Partie 2 – Regard sur l’ouvrage « Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues »

Chapitre 2 – Didactique et multimédia 
Il faut également faire la définition du terme « multimédia » pour comprendre ce que cela veut dire. On peut en donner une telle « une œuvre qui comporte sur un même support un ou plusieurs des éléments suivants : texte, son, images fixes, images animées, programmes informatiques, et dont la structure et l’accès sont gérés par un logiciel permettant l’interactivité »
L’auteur évoque la relation entre la didactique et le multimédia de manière détaillée. Par exemple on apprend que les premières tentatives de l’utilisation du numérique datent des années 1925 sous le nom de « EAO » qui signifie « Enseignement Assisté par Ordinateur ». L’enseignement ayant été mis en place était basé sur les théories béhavioristes dont on connaît les représentants les plus connus Skinner et Crowder. Ils ont défini « les grands principes : découpage des connaissances en unités minimales, évitement de l’erreur par le guidage de la réflexion de l’apprenant, adaptation du cheminement pédagogique en fonction des réponses de l’apprenant ».
On s’intéresse dans le champ de la recherche à propos de la technologie à l’enseignement et à l’apprentissage des langues lié aux technologies. La pluridisciplinarité est le fondement, c’està-dire il y a plusieurs disciplines qui interviennent les unes des autres : la linguistique, la linguistique informatique, la didactique des langues, la recherche en acquisition des langues (RAL), les sciences cognitives, l’intelligence artificielle (IA) et la psychologie de l’apprentissage. Cependant quand il s’agit des langues vivantes enseignées sur le territoire français, on voit que les recherches se font sur deux aspects : littérature et linguistique. En ce qui concerne la didactique des langues, on s’intéresse à l’enseignement dans le secondaire et pour quelques-uns, dans le supérieur. Mais le problème émerge quand il s’agit de la didactique liée aux TIC car ceux qui enseignent aux spécialistes ne s’intéressent ni à la didactique ni aux technologies.
Dans les années 80, spécifiquement en 1984, les chercheurs ont travaillé sur le logiciel Lecticiel qui permettait d’aider les apprenants du FLE dans la lecture des textes. Ce logiciel était développé sur des disquettes mais avec le développement des nouvelles technologies, on a commencé à travailler avec des CDs dont on a fait usage pour des visioconférences etc. Internet, lui aussi, a joué un rôle très important pour le développement des logiciels didactiques. Pourtant il est bon de préciser que l’utilisation de ces nouvelles technologies, la création des nouvelles des sections de recherche ne sont pas toujours facile puisqu’il y a des obstacles politiques et sociologiques etc.
En plus de tout cela, l’auteur parle d’un projet qui s’appelle CAMILLE (Computer Assisted Multimedia Interactive Language Learning Environment) qui vise à mettre en place un logiciel de langues pour permettre aux employés de petites entreprises de l’utiliser pendant qu’ils sont disponibles à part le travail sans enseignant ou autre. Or, le multimédia, aujourd’hui a pris une telle dimension qu’il est devenu un outil pour remédier aux situations problématiques au niveau linguistique dans la vie de tous les jours et donc CAMILLE, basé sur l’approche communicative sans échanges humains, est un logiciel qui cherche à répondre aux besoins d’un public visé. CAMILLE crée l’environnement sonore et un outil d’enseignement autonome pour l’apprenant. Il se base sur l’efficacité de l’action et va plutôt vers l’acquisition de la langue, non vers l’apprentissage.
L’auteur jette également un regard sur la différence entre apprentissage et acquisition. En ce qui concerne la différence entre apprentissage et acquisition, l’auteur fait une définition qui est l’acquisition est implicite, non volontaire alors que l’apprentissage est volontaire, conscient, supposant raisonnement et réflexion, se déroulant surtout en milieu institutionnel. Alors que le psycholinguiste Krashen « l’acquisition aboutit à une forme de sentiment spontané de la langue permettant de juger ce qui est grammatical ou ne l’est pas ». Pour lui, on ne peut approprier une langue qu’en passant par l’acquisition même si l’apprentissage et l’acquisition collaborent. Cela nous montre que l’acquisition et l’apprentissage sont deux notions qui sont intimement liées aux unes aux autres. Il faut aussi savoir qu’il existe deux situations d’acquisition ou d’apprentissage. Le premier cas est celui des migrants qui sont confrontés à la langue, qui n’est pas la leur, qu’ils apprennent sans passer par un cadre institutionnel. Le deuxième, c’est celui des apprenants qui vivent dans des régions très isolées et qui en même temps apprennent la langue sans avoir aucun moyen technologique, institutionnel etc. Mais les chercheurs de RAL (Recherche en Acquisition des Langues) travaillent plutôt sur des publics migrants car là il s’agit d’une acquisition évidente.
En ce qui concerne le multimédia, l’auteur parle du projet AMAL (Aide Multimédia à l’Apprentissage des Langues) qui est conçu dans CAMILLE pour offrir un maximum d’aides pour ceux qui en ont besoin et pour ceux qui apprennent de manière plus autonome. Le projet AMAL vise à « recréer une forme de préparation aux thèmes abordés en proposant à l’apprenant de se remémorer mots et expressions en rapport avec le domaine pour ensuite entrer de plain-pied dans le vif du sujet. Les deux objectifs centraux du logiciel (compréhension orale et vocabulaire) pourraient être travaillés de concert dans la mesure où ils se confortent l’un l’autre. »
Pour l’auteur, l’un des avantages du multimédia, c’est la « forme d’individualisation » qui rend l’apprenant plus autonome, ce qui est impossible avec un groupe. Mais les questions qu’il faut poser, elles sont les suivantes : Est-ce que des apprenants de langue, malgré le fait qu’on leur donne tous les outils nécessaires, peuvent résoudre des problèmes langagiers de manière autonome ? Est-ce que la méthode est efficace pour faire acquérir les connaissances visées ? Ces questions là sont quand même à vérifier et à en trouver des réponses.
La conclusion que tire l’auteur de ces projets est que le fait de concevoir un logiciel multimédia didactique est déjà un meilleur choix que d’utiliser des logiciels existant. Selon l’auteur, la conception d’un tel logiciel répond à certains savoirs et savoir-faire didactiques plus impliquant. Il parle également de la position d’André Giordan « pour structurer l’apprendre, un polycopié, un livre ou, à terme, un multimédia peuvent faire l’affaire. À ce niveau également, l’enseignant joue un rôle prépondérant : il est le mieux placé pour produire un document de qualité. » pour montrer qu’il se place en position de concepteur de la pratique et de la théorie.
Un autre point c’est qu’il y a un nombre assez important de personnes qui veulent construire leur apprentissage mais ce n’est pas tout le temps possible de réaliser quand on a des enseignants de langue qui utilisent la méthode SGAV de manière stricte. L’atout de CAMILLE est qu’il offre un bon nombre de diverses situations d’apprentissage qui répondent aux besoins des apprenants.

Références de l’ouvrage

https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00275185

Maguy Pothier. Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues. Françoise Demaizière. Ophrys, pp.141, 2003, <ISBN : 2-7080-1040-9>. <edutice-00275185>

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.