Fluidité et complexité du discours ?

Compte rendu de l’article : Luci Nussbaum et Virginia Unamuno,       « Fluidité et complexité dans la construction du discours entre apprenants de langues étrangères », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 16 décembre 2005, consulté le 14 décembre 2015.

Selon certaines études, les apprenants qui accordent de l’importance aux buts communicatifs et à la fluidité prêtent peu d’attention aux formes de leurs énoncés : la fluidité et la complexité ne seraient donc pas compatibles. Le présent article tente de problématiser les critères de fluidité et de complexité. Ceux-ci sont définis habituelement par rapport au locuteur natif et élaborés à l’aide d’une linguistique du monologue et de la phrase, alors qu’il faudrait étudier ces critères dans le discours et en situation de communication, ce qui selon les auteurs apporterait une nouvelle dimention sur la notion de fluidité et de complexité.

Les données étudiées ici sont des transcriptions de deux tâches communicatives. Celles-ci ont été réalisées par 6 dyades d’apprenants des langues différentes, d’âges différents, disposant de compétences linguistiques assez limitées. La première tâche est une activité d’échange d’informations : chaque apprenant a un dessin, qu’il ne doit pas montrer, d’une épicerie contenant sept différences par rapport au dessin de son interlocuteur. Il faut donc touver ces différences en discutant. La deuxième tâche consiste à imaginer une conversation entre un vendeur de l’épicerie et une cliente à partir d’un canevas écrit et la présenter devant les autres.

L’analyse des données a porté sur deux aspects : l’analyse des actions que les apprenants réalisent pour accomplir une tâche et celle des façons de réguler et de contrôler ces actions. Pour le premier aspect, l’analyse a permis d’identifier les modes de réalisation des tâches, qui sont d’ailleurs très divers. S’agissant de la première tâche, certains se contentent de décrire leur dessin uniquement en terme de présence/absence des objets, d’autres posent des questions pour obtenir plus d’informations, ou essayent de contrôler le traitement langagier des informations. Ces différentes manières de réaliser la tâche en collaboration rendent leur discours plus complexe. Pour la deuxième tâche, on peut observer certaines convergences de la démarche et sa complexité : la plupart commencent la tâche par distribuer les rôles, ensuite la négociation des formes des énoncés et la reformulation du canevas pour réaliser un dialogue. Ce processus de textualisation, qui implique ainsi une telle succession d’actions, montre qu’il y a de la complexité dans ce travail en collaboration.

Concernant l’analyse sur le deuxième aspect, on peut observer qu’il existe un lien étroit entre vigilance sur le discours et efficacité dans la poursuite des tâches : dans les deux tâches, certaines dyades qui exerçaient le contrôle sur le sens et la forme de leur discours ont réussit plus facilement à réaliser ces tâches. Cela pourrait être utile pour réviser le concept de fluidité : ce concept pourrait être compris non comme rapidité du discours, mais comme efficacité dans la réalisation des tâches.

L’analyse des activités pour réaliser la tâche et pour réguler leur discours conduit ainsi à problématiser les critères de fluidité et de complexité. Souvent, certaines actions (les reformulations, les hésitations, les répétitions, le recours aux langues sources, etc.) sont considérées comme des indicateurs de manque de fluidité. Or, dans l’analyse de la présente étude, ce seraient plutôt des marques d’attention et de vigilance qui facilitent la réalisation des tâches et qui seraient bénéfique pour l’apprentissage. Par ailleurs, le fait d’observer les énoncés d’un individu, dans le travail avec son partenaire, et non isolés de l’interaction, montre que les tâches réalisées en collaboration pourraient développer des compétences discursives variées et complexes.

Par ailleurs, ce qui caractérise les tâches de communication entre apprenants, par rapport à la communication entre apprenants et enseignant ou locuteur natif, c’est que les responsabilités de contrôle sur le discours sont partagées. La valeur de ces tâches consiste au fait que les apprenants sont obligés de prêter une grande attention sur le discours sans être aidés par un individu expert. Il est donc important de conduire les apprenants à gérer leur discours eux-mêmes et à exercer le contrôle sur le déroulement de ce discours.

                                              ✼    ✼    ✼    ✼    ✼    ✼

La proposition des auteurs apporte un nouveau regard sur la notion de complexité et de fluidité, qui selon eux, se situent avant tout dans l’interaction. Cette nouvelle dimention de la notion, considérée pas comme critère pour évaluer les compétences de l’apprenant, pourrait servir comme indice pour élaborer des tâches communicatives qui faciliteraient l’apprentissage des compétences de communication. À travers l’analyse des données, on peut observer des conditions favorables au développenent des compétences discursives qu’offre l’interaction.

Concernant l’évaluation sur la fluidité du discours, les auteurs s’interrogent sur les critères, notamment des indicateurs habituels de manque de fluidité, en s’appuyant sur leurs données empiriques. Leur proposition de considérer ces indices plutôt comme des éléments qui contribueraient à l’apprentissage est intéressante, surtout pour nous, les futurs enseignants dont l’intérêt principal est de faire apprendre et non d’évaluer. Cependant, la question suivante reste sans réponse : comment évaluer correctement les compétences discursives de l’apprenant au niveau de la fluidité et de la complexité ? Pour l’aider à développer ses compétences, il est nécessaire de saisir où il en est dans son apprentissage, ce qui permettrait, par exemple,  à l’enseignant de repérer la zone de proche développement.

Bibliographie

Luci Nussbaum et Virginia Unamuno, « Fluidité et complexité dans la construction du discours entre apprenants de langues étrangères », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 16 décembre 2005, consulté le 14 décembre 2015.

 



Citer ce billet
Sayaka WAKASA (2016, 9 janvier). Fluidité et complexité du discours ? art, langage, apprentissage. Consulté le 28 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cy7x

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

2 réflexions sur « Fluidité et complexité du discours ? »

  1. Merci beaucoup Monsieur Martin pour votre remarque. Je modifierai la référence.

  2. Merci Sayaka pour ce compte rendu de lecture très intéressant. Il faudrait indiquer l’ensemble des références de l’article : Luci Nussbaum et Virginia Unamuno, « Fluidité et complexité dans la construction du discours entre apprenants de langues étrangères », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], 12 | 2000, mis en ligne le 16 décembre 2005, consulté le 09 janvier 2016. URL : http://aile.revues.org/1448.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.