L’application des expressions idiomatiques dans l’enseignement du français

La nécessité d’enseignement des expressions idiomatiques :

pleinledos_thumb

L’apprentissage des langues se base en grand parti sur la connaissance des mots employés sur l’axe syntagmatique, c’est la raison pour laquelle l’enseignement des expressions idiomatiques s’avère être très important étant donné leurs spécificités culturelles et linguistiques, les locuteurs natifs utilisent et comprennent un grand nombre d’expressions idiomatique tandis que les locuteurs non natifs ont des difficultés à saisir le sens de ces expressions , et ont parfois tendance à formuler des phrases complexes à la place d’une collocation ou une expression figée fréquente chez les natifs. Par exemple, la où le locuteur natif dira : « il y a un mot en plus dans la liste », le locuteur natif dirait : « il y a un ajout d’un mot ».

En effet, dans le cas ou l’enseignant demande aux locuteurs non natifs débutants de distinguer les mots suivants : frapper, taper, battre, ils auront beaucoup de mal, surtout s’il ajoute un substantif pour chaque verbe, par exemple : un tapis, une porte, la tête, ils feront énormément de compositions de mots qui font rire les natifs, des combinaisons peuvent donc être proposées dans ce cas pour mieux cerner la distinction entre les mots: battre un tapis, frapper à la porte, se taper la tête (niveau A).

En effet,  l’enseignement de ces expressions a été recommandé par le CECRL au même titre que le reste du lexique. Quelques expressions familières commencent à apparaitre au niveau A par exemple l’expression « en avoir plein le dos » qui signifie en avoir assez, il n’existe pas des mots inconnus chez les débutants. Mais la phraséologie apparait concrètement au niveau B et doit être maitriser au niveau C , notamment les expressions recherchées par exemple l’expression « se mettre martel en tête » qui signifie se faire des soucis inutiles.

Difficultés de l’enseignement et d’apprentissage des expressions idiomatiques :

Quelques difficultés qui peuvent être rencontrées sont généralement liées à la compréhension  et au résultat d’une traduction littérale, dans la mesure où le sens général n’est pas déductible du sens des mots qui la composent. Cette expression sera certainement ambigüe aux locuteurs non natifs qui ne l’ont jamais rencontré auparavant. Ou encore, parce qu’elles possèdent des structurent syntaxiques particulières qui n’ont pas de correspondants équivalents dans d’autres langues. Du coup l’usager qui ne connait pas l’expression ; essaiera de trouver le sens a partir de la traduction littérale de l’expression cette traduction mot à mot pourra en fait modifier le sens de l’expression et rarement mener l’usager à un sens probable.

Une autre difficulté, concerne la culture dans laquelle s’inscrivent les expressions idiomatiques enseignées. Pour autant que , dans la plus part du temps, le sens des expressions est relatif à la culture cible. Finalement même si un apprenant dispose d’une certaine maîtrise de la langue il ne pourra pas déduire le sens de ces expressions figées s’il n’a pas un minimum de savoir sur la culture de la langue cible.

Méthodes et techniques pour faciliter l’apprentissage des expressions idiomatiques :

Le rôle de l’enseignent est donc déterminant car il joue le rôle d’un médiateur culturel, autrement dit, il doit inciter ses apprenants à réfléchir sur  les éléments culturels relatifs à la culture cible, et les amener à penser sur ces expressions  en les comparant a celles qui existent dans leur langue maternelle. Les apprenants vont alors acquérir une compétence qui leur permettrait de lire entre les lignes.  Effectivement pour comprendre une expression idiomatique l’apprenant étranger doit prendre en considération ce qui est culturel à savoir le rituel, fête, règle de savoir vivre, gastronomie . . .  exemple l’expression : « avoir un verre dans le nez » qui veut dire « être ivre » un locuteur arabe qui ne possède pas l’alcool dans sa culture aura du mal à comprendre que  l’expression utilise le verre comme représentation des effets de l’alcool et le nez qui évoque la montée de l’alcool qui par stéréotype devient rouge lorsque l’on a trop bu.

