Partie 1 – Regard sur l’ouvrage ” Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues”

Présentation de l’auteur

Maguy Pothier est enseignante-chercheuse et responsable de la filière FLE (Français Langue Etrangère) à l’Université Blaise Pascal-Clermont 2 (en 2003)1. Pothier est l’auteur d’une thèse intitulée Les implicites culturels chez un dessinateur humoristique : plantu soutenue en 1991 à Paris 3. 2

Aperçu général 
L’ouvrage comportant 3 chapitres « Extension du domaine de recherche, Alao, Multimedia Et Fle, Dispositifs d’apprentissage, Mode d’emploi » offrent un très grand éventail d’informations sur de divers points didactiques et linguistiques. Le but capital de l’ouvrage est d’essayer de mieux situer la didactique des langues, notamment FLE, dans son cadre historique qui a été évolué, au cours du temps, par la technologie.
Comme son nom l’indique, l’ouvrage tente également de mettre la lumière sur les TICE et leur utilisation dans l’enseignement-apprentissage des langues car selon l’auteur il est important de savoir aujourd’hui la place des TICE pour créer un lien entre l’enseignement des langues et le numérique.

Chapitre 1 – L’ouvrage, de quoi parle-t-il ? 
La différence entre la définition des termes utilisés en didactique comme linguistique, linguistique appliquée et didactique des langues est abordée dans une dimension historique du domaine. Dans le domaine de l’enseignement des langues, on a vu tout d’abord la linguistique, notamment la linguistique appliquée apparaître. C’est à partir du XIXe siècle que les linguistes et les enseignants de langues ont remarqué le fait que la méthode d’enseignement-apprentissage des langues mortes n’était pas conforme à celle des langues vivantes. Ils ont constaté que la méthode grammaire traduction était beaucoup éloignée de la pratique sociale des langues. Les observations et réflexions faites dans le domaine ont donné naissance à la méthode directe dans l’enseignement des langues en Allemagne et en France à la fin du XIXe siècle, qui en 1901 a été préconisée en France.
L’entré de la méthode directe a été considéré comme un changement radical dans le domaine de la pédagogie. Mais comme dit le proverbe français « nécessité fait loi », on a vu apparaître d’autres méthodes suite à l’événement marquant du XXe siècle : la Seconde Guerre mondiale. La nécessité d’apprendre les langues dans une très courte durée pendant la Seconde Guerre mondiale a obligé les soldats américains de recourir à des linguistes comme Bloomfield. Pendant ce temps-là, la France a également travaillé avec des linguistes sur les questions d’enseignement des langues, notamment le français, pour sa diffusion à l’échelle internationale d’où la méthode SGAV, méthode structuro-globale audiovisuelle, est née.
L’impact que les méthodes en question ont eu était bel et bien considérable car ses émergences ont fait apparaître la notion de « linguistique appliquée », et la linguistique appliquée qui, elle, a engendré la notion de « didactique des langues » utilisée premièrement par Galisson et Coste dans leur ouvrage Dictionnaire de didactique des langues. On a vu également que la didactique des langues et des cultures est entrée à l’Université en 1983 avec la mention FLE.
Par contre le mot « didactique » a été utilisé premièrement par Comenius dans son livre intitulé La Grande Didactique (Didactica Magna) dans lequel il a essayé de transmettre le savoir par le biais des images et d’une méthode tout à fait rationnelle.
Cependant, la différence entre la linguistique et la didactique est essentielle à faire car ces deux domaines, même s’ils se croisent sur certains points, ne sont pas le même. La linguistique s’intéresse à la langue en essayant de la décrire à l’aide des théories scientifiques alors que la didactique s’occupe de l’enseignement de la langue, non de la langue elle-même.
Un autre point qu’aborde l’ouvrage, c’est le croisement entre plusieurs disciplines d’où la nécessité d’une mise en position de chaque discipline telle que : science de l’éducation, didactique, pédagogie est née. Il est convenable de citer les définitions des termes données dans l’ouvrage. L’une des définitions est celle du Petit Robert 2000 qui ne fait quasiment pas de différenciation entre didactique et pédagogie, tandis que Cornu & Vergnioux, par une définition de la notion de didactique, explique mieux la différence « tout ce qui concerne l’art de conduire et de faire la classe, ce qui relève de ce qu’on a pu autrefois appeler la discipline, mais aussi l’organisation et la signification du travail. L’exercice de cet art et la réflexion sur ses ressources et ses fins sont ici associés. Selon l’auteur « les didactiques concernent, elles, l’art ou la manière d’enseigner les notions propres à chaque discipline, et même certaines difficultés propres à un domaine dans une discipline ». Pourtant la didactique et la pédagogie sont deux domaines collaborateurs, c’est-à-dire presque impossible de les dissocier.
Il y a un autre domaine qui intervient dans la didactique : psychologie. Par contre la didactique n’a pas vraiment appliqué la psychologie au sens stricte du terme mais elle s’est intéressée à la psychologie de l’acquisition des langues étrangères, ainsi qu’à celle de la langue maternelle d’où la psychologie du langage –psycholinguistique – est née au fil des années.

