Input parental et différentiation linguistique chez une bilingue de deux ans :interactions dyadiques et triadiques

L’article intitulé  Input parental et différentiation linguistique chez une bilingue de deux ans :interactions dyadiques et triadiques est un article tiré de la revue numéro 6 du site d’AILE(Acquisition et Interaction en Langue Etrangère),dirigée par  Suzanne  Schlyter.Ce numéro regroupe des articles représentant différentes directions de recherche.Les études concernent de jeunes enfants à l’âge de 2 et 5 ans , qui acquièrent simultanément deux langues dans leur environnement familial.L’article est  écrit par  Elizabeth Lanza  qui y  aborde la question  des « mélanges » des langues.Ses études se déroulent au sein d’une famille en Norvège où elle observe  l’acquisition du norvégien et de l’anglais  par Siri,petite fille de deux ans.La mère de Siri est américaine et le père, norvégien.L’objectif de ces études est de voir comment les parents réagissent aux participations  conversationnelles de Siri selon que les interactions sont dyadiques ou triadiques et si les interactions dyadiques persistent dans les interactions triadiques.Lanza démontre les résultats de son  analyse du  choix des langues utilisées par Siri et par ses parents au cours des interactions dyadiques et triadiques.Dans le cas du modèle dyadique, Lanza met en avant les différents types de mélanges que  la petite fille utilise.Cette dernière s’adresse à sa mère en norvégien et en anglais à son père.Cependant les mélanges interactionnels avec la mère sont essentiellement grammaticaux, tandis qu’avec le père,ils sont exclusivement lexicaux.

Les tableaux  utilisés dans cet article illustrent la dominance  de la langue norvégienne dans les mélanges grammaticaux de Siri. Quant aux mélanges lexicaux,l’enfant en produit beaucoup plus dans ses interactions avec le père qui est norvégiophone.Pour expliquer les mélanges lexicaux de Siri , l’auteur  s’appuie sur la conception dynamique du contexte.Lanza remarque que les stratégies discursives utilisées par les parents donnent à leur enfant des « indices de contextualisation »  ce qui permet de définir  les interactions comme bilingues ou monolingues.Lanza en distingue cinq :

1)Stratégie de saisie minimale-ce qui représente les demandes de clarification,par laquelles  l’adulte indique à l’enfant que c’est lui qui doit reformuler l’énoncé incorrect, grâce aux formules telles que :je ne comprends pas, répète-moi ça.

2)Stratégie de formulation d’hypothèses-ce qui représente également des demandes de clarification.Mais cette fois-ci l’adulte suggère,sous la forme d’une question fermée, une reformulation de la phrase produite par l’enfant, qui à son tour doit confirmer ou réfuter l’hypothèse.

3)Traduction(répétition)- l’adulte reprend ce que l’enfant a dit mais utilisant l’autre langue.

4) Autorisation de poursuivre-bien que l’enfant utilise l’autre langue, le parent ne le corrige pas et le laisse continuer à parler dans l’autre langue.

5)Changement de code– le parent décide de changer le code et oblige l’enfant à faire partie du même contexte monolingue que lui.

Dans le cas de Siri , ses parents appliquent la stratégie une personne-une langue. La mère essaye d’utiliser le contexte monolingue avec sa fille ,surtout par les demandes de clarifications des mélanges lexicaux que Siri produit.En revanche, son père se permet d’appliquer des stratégies qui ouvrent vers un contexte bilingue ce qui pousse Siri à adopter une identité bilingue. Lanza met l’accent sur les conversations autour de la table qui sont selon elle  de bons exemples d’interactions dyadiques où les deux langues sont utilisées. Les observations prouvent que Siri  emploie les deux langues en fonction du destinataire. En plus dans les interactions avec l’enfant, les parents utilisent chacun sa langue. Lanza explique ici que ces interactions triadiques(entre mère – père et enfant) constituent en effet des contextes bilingues.Ainsi l’auteure fait la conclusion que   l’enfant  adopte des comportements langagiers différents  qui sont appliqués aux échanges dyadiques ou triadiques avec ses parents.