Deux autres approches peuvent contribuer à la facilité d’apprentissage des expressions idiomatiques la première est une démarche allant de la forme vers le sens autrement dit la « sémasiologie », c’est-à-dire étudier à partir de formes des différents mots ou de structures diverses, pour aboutir par la suite à leurs sens. A ce propos, l’application de cette notion est visible dans les ouvrages de la phraséologie, d’où une classifications selon différents critères notamment lexicaux qui regroupent les mots appartenant au même champ lexical par exemple : un regroupement d’expressions figées qui utilisent le lexique des couleurs (Travailler au noir) (Voir rouge) . . ,et , syntaxiques qui rassemblent toutes les expressions ayant en commun les structures syntaxiques, par exemple : un rassemblent d’expressions qui contiennent un verbe à l’infinitif en position initiale (manger sur le pouce), (prendre dans ses filets).

Il faut souligner qu’au niveau de la didactique cette approche, joue un rôle important dans l’enseignement, elle favorise bien la répétition, la fixation de formes lexicales et syntaxiques, et permets aux apprenants d’avoir des pistes indicatives une clairvoyance et une meilleure mémorisation.

La deuxième approche s’intitule « onomasiologie », soit du sens vers la forme, qui consiste en une démarche allant d’un ensemble d’expressions désignant un concept précis, par exemple, il y a plusieurs  possibilités d’expression à partir d’un concept d’exaspération ou d’irritation : « lever les yeux au ciel » « être à cran» ou « courir sur le haricot», ces expressions ne contiennent même pas le mot colère.

Sur le plan didactique, l’enseignant amène les apprenants a réfléchir méthodiquement sur les expressions idiomatiques en proposant des exercices qui développent leurs capacités à exprimer un terme ou une notion de différentes manières ce ci élargit le réseau sémantique de lexies des apprenants au fur et à mesure. Ils feront donc moins de traduction dans leurs langues maternelles car ils prendront conscience de l’incompatibilité syntaxique, lexicale sémantique et culturelle.

En fait, l’approche sémasiologique et l’approche onomasiologique se complètent. l’onomasiologie mets en évidence les éléments culturels et contextuels, alors que la sémasiologie a son avantage en listes des mots.

Les expressions idiomatiques reflètent les modes de pensée et de vie d’un peuple. Quoique leur enseignement-apprentissage en laisse plus d’un perplexe, plusieurs s’avouent pourtant soucieux d’en disposer pour conférer de l’authenticité à leurs échanges. Toute langue possède des expressions qui évoquent sur-le-champ une image pour parler de situations courantes. En contrepartie, une expression peut revêtir du sens dans une langue et non dans une autre. Lesquelles préconiser et pourquoi? Comment s’y prendre pour les enseigner en langue seconde? À quel niveau de compétence linguistique en langue seconde devrait-on leur accorder de l’importance et à partir de quel âge? À la lumière d’études dans le domaine, nous proposons des liens entre la théorie et la pratique afin d’illustrer en quoi le plaisir d’apprendre la langue seconde peut s’incarner, entre autres, dans les expressions idiomatiques.

Remarque : Certains emploient la désignation « expression imagée » au lieu d’« expression idiomatique ». On parle également d’expression imagée lorsqu’on met en image une expression quelconque.

 

Bibliographie:

Précis des expressions idiomatiques, Isabelle Chollet et Jean-Michel Robert. CLE International, 2007.

La phraséologie en classe de FLE, Cristelle Cavalla. Les langues modernes, 2009, pp.en ligne. < hal-00699916 >



Citer ce billet
Wenxuan LI (2016, 8 janvier). L’application des expressions idiomatiques dans l’enseignement du français. art, langage, apprentissage. Consulté le 13 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cy7o

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.