L’approche communicative :théorie et pratique (1991)—un conseil pour l’enseignement du français en Chine

894455788

C’est un ouvrage du domaine de la didactique des langues étrangères. Son auteur est BERARD Evelyne, la raison pour laquelle que je me suis intéressée à ce livreét ait simplement parce que que j’aime bien l’approche communicative. Mais au fur et à mesure de mon lecture, je trouve que cette méthode peut bien compléter un blanc dans l’enseignement du français en Chine, par rapport aux autres méthodologies.

Cet ouvrage se constitue en trois parties. Dans la première partie, l’auteur  présente exhaustivement les points sur la définition de l’approche communicative après une analyse des problèmes des méthodes précédentes, les méthodes audio-visuelles. Par exemple, dans les méthodes audio-visuelles, « les dialogues sont très éloignées de la réalité, et le décalage entre la méthode et le contact direct avec la langue étrangère peut être déroutant pour l’éleve »,c’est-à-dire que ces méthodes ne répondent plus les besoins des apprenants. Donc dans l’approche communicative, les besoins des apprenants sont pris en compte, qui « consiste à recueillir des données dans différents domaines concernant l’apprenant par le biais d’outils tels que le questionnaire, l’enquête, l’entretien ». Dans la deuxième parties, l’auteur choisi et met en perspective cinq manuels de l’approche communicative: Archipel, Cartes sur table, Sans frontière, Le français des relations amicales et En effeuillant la marguerite, avec deux questionnaires. Dans la dernière pratie, elle présente de manière concrète les principes de l’approche communicative, et comment ils se déroulent dans la classe de FLE. A la fin de ce livre, elle cite quelque documents utilisés dans cette méthode, et ses fiches pédagogiques correspondentes, pour avoir une vision claire de ce type de cours.

Quant à mes propres expériences, j’ai fait ma licence de français en Chine. A ce moment-là, j’avais 18 ans, et avant l’université, je n’avais jamais abordé le français. C’est le cas de presque tous les étudiants chinois qui apprennent le français comme spécialité. La méthode utilisée par les enseignants en Chine est principalement la méthode traditionnelle. Le manuel le plus utilisé est écrit par un Chinois qui est lui-même enseignant de français, M. MA Xiaohong. La langue utilisée dans le manuel est chinois, français, après chaque texte nous avons une liste de nouveaux mots, et nous abordons les règles de la grammaire française qui sont parfois complexes tout depuis la première leçon. Par exemple des règles d’ accord de nombre et de genre (y compris la conjugaison de « être »), mais avec la langue maternelle, la grammaire présentée ici n’est pas très difficile à comprendre. Il y a deux examens très importants que tous les étudiants chinois dans mon cas doivent participer, c’est TFS-4(Test national dû français enseigné à titre de spécialité, niveau IV) pour les étudiants de deuxième année universitaire et TFS-8 pour les étudiants de quatrième année universitaire, dans ces deux examens, les exercice grammaticaux sont « vedettes ».

Cette méthode utilisée en Chine est apparue le plus tôt dans l’histoire, aujourd’hui, les méthodes d’enseignement de français ont beaucoup développé. Mais à mes yeux, la méthode traditionnelle n’est pas une méthode qui doit être rejetée, surtout pour les apprenants dont la langue maternelle est loin de la langue française. Par exemple, sans la grammaire explicite, nous ne savons jamais la lettre « s » à la fin d’un mot peut signifier parfois le sens de pluriel, ou bien « sont » et « est » sont en fait deux réalisations d’un même mot « être », parce qu’en chinois les verbes ne changent jamais.

Par contre, je ne suis pas d’accord qu’une méthode correspond à une époque unique, je pense que certaines méthodes peuvent co-exister en même temps, mais selon les niveaux des apprenants, parce que chaque méthode a ses avantages qui peuvent être juste les désavantages des autres méthodes. Comme je vais travailler en chine, lors du cours de méthodologie, je réfléchi souvent sur les cas en Chine. Un problème en chine est que nous utilisont toujours la méthode traditionnelle pendant les quatre années universitaires, nous trouvons la même module de leçon dans tous les fascicules, cela pose des problèmes lorsque nous avons des cours avec les professeurs français au troisième année, nous nous sommes sentis sans aide, il y a une manque de transition. A ce moment là je ne savais pas comment compléter cette manque, mais après cette lecture, j’aperçois que c’est bien l’approche communicative. Dans l’approche communicative, les leçons se constituent de plusieurs situations qui correspondent au même thème, les situations sont plus courtes que les textes dans les méthodes audio-visuelles, mais elles sont plus nombreuses avec les expressions différentes pour que les apprenants peuvent choisir quand ils rencontrent les mêmes situations dans la vie réelle. Ce que nous manque est bien la capacité de se débrouiller dans les circonstances que nous n’avons pas rencontré dans les leçons. Concrètement, cet ouvrage a proposé à la fin quelques exemples de documents sur les situations téléphoniques, ils donnent une richesse d’expressions possibles pour demander un renseignement à travers un téléphone. Dans ce cas-là, les apprenants peuvent choisir, dans la vie réelle, parmi ces expressions selon les relations entre les interlocuteurs ou leurs identités sociales. L’approche communicative peut être utilisée au cours de la deuxième année universitaire, au fur et à meure des besoins des apprenants qui augmentent dans l’apprentissage de français.

Mais pourquoi ce n’est pas d’autre méthode pour remplacer cette manque? Parce que nous sommes déjà adultes qui n’ont pas aussi de facilités que les enfants dans l’apprentissage d’une nouvelle langue, donc les méthodes qui n’utilisent que la langue visée ne sont pas très adéquates pour nous, surtout quand notre langue maternelle est très éloignée de la langue visée. Les situations simples mais variées sont juste ce dont nous avons besoins.

C’est une inspiration très précieuse que cette lecture me donne.



Citer ce billet
Wenxuan LI (2016, 8 janvier). L’approche communicative :théorie et pratique (1991)—un conseil pour l’enseignement du français en Chine. art, langage, apprentissage. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/cy7n

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Une réflexion sur « L’approche communicative :théorie et pratique (1991)—un conseil pour l’enseignement du français en Chine »

  1. Après la lecture de votre article, il me semble que le méthodes d’enseignement en didactiques des langues se succèdent et se complètent, car à mon avis aucune rejette l’autre. ces méthodes forme une chaîne et chacune joue une rôle dans une période bien distincte et ce qu’a permet la naissance d’autres méthodes.
    je trouve que votre article intéressant à lire,merci pour le partage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.