Le Prix Nobel de la littérature et la mondialisation

8C9280114-nobel-ceremony-2012

(Source de photo : http://www.kth.se/blogs/daniel/files/2014/12/8C9280114-nobel-ceremony-2012.jpg)

Ce mercredi après-midi, de 15h à 18h, j’ai participé à un séminaire doctoral dirigé par M. Emmanuel Fraisse. Ce séminaire, s’intitulant Langues, littérature et mondialisation, a eu lieu à la salle C, au centre Bièvre, 1 rue Censier. Il s’agit de la dernière séance de séminaire dont le sujet était le Prix Nobel de la littérature et la mondialisation.

Quel est l’impact du Prix Nobel de la littérature sur les langues, sur la mondialisation et sur la littérature ? Pour répondre cette question, nous commençons d’abord par son histoire. Fondé par Alfred Nobel, un scientiste suédois, ce prix vise à récompenser les personnes qui ont dû promouvoir l’humanité, dans les domaines de la médicine, de littérature, de la chimie et de physique. En 1901, le premier Prix Nobel de la littérature a vu le jour en tant qu’un prix littéraire mondial, d’où posons nous les questions suivantes : Quels sont les critères pour juger une œuvre littéraire soit bonne ou mauvaise ? Est-ce que l’œuvre philosophique fait partie de la littérature ou plutôt celle-ci ne se réserve qu’à la fiction ? Pourquoi certaines langues sont préférées par ce prix ?

Selon le testament de Nobel, le prix de la littérature sera consacré à un écrivain qui a des orientations idéales dans ses écritures. Différent du Prix Goncourt en France qui couronne un ouvrage, le Prix Nobel de la littérature couronne un auteur par sa trajectoire d’écriture. En outre, il ne couronne qu’un écrivain vivant et productif. Les candidats sont classés dans une liste, ce qui est refusé dans la liste courte en année n, sera repris dans l’année n + 1. Le jury doit argumenter pour justifier le choix du candidat. Lors du jour de la cérémonie chaque année le premier octobre, l’écrivain couronné est invité à effectuer un discours sur la trajectoire de son travail, en impliquant souvent des programmes intellectuels ou moraux, et souvent très instructifs et passionnants.

Après la deuxième guerre mondiale, le Prix Nobel de la littérature a été accusé d’être gauchiste en raison de sa préférence pour le tiers-monde. Ce prix dont les écrivains couronnés sont la plupart des européens, surtout des français (l’internet a un impact inattendu d’accentuation sur les langues européennes, soit des langues alphabétiques), s’étend hors de l’Europe et montre son influence dans le monde. Presque toutes les oeuvres sont traduites pour être lues, par les membres du jury d’abord. Dès que le prix a été décerné, il y aura de plus en plus  traduction des oeuvres de l’écrivain dans beaucoup de langues dans le monde.

 

Fan XIE

Etudiante en Master 2 Didactiques des langues à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.