Partie 3 – Regard sur l’ouvrage « Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langue »

L’utilisation des technologies occupe de plus en plus une place considérable mais on ne peut pas s’empêcher non plus de se poser la question suivante : Malgré les recherches faites dans le domaine de la technologie, pourquoi y a-t-il un décalage entre le développement technologique et son usage en classe pour l’apprentissage ou l’acquisition des langues ? Quand il s’agit du FLE, on constate que la technologie a pris sa place au XXe siècle avec le magnétophone dans les laboratoires de langues. Avec l’arrivé de la télévision et l’ordinateur sur la scène didactique surtout en Amérique au début, deux problèmes se sont émergés car on ne pouvait pas choisir le contenu ni le moment de l’utilisation de ces technologies. Le public visé dans l’utilisation de ces technologies était des adultes étrangers travaillant dans de divers domaines professionnels.
La relation entre FLE et ordinateurs est un point capital depuis les années 60 avec la parution des méthodes Voix et Images de France. Pendant cette période, on a vu apparaître les laboratoires de langues où le magnétophone était l’outil majeur pour l’apprentissage des langues. Ces laboratoires de langues étaient toujours entre les mains des enseignants de FLE et c’était les enseignants qui décidaient quand et comment utiliser ces laboratoires de langues. Les enseignants ont toujours considéré ces laboratoires comme un lieu de « prestige » pour eux-mêmes car ces lieux ont été dirigés soit par l’institution soit par l’enseignant. Donc la technologie dans ce contexte n’avait aucune importance langagière mais plutôt une importance pour augmenter le prestige de l’enseignant.
Parmi toutes ces nouveautés dans le monde technologique, on a vu dans les années 70 la création des centres de langues qui s’appellent Eurocentre en Europe. Ces centres de langues offraient une variété de médias en EAO (Enseignement Assisté par Ordinateur) pour le FLE. Les exercices de ces centres ont connu un succès considérable chez les enseignants de FLE. Et dans les années 70, on a vu des exercices centrés sur l’apprentissage « auto-dirigé » conçus à partir des supports comme magazines, livres, cassettes, vidéo et ordinateurs.
Mais ce qui est dramatique, c’est que la technologie n’a jamais connu le succès qu’on attendait d’elle dans l’apprentissage des langues. Dans les années 80-90, la technologie n’a jamais été vraiment utilisées dans les cours de langue. Le seul lieu où on a mis en place des ordinateurs pour que les apprenants de langue utilisent de manière autonome c’est les centres de langues mais il n’est pas trop difficile de voir que ces lieux sont vus comme des lieux marginaux, ce qui est une entrave entre l’apprentissage et l’acquisition par l’intermédiaire de la technologie. A part ce phénomène, un autre point consiste à dire qu’on n’a pas incité les enseignants de langues à se servir des outils numériques.
Le numérique, quand on s’en sert d’une bonne manière, est la source d’autonomisation pendant le processus d’apprentissage de l’apprenant mais malheureusement le numérique est considéré comme quelques choses qu’on utilise hors des cours. Cela a créé un grand écart entre l’apprentissage ou l’acquisition de la langue et la classe comme le seul lieu d’apprentissage des langues. L’importance du numérique n’a pas été assez reconnue ni par les enseignants eux-mêmes ni par les apprenants. Cette question de reconnaissance est liée à l’âge de l’enseignant parce que les enseignants qui ont été formés dans les années 70-80 n’ont pas assez de connaissance didactique et technologique sur comment intégrer ces technologies en classe de langue.
Mais peu à peu les jeunes enseignants connaissant l’efficacité et l’usage des technologies nouvelles s’en servent de plus en plus aujourd’hui. Même si les enseignants « anciens » utilisent le multimédia pour un usage personnel, il y a très peu de nombre de ces enseignants qui pensent à les utiliser en classe de langue. C’est la raison pour laquelle aujourd’hui qu’on observe de diverses contraintes dans certains centres de langues dont les cadres sont en voie de vieillissement. Il s’agit des raisons commerciales où le fonctionnement de l’établissement est basé sur le « renouvellement permanent autorisant des salaires peu élevés. »
L’auteur aborde le côté positif et le côté négatif de ce phénomène concernant les cadres. Pour lui, le côté positif peut être l’efficacité des pratiques des cadres « vieux » et quant au côté négatif, l’auteur est sceptique sur le fait que ces cadres « vieux » ne se servent pas des technologies nouvelles en pensant que ces dernières peuvent les remplacer dans l’enseignement des langues. Or cependant, malgré tous ces aspects, il paraît impossible de nier l’existence des nouvelles technologies et sa place d’utilisation dans l’enseignementapprentissage des langues.
Concernant l’auto-apprentissage, donc l’autonomie dans le sens général du terme, l’auteur objecte l’idée que l’on pense constamment que la technologie a tendance à remplacer l’humain pendant le processus d’apprentissage ou d’acquisition car selon lui, si l’apprentissage pouvait se faire de manière autonome sans avoir besoin de personne, tout le monde l’aurait déjà fait. En plus il pense également que si dans les laboratoires de langues on voit toujours quelqu’un qui travaille, cela nous montre que le multimédia n’a pas assez de succès pour remplacer l’humain.
En ce qui concerne l’intégration du numérique dans l’enseignement-apprentissage des langues, on remarque « 3 facteurs liés au milieu enseignant, au grand public, aux apprenants eux-mêmes ». D’abord de la part de « enseignant »,  on observe une grande volonté de rester dominant dans la classe et la crainte des technologies due à l’inconnaissance des outils technologiques mis en place dans les classes de langues. La crainte envers la technologie vient du fait de ne pas bien connaître ces outils car une bonne connaissance, c’est-à-dire un travail sérieux, est requise pour l’utilisation des outils numériques en classe.
Quant au grand public, on parle de parents et d’élèves. Aujourd’hui les parents sont d’accord avec l’idée de l’achat d’un logiciel de grammaire pour apprendre une langue sans trop penser à la qualité de ces logiciels mais ils ne le sont pas quand il s’agit d’un logiciel qui essaie de faire acquérir la langue sans traiter de la grammaire explicitement.
Mais personne ne pose la question sur ce point-là ; Quel usage fait-on de ces logiciels ? « Qui peut évaluer le bénéfice réel de ces usages personnels des technologies ? » Jusqu’à maintenant on n’a pas trouvé de vraies réponses à ces questions. L’achat d’un logiciel n’est pas le point le plus important car si on ne s’en sert pas pour son propre apprentissage, il n’y a pas d’utilité dans l’achat d’un logiciel. Si on prend la métaphore de l’auteur, « En effet, la partie émergée de l’iceberg, c’est l’achat du logiciel, mais lorsque celui-ci passe sa vie dans un placard, cela n’apparaît en rien. »  Pourtant, comme la technologie ne peut pas concurrencer avec l’enseignant, les gens ne voient aucun problème avec le fait qu’ils apprennent des connaissances par le biais de l’enseignant. Donc la connaissance passe par le canal de l’enseignant où on voit le croisement des différentes cultures et l’autodidaxie –autodirection de l’apprentissage – reste « un phénomène marjinal et d’ailleurs toujours présenté comme différent ».

Références de l’ouvrage

https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00275185

Maguy Pothier. Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues. Françoise Demaizière. Ophrys, pp.141, 2003, <ISBN : 2-7080-1040-9>. <edutice-00275185>

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.