Les travaux linguistiques ont donné naissance à des approches, des théories psychologiquescognitives d’apprentissage des langues parmi lesquels on cite le béhaviorisme, le distributionnalisme, le structuralisme, le cognitivisme etc. Le béhaviorisme est conçu autour des notions stimulus, réponse, renforcement. L’ouvrage souligne également le fait que « si l’exercice structural a ainsi perduré, c’est sans doute moins parce que les enseignants et les concepteurs de manuels sont restés béhavioristes dans l’âme, que du fait que, sauf à être un génie des langues, on ne saurait échapper totalement à la répétition dans l’apprentissage. » Donc le béhaviorisme est considéré comme « un appui pour la mémorisation et la systématisation ».
On a vu pendant ce temps-là l’émergence de la méthode SGAV qui visait « le découpage de la langue en unités minimales » afin de permettre à l’apprenant de reconstruire la complexité d’une langue. Avec l’apparition de la méthode SGAV, on a commencé à s’intéresser aux phénomènes culturels dans l’apprentissage des langues en définissant et nuançant la culture car l’enseignement-apprentissage des langues avait pris de différentes dimensions dans des contextes étrangers.
Coup de tonnerre dans le ciel didactique, l’émergence de l’approche communicative dans les années 70 avec la publication du Niveau-seuil sans aucune référence psychologique ni théorique nous a montré qu’on a commencé à s’intéresser à la sociolinguistique et au culturel.
L’intérêt que l’on porte pour le culturel nous emmène à une autre question qui concerne son acquisition : comment faire acquérir une compétence culturelle à des étudiants étrangers ? Dans l’ouvrage, l’auteur milite pour le fait que l’apprenant doit être sensibilisé à la culture de la langue cible dès le début de l’apprentissage. Liée non seulement au social mais aussi au culturel, l’auteur aborde la notion de compétence de communication créée par Dell Hymes.
L’auteur défend aussi l’idée que la didactique est une discipline transdisciplinaire, interdisciplinaire, pluridisciplinaire et reprend la définition des mots transdisciplinarité, interdisciplinarité, pluridisciplinarité  proposée par un document de synthèse du Projet CIRETUNESCO (1997) :
« La transdisciplinarité fait référence à ce qui est à la fois entre les disciplines, à travers les différentes disciplines et au-delà de toute discipline. Sa finalité est la compréhension du monde présent, dont un des impératifs est l’unité de la connaissance ».
« L’interdisciplinarité concerne le transfert des méthodes d’une discipline à une autre et la pluridisciplinarité qui “concerne l’étude d’un objet d’une seule et même discipline par plusieurs disciplines à la fois ».

Références

1 : BNF : Bibliothèque Nationale de France – http://data.bnf.fr/14129434/maguy_pothier/

2 : http://www.theses.fr/1992PA030012

Références de l’ouvrage

https://edutice.archives-ouvertes.fr/edutice-00275185

Maguy Pothier. Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues. Françoise Demaizière. Ophrys, pp.141, 2003, <ISBN : 2-7080-1040-9>. <edutice-00275185>

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement doctorant en Sociolinguistique et DFLE.

More Posts


2 réflexions sur « Partie 1 – Regard sur l’ouvrage ” Multimédias, dispositifs d’apprentissage et acquisition des langues” »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.