Petit à petit, l’oiseau fait son nid

« On peut digérer et profiter de la source d’incertitude ? 

Mais oui !                       

Ah bon ? Comment ? »  

 

Voici ce que propose Bruno LATOUR (2006) dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie :

« … la meilleure façon … est tout simplement de tenir un journal de tous nos mouvements … », « parce que désormais tout fait partie des données ». (p.194) Précisément dit, il met en lumière quatre carnets :

  • Carnet de bord de l’enquête
  • Carnet à la collecte de l’information
  • Carnet aux essais ad libitum
  • Carnet d’évaluation

Brièvement dit, le premier carnet se vise à enregistrer soigneusement ce qui se passe au cours de l’enquête sur le terrain ; le deuxième carnet est consacré à rassembler les informations et ensuite de les catégoriser le plus clairement et proprement que possible ; niant l’idée de séparer l’enquête de la rédaction, le troisième carnet est ainsi destiné à amasser les idées fugitives qui vont servir éventuellement à l’écriture; enfin, le quatrième carnet est dessiné à inscrire les effets qu’apporte le compte rendu aux participants, afin de fournir une facilitation aux recherches à venir.

Quand on ne sait pas quoi faire, faisons ce que nous pouvons, quand on hésite s’il faut le faire, faisons-le, quand on se demande s’il se doit continuer à le faire, reprenons le courage, et avançons encore un petit pas, nous verrons qu’il vaut bien le coup, et que nous avons bien fait d’avoir osé essayer et le poursuivre.

Latour a bien raison d’indiquer qu’il ne vaut mieux pas faire « une distinction entre l’enquête et la rédaction » (p.195). Donc, quand on pense, il faut réagir. Penser trop sans réagir, nous allons très probablement finir par être enchaînés de la lourdeur de pensée qui deviendra un jour, une torture si douloureuse qui nous empêche même de bouger.

Ecrire est un est sans doute un bon débouché de faire sortir les tas d’idées qui s’entassent jusqu’au presque point de bloquer nos esprits ; écrire est un bon entraînement pour exercer physiquement notre cerveau, faisons-le régulièrement va rendre notre cerveau plus flexible ; écrire est de plus, un bon moyen de consigner si on peut, tout ce qui se passe autour de nous, surtout au niveau pratique. Ces écrits, comme le note Latour (p.197) « les seules façons d’accéder à un peu plus d’objectivité ». Bien qu’il existe un tel ou tel critère, nous faisons des enregistrements en tant qu’observateurs qui nous tenons indépendamment du terrain.

En ce qui nous concerne, c’est-à-dire, la rédaction d’un mémoire, une entreprise « gigantesque » si je peux le dire, puisqu’il y a pas mal d’entre nous n’a jamais fait un aussi grand travail auparavant, la mise à l’écrit dès qu’on peut se signifie encore plus pour nous. Un édifice ne se construit pas du jour au lendemain, comme un oiseau qui ne fait son nid que de manière petit à petit. Suivant les propositions de Latour, en lisant, nous notons ; en observant, nous enregistrons ; en analysant, nous écrivons, et physiquement bien sûr. Nous donnons forme à toutes nos idées, soit matures ou immatures, soit complètes ou fragmentaires, même des idées fugaces qui glissent comme une étoile filante sur le ciel de nos esprits, de manière matérielle sur le papier ou dans nos fichiers numériques. Tous ces écrits possèdent une potentialité de prendre une place indispensable dans la construction de notre mémoire. Tous ces petits pas modestes, vont nous apporter un jour, plus loin qu’on peut jamais imaginer.

Naturellement, le bonheur n’arrive jamais sans peine. Pourtant, n’oublions pas que « la joie venait toujours après la peine », donc, cela peut être momentanément et de temps en temps pénible à faire produire logiquement nos idées, mais à la force de confiance et de patience, on arrive à tout !

L’incertitude vient toujours de trop de pensées, la seule solution est de réagir. Allez, mes chers amis, prenons un stylo et une feuille, les mettons dans notre poche, les apportons n’importe où on va.

Notons dès maintenant ! Bon courage à tout le monde !

 

Bibliographie

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1996, p. 194-197.

 

Sitographie

https://www.google.com.hk/search?safe=strict&client=aff-cs-360se-channel&channel=bookmark&hl=zh-CN&site=imghp&tbm=isch&source=hp&biw=1397&bih=709&q=l%27oiseau+fait+son+nid&oq=l%27oiseau+fait+son+nid&gs_l=img.12…0.0.0.9032.0.0.0.0.0.0.0.0..0.0….0…1ac..64.img..0.0.0.UXV_peI_hD4#imgrc=ih-yKJklPPWc5M%3A

 

 



Citer ce billet
TANG Ke (2016, 10 janvier). Petit à petit, l’oiseau fait son nid. art, langage, apprentissage. Consulté le 27 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cy87

TANG Ke

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.