Partie 4 Finale – Regard sur l’ouvrage « Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues »

Chapitre 3 – Dispositifs D’apprentissage, Mode D’emploi 
Dans ce chapitre, l’auteur évoque la question d’autonomie, d’auto-direction dans l’apprentissage des langues. Plusieurs définitions existent dans le domaine de la didactique pour chacune de ces notions et dans l’ouvrage on en voit certaines.
La réflexion autour de la notion d’autonomie ne peut pas être faite sans parler de Carl Rogers qui est l’auteur de la notion « apprendre à apprendre » milite pour « l’apprentissage plutôt que l’enseignement, l’autodétermination plutôt que l’imposition externe ». La définition de la notion « autonomie » est donnée comme suivante dans le Lexique de l’éducation : « objectif éducatif qui consiste à rendre progressivement les élèves capables de gérer, de manière responsable, leurs activités d’apprentissage ».
Une autre définition pour la notion de « autonome » est faite par Holec : « l’apprenant qui a acquis les savoirs et savoir-faire d’apprentissage nécessaires et suffisants pour apprendre sans enseignement, c’est-à-dire sans exigence d’une prise en charge de l’apprentissage par un ‘expert’ extérieur ».
Autres remarques ont été faites par les chercheurs du CRAPEL (Centre de Recherches et d’Applications Pédagogiques en Langues) disant que « alternative méthodologique pour certains apprenants et non pas une solution générale au problème de l’apprentissage d’une langue étrangère ». La chose qui est très intéressante dans le « Système d’Apprentissage Autodirigé avec Soutien » (SAAS) mis en place par CRAPEL, l’apprenant « travaille de manière individuelle sans contact institutionnalisé avec d’autres apprenants » et il est « accompagné » par un conseiller qui, jamais, ne se transforme en enseignant.
Après la lecture de ces définitions, il est opportun de poser la question suivante : L’autonomie, détruit-elle l’autorité de l’enseignant ? Or, on peut penser que l’enseignant ne passe pas son temps pour transmettre ses connaissances linguistiques mais essaie d’aider l’apprenant à développer sa capacité d’autonomie. Cela peut provoquer des « détournements, le biaisement de l’énergie nécessaire au détriment du véritable but qui est l’apprentissage d’une langue ».
Une autre question qui se pose autour de la notion d’autonomie : Si on peut répondre à tous ces propres besoins en tant qu’apprenant de langue le mieux placé, doit-on apprendre l’architecture si on veut bâtir une maison ? « L’autonomie serait-elle la négation du professionnalisme ? »
Claude Springer qui a beaucoup travaillé sur les termes en question : « Apprendre à apprendre s’appuie sur le référentiel d’un apprenant idéal de qui on déduit les bonnes procédures d’acquisition. Il s’agit de retrouver en quelque sorte, un certain état de pureté de la capacité d’apprentissage, inhérente à l’expérience humaine, mais pervertie par l’institution. Situation terriblement ambiguë qui fait passer du ‘ce qu’il faut connaître’ de l’enseignement prescriptif au ‘comment il faut apprendre’ de l’apprentissage idéalisé. On arrive au paradoxe extrême de l’autoformation, qui consiste à dire : le projet du centre de ressources est d’apprendre à l’apprenant comment il faut apprendre. En voulant supprimer les contraintes institutionnelles du savoir, on court le risque d’instaurer des contraintes liées à un idéal libertaire. »
Dans la dernière définition, on voit que la notion d’ « apprendre à apprendre » se base sur le changement du regard de l’apprenant envers l’apprentissage de la langue. Ce qui nous intéresse en fait, ce n’est pas la langue elle-même mais c’est bien la manière dont on l’apprend et l’acquiert. Comme l’objet auquel on s’intéresse est la manière d’apprendre, le rôle de l’enseignant reste un peu ambigu au niveau des transmissions des connaissances qui est le rôle principal de nature.

Conclusion  
Le travail mené par l’auteur nous montre qu’il y a encore des conflits entre les termes « enseignement-apprentissage, apprentissage-acquisition, autonomie et rôle de l’enseignant, multimédia et son utilisation » etc. dans le domaine de la didactique. Cet ouvrage essaie de chercher les raisons de ces conflits qui s’émergent et d’offrir des projets qui peuvent peut-être remédier ou au moins d’apporter de différentes perspectives sur la conception des choses. L’ouvrage cherche à mettre plus de lumière sur les problèmes d’apprentissage en proposant de nouvelles approches avec un questionnement auquel l’auteur n’apporte pas des réponses absolues.
Les TICE et son utilisation en didactique sont des points que l’auteur touche dans son ouvrage car on a vu que, pour l’auteur, la mise à disposition des outils de la technologie dite nouvelle offre une diversité d’apprentissage en facilitant la tâche des apprenants de langue.
Il est impossible aujourd’hui de penser qu’on peut faire un apprentissage pur classique sans avoir recours à la technologie en classe de FLE. En fait, on peut faire l’apprentissage sans numérique mais on peut mieux faire avec. Donc il est plus raisonnable d’embrasser la nouvelle technologie et mettre en place le plus possible en classe de FLE pour pouvoir développer notre vision d’apprentissage et acquisition.

Références de l’ouvrage

https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00275185

Maguy Pothier. Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues. Françoise Demaizière. Ophrys, pp.141, 2003, <ISBN : 2-7080-1040-9>. <edutice-00275185>

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts


3 réflexions sur « Partie 4 Finale – Regard sur l’ouvrage « Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues » »

  1. Ton travail m’a fait réfléchir Alper. C’est vrai qu’il y a encore de débats sur le terme « autonomie ». Peut-on vraiment apprendre une langue en étant totalement autonome? Et d’après tout qu’est-ce que c’est d’être autonome et de ne pas l’être? La définition que j’ai trouvé sur larousse.fr d’une personne autonome est :  » Se dit de quelqu’un qui a une certaine indépendance, qui est capable d’agir sans avoir recours à autrui ». Comment peut-on alors définir si quelqu’un est autonome? Selon son niveau? Ses compétences? Son expérience antérieure? Selon moi en ce qui concerne l’apprentissage des langues je pense que dès qu’une personne a acquiert les bases de la langue elle pourra ensuite réaliser certaines tâches dans une autonomie relative et limitée. Mais d’après tout cette question d’autonomie n’est pas aussi simple car elle dépend de nombreux facteurs.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.