais parfaitement symétrique : elle contient toujours des inégalités. Parmi les différentes inégalités,  certaines sont prédéterminées avant même d’entamer l’interaction : il y a d’abord celle qui repose sur les différences biologiques et les statuts sociaux, ensuite celle liée aux éléments constitutifs de la personne (son histoire, son projet, etc.). Cela se manifeste à travers les rôles que l’on tient dans le dialogue. Dans la communication exolingue, s’ajoute l’inégalité des compétences linguistiques. D’autre part, indépendamment des éléments prédéterminés, l’inégalité peut être construite ou déconstruite au cours de l’interaction, par différents mouvements discursifs qui peuvent entraîner des changements de rôles et de places.

La dynamique d’une interaction exolingue est constituée du développement de ces mouvements discursifs et l’établissement de ces différents rapports de places. L’article examine cette dynamique en se basant sur une donnée : un dialogue en français lors d’une rencontre entre une étudiante taïwanaise (G), de niveau peu avancé en français, et un étudiant français (H) qui étudie le chinois. L’objet de cette rencontre est une consultation de tarots (G est un spécialiste de tarots). Leur dialogue contient une phase de consultation, où H pose des questions sur son avenir et G procède à la divination, et une phase de conversation. Selon l’analyse de ce dialogue, pendant la consultation, le fait que le rapport de places s’établit dès le départ, puisque les rôles sont pré-distribués (voyante/consultant), et les conduites rituelles de la consultation créent un cadre rassurant notamment pour G qui tient une place linguistiquement fragile. Le dialogue se focalise sur leur enjeu (la consultation), la dissymétrie linguistique n’est donc pas mise au premier plan. D’un côté, cette démarche rassurante facilite le déroulement de l’interaction, mais de l’autre, elle peut bloquer le développement linguistique de l’alloglotte. L’activité se transforme peu à peu en conversation et sort du cadre ritualisé de la consultation. Cela déstabilise G, lui demande plus d’exigences discursives et ses difficultés linguistiques sont plus visibles. Tout de même, les deux interactants adaptent leur discours, prennent des places différentes et construisent ensemble un dialogue heureux (dialogue où chacun des partenaires arrive à s’adapter au discours de l’autre).

Ces mouvements de redistribution de places, et les exigences discursives et les tensions qu’ils provoquent demandent à l’alloglotte un investissement discursif approprié à l’apprentissage. Quand on dialogue, on s’adapte à l’autre. La conduite de l’un est liée à celle de l’autre. Chacun tient ou modifie sa place et soigne son discours pour ne pas déstabiliser l’autre, c’est ce qui permet à G d’apprendre à tenir différentes places dans le dialogue en français. En outre, s’adapter à l’autre, c’est aussi se changer soi-même. En se repositionnant envers l’autre, on se projette dans un autre soi et cela nécessite une élaboration de nouveaux types de discours, ce qui peut être apte à l’apprentissage.

✼       ✼       ✼      ✼      ✼      ✼      ✼       ✼       ✼      ✼      ✼      ✼

L’article montre l’importance de bien décrire une donnée. La focalisation sur un seul dialogue et la description détaillée de ce dialogue permettent de suivre facilement la dynamique de l’interaction crée par les comportements des deux interactants, leurs réactions, leurs sentiments rassurés ou déstabilisés, leurs attentions envers l’autre, etc. On peut y observer différents mouvements très complexes et le rapport de places qui est loin d’être simple malgré l’inégalité linguistique entre ces deux interactants.

Une des remarques de l’auteur sur le dialogue est intéressante : un cadre ritualisé et rassurant pour l’apprenant, qui maintient la dissymétrie linguistique à l’arrière plan, ne lui donne pas l’occasion d’un investissement discursif qui peut favoriser son apprentissage. Les situations déstabilisantes dans la communication exolingue, qui pourraient être considérées comme un blocage mental dans l’apprentissage, ne seraient donc pas à éviter. Toutefois, cela nécessiterait des soins mutuellement apportés par chaque interactant dans l’apprentissage, comme les deux interactants s’entraidaient dans le dialogue de l’article. Autrement, une situation déstabilisante reste simplement déstabilisante.

Bibliographie

Marie-Thérèse Vasseur, « De l’usage de l’inégalité dans l’interaction-acquisition en langue étrangère », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 13 décembre 2005, consulté le 10 décembre 2015.

 

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.