Input parental et différentiation linguistique chez une bilingue de deux ans :interactions dyadiques et triadiques est un article tiré de la revue AILE qui date des années 90. Il a été  écrit en 1995 par Elizabeth Lanza, professeure de linguistique  à  l’Université d’ Oslo et directeur du Centre pour le multilinguisme dans la société à travers la durée de vie.Elle enseigne le bilinguisme / le multilinguisme, la sociolinguistique, l’analyse du discours / l’analyse de conversation, la langue d’enfant et  fait également  des recherches sur la méthodologie.

Le thème des « mélanges » que  Lanza traite dans son  article est un thème qui est intéressant et qui a été discuté par nombreux chercheurs de bilinguisme chez les petits enfants.Le texte de l’article est bien structuré permettant ainsi au lecteur de bien suivre le raisonnement de l’auteure.A cela on peut ajouter un lexique simple, des arguments bien choisis, des analyses justifiées et illustrées par des exemples précis.

A la fin de l’article, l’auteure fait une conclusion ouverte en déclarant que si « nous » les chercheurs voulons expliquer mieux  la procès de la socialisation d’un enfant bilingue dans deux langues et deux cultures, nous devrons nous engager encore plus dans les recherches sur la question des interactions plurilingues.

1.Elizabeth Lanza, Input parental et différentiation linguistique chez une bilingue de deux ans :  interactions dyadiques  et  triadiques ,1995 AILE(Acquisition et Interaction en Langue Etrangère)

Christina Angelova

Etudiante en Master 2 Didactique des langues , l'université Paris 3 Sorbonne Nouvelle

More Posts


5 réflexions sur « Input parental et différentiation linguistique chez une bilingue de deux ans :interactions dyadiques et triadiques »

  1. Mes parents sont tous les deux Grecs. Simplement ils viennent de la diaspora grecque c’est-à-dire d’un autre pays que la Grèce(à cause de raisons historiques, politiques etc). Donc toute leur scolarité a été effectuée en Russie. Mais comme tu dis la richesse est toujours présente car langue et culture déjà sont indissociables. Je n’ai pas de neveu parce que je suis l’aînée mais mon petit frère parle russe, grec et le grec chypriote. Et dans deux ans à l’école il aura de cours d’anglais à l’école.

  2. Tu as vraiment la chance d’avoir des parents de différentes nationalités: c’est une vraie source de richesse culturelle.Mon neveu est comme toi :il est bulgaro-germanophone.Avec son père et moi il parle en bulgare et avec sa mère et sa soeur en allemand.Mais j’ai décidé de commencer de lui parler qu’en français parce que je trouve que de nos jours etre bilingue ne suffit pas.Quelles langues parle ton neveu?

  3. Tout à fait! D’ailleurs c’est un mythe que le bilinguisme peut se développer seulement quand on est très jeunes. On peut devenir bilingues à tout âge! Simplement je me suis identifiée plus avec le cas de Siri car moi aussi j’ai grandi avec 2 langues présentes dans la maison (le russe et le grec). Et comme Siri avec mon père je communique qu’en russe et avec ma mère c’est plutôt un mélange du russe et du grec. Avec mes frères c’est plutôt en grec-chypriote qu’on parle. Et en lisant ton travail je me suis rendu compte que souvent j’utilise le changement codique et la traduction (répétition) avec mon petit frère qui a 7 ans et qui est sur le chemin du trilinguisme.

  4. Je suis d’accord avec toi,Olga!Mais on peut toujours grandir dans plusieures langues sans avoir obligatoirement des parents de différentes nationalités.Par exemple, j’ai une amie bulgare qui habite au Canada dès son tendre enfance et maintenant elle est trilingue(bulgare français anglais).Et ses parents sont tous les deux bulgares.

  5. Très intéressant ton compte rendu Christina. Siri fait partie de tant de cas d’enfants qui grandissent dans deux ou même plusieurs langues! Et même si certains gouvernements ignorent ce fait parce qu’il y a une volonté de « monolinguiser » cela n’empêche pas les mariages mixtes et du coup dans la plupart des cas des enfants bilingues.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.