Le tandem linguistique et son potentiel acquisitionnel : l’étude de la dynamique de séquences de rétroactions correctives

Le tandem linguistique est un des contextes d’appropriation des langues étrangères dans lesquels on pourrait espérer apprendre en communiquant. Cette forme sociale d’apprentissage est basée sur le principe de réciprocité, les partenaires s’aident réciproquement, et le principe d’autonomie, chacun est responsable de son apprentissage. L’efficacité peut donc varier énormément selon la façon de s’y prendre. Comme le signalent Brammerts et Calvet, « de nombreux d’étudiants ont alors tendance à se concentrer avant tout sur le contenu de leur échange. Ils se contentent de comprendre, de se faire comprendre et de réagir de manière adéquate – l’apprentissage linguistique, qui devrait être le but premier du partenariat, devient alors secondaire » (dans Helmling, 2013: 31).

Le présent mémoire tentera d’étudier la dynamique de l’interaction en tandem linguistique face à face, plus précisément la dynamique de séquences de rétroactions correctives et son potentiel acquisitionnel pour l’apprenant avancé du français. Comment la correction s’opère-t-elle dans ce contexte ? Quels types de techniques sont-elles mobilisées ? Est-ce efficace ? (Y a-t-il des réparations ?) Qu’est-ce que le tandem pourrait apporter à un apprenant au stade avancé pour qu’il puissse encore progresser ? Dans quelles mesures cette forme d’apprentissage pourrait-elle être bénéfique à l’appropriation de la compétence de communication orale ?

Pour répondre à ces questions, je me baserai sur une étude de cas, il s’agit d’un auto-enregistrement. J’enregistrerai des interactions en tandem entre une apprenante française du japonais et une apprenante japonaise du français (moi-même). En m’appuyant sur l’analyse des interactions, j’identifierai différentes séquences dans le but de repérer celles de rétroactions correctives. Le mémoire tentera d’étudier ces dernières, en adoptant les catégories de rétroactions correctives de Lyster (1999), afin de comprendre la dynamique de correction dans l’interaction en tandem.

 

Bibliographie provisoire

Bange, P. 1992. « À propos de la communication et de l’apprentissage de L2 (notamment dans ses formes institutionnelles) », Acquisition et Interaction en Langue Étrangère, n°1, 53-85.

Bartning, I. 1997. « L’apprenant dit avancé et son acquisition d’une langue étrangére ». Acquisition et Interaction en Langue Etrangère n°9, 9-50.

Cappellini, M. et Zhang, M. 2013. « Étude des négociations du sens dans un tandem par visioconférence », Recherches en didactique des langues et des cultures : Les Cahiers de l’Acedle, volume 10, n°2, 27-59.

Cicurel, F. et Véronique, D. 2003. Discours, action et appropriation des langues, Paris: Presse Sorbonne Nouvelle.

Coşereanu, E. 2009. « Le rôle de la correction dans les interactions synchrones entre pairs pour l’apprentissage du français langue étrangère ». Cahier de l’Apliut, volume, 28, n°3, 39-54.

De Pietro, J.-F., Matthey, M. et Py, B. 1988. « Acquisition et contrat didactique: les séquences potentiellement acquisitionnelles dans la conversation exolingue », Actes du troisième Colloque Régional de Linguistique, Strasbourg 28-29 avril 1988, Université des Sciences Humaines et Université Louis Pasteur, Strasbourg, 99-119.

Helmling, B. 2013. L’apprentissage autonome des langues en tandem, Paris: Didier.

Lyster, R. 1994. « La négociation de la forme : stratégie analytique en classe d’immersion ». La Revue canadienne des langues vivantes n°50, 446-465.

Lyster, R. 1999. « La négociation de la forme : la suite mais pas la fin ». La Revue canadienne des langues vivantes n°55, 355-384.

Vasseur, M.-T. 1989. « Observables et réalité de l’acquisition d’une langue étrangère : Séquences de négociation et processus d’acquisition », Langage et société, volume 50, n°1, 67-85.

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


2 réflexions sur « Le tandem linguistique et son potentiel acquisitionnel : l’étude de la dynamique de séquences de rétroactions correctives »

  1. Merci Ke pour ton commentaire !
    Après le niveau C1, on ne peut plus trouver un cours qui nous correspond (mis à part les cours particuliers ou spécifiques qui sont en général assez onéreux…). Et le niveau C1, c’est loin d’être la maîtrise… Si on veut encore progresser, il faut chercher une autre façon d’apprentissage, une autre façon surtout autonome. J’examinerai si le tandem peut être une possibilité. Et j’espère voir quelque chose d’intéressant dans mes analyses !
    Bon courage à toi aussi, Ke ! On va se serrer les coudes pour nos mémoires !

  2. C’est très fascinant, ton projet ! Merci de ton partage, Sayaka !

    Je porte la même opinion que toi dans la perspective que le tandem est un moyen efficace pour apprendre une langue étrangère. Le tandem nous donne la possibilité de recevoir dans le meilleur délai, les feed-back sur notre performance langagière. C’est un moyen le plus individualisé et probablement le plus rentable pour les apprenants, si je peux le dire.

    L’un des avantages devrait être que les apprenants seraient plus motivés, puisque le contenu de l’interaction est discutable, et l’objectif d’apprentissage est plus concret et précis.

    J’attends déjà avec impatience de ton résultat de recherche, bon courage, ma chère Sayaka !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.