“Croire en soi dans un monde d’inquiétudes”

Il était une belle matinée ensoleillée promettant d’être une journée magnifique. Ce jour-là, Violette avait un rendez-vous avec le directeur de son mémoire. Elle s’inquiétait beaucoup.

Après une semaine passée dans les bibliothèques et consacrée à la lecture et au travail sur la problématique, la méthodologie et la bibliographie de mémoire, elle a pensé que le rayon du soleil pouvait être un bon signe pour avoir un rendez-vous convivial avec le directeur de son mémoire. En se précipitant à l’université pour ne pas être en retard, elle réfléchissait à quel point il serait agréable d’entendre quelques mots d’appréciation, parce qu’il n’était pas facile à critiquer un point de vue généralement accepté.

Et pourtant, elle était en retard à cause de la perturbation du trafic sur l’ensemble de la ligne “Bonne Chance”.

Tout énervé, le professeur était en train de partir…

Professeur :“Ah, la voilà, Mlle Violette… Je vois que vous avez réussi à venir”, dit-il.

Sans donner la possibilité à Violette de présenter ses excuses, le professeur a continué : “C’est bien que vous êtes ici, car je voudrais vous demander quelque chose d’important sur votre mémoire, sinon j’ai déjà pu partir il y a quelques minutes. J’ai lu votre projet de mémoire et je vois que vous avez une idée intéressante concernant les jeux dans le domaine d’enseignement des langues”.

Violette : “Alors…” (elle a commencé à parler à voix basse) “Je pense que vous faites référence à mon hypothèse concernant l’idée que le jeu n’a pas de but extérieur à lui-même, c’est bien ça?”.

 Professeur : “Oui, exactement, expliquez-moi, s’il vous plaît”, dit-il avec impatience.

 Violette : “Selon mes lectures et mes réflexions, j’ai remarqué qu’il y avait certains chercheurs qui considéraient les jeux comme moyens très efficaces pour l’enseignement des langues. Pour montrer le lien entre “jouer” et “apprendre”, ils se référaient à la notion du mot latin “ludus” pour désigner à la fois jeu et l’école”.

Professeur : “Oui, c’est bien ça, et alors?”

Violette : “Oui, mais….” (elle était encore plus embarrassée en disant ce “mais”) “Mais il existe aussi d’autres chercheurs pour qui les vertus éducatives prêtées au jeu sont antérieures à l’existence de savoirs scientifiques permettant de justifier ce lien entre jeu et éducation”.

Professeur :“D’accord, et vous êtes plutôt pour les derniers, n’est-ce pas ?”

Violette : “Je veux dire que si ces auteurs tentent de justifier leur point de vue que “jouer” signifie “apprendre”, en faisant une liaison entre jeu et éducation, peuvent-ils avoir tort, s’il n’y a pas de preuves scientifiques ? Peut-il que le jeu n’ait pas de but extérieur à lui-même? Si oui, je ne sais pas comment le prouver…”

Professeur : “Les uns et les autres peuvent avoir tort ou au contraire ils peuvent être raison mais quand on fait de la recherche, on essaye de montrer les moyens efficaces ou pas selon les besoins du public. De plus, vous ne devez rien prouver. Ce n’est pas votre objectif. Il est important de montrer vos réflexions, vos expériences, vos connaissances, vos lectures, vos capacités à écrire, vos doutes et vos hypothèses. Bref, tout ce qui fait partie de votre chemin d’écriture de mémoire”.

Violette a commencé à penser que tout le temps passé dans les bibliothèques était en vain et elle avait tort à propos de ses idées.

Violette : “Oui, je comprends. En ce cas, je voudrais essayer de faire une hypothèse que le jeu n’a pas de but extérieur à lui-même, autrement dit en jouant, on apprend à jouer, on progresse dans tel type d’activité, c’est pourquoi il est difficile de dire que les étudiants apprennent les compétences communicatives grâce aux jeux dans la classe de langue. En outre, même si le jeu apparait comme une situation par laquelle, dans certaines conditions sociales, passe la maitrise de la communication préalable indispensable à celle du langage oral, cela ne signifie pas que cette maitrise ne pourrait pas passer par d’autres voies…”.

Professeur la regardait en souriant. Néanmoins, ce n’était pas un sourire de l’acceptation mais d’une autre chose. Violette sentait encore plus inconfortable.

En mettant ses papiers dans son porte-document le professeur a répondu : “Je ne peux pas dire que votre hypothèse n’est pas intéressante mais elle a besoin de nombreuses lectures et relectures, aussi bien que des expériences sur le terrain. Je vois que vous êtes une personne curieuse et autonome dans vos recherches mais il vous faut encore beaucoup de travail.  

Cette fois, il sourit avec un certain sens de soutien.

Professeur : “Maintenant je dois partir, car un autre étudiant m’attend. Continuez avec vos recherches et essayez de déterminer de la manière plus concrète le chemin de votre travail. Contactez-moi par mail pour se mettre d’accord sur la date de notre prochain rendez-vous”.

 Violette : “Merci, Monsieur! Et excusez-moi d’être en retard”.

Violette est sortie de la salle. Elle souriait avec ses yeux. Peut-être qu’elle n’a pas vraiment réussi à formuler ses idées et ses hypothèses oralement auprès le professeur mais elle savait qu’elle était sur le bon chemin. Elle a finalement commencé à croire en soi et à ses forces.

Le coeur léger, elle marchait dans la rue.

Après tout, c’était vraiment une belle journée ensoleillée…

 

 


VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *