L’interprétation de l’erreur

0af44f4b4349a6d7739f4922e40eeb92f826ee5b

Les erreurs font partie de l’apprentissage et pourtant plusieurs enseignants ne savent pas toujours comment les interpréter. Dans l’ouvrage L’interprétation de l’erreur, Marquilló Larruy propose un parcours divisé en trois parties : erreur et norme ; l’erreur et la faute ; et interpréter les erreurs des apprenants. À la fin de chaque chapitre, il y a une petite conclusion avec des informations sur ce qu’il en faut retenir pour l’interprétation de l’erreur. Dans la présentation neuf questions autour du sujet sont posées, répondues à la fin de l’ouvrage.

D’abord, la première partie de l’ouvrage est consacrée au clivage entre les termes faute et erreur. En didactiques des langues il est préférable l’usage du terme erreur car faute est historiquement associée au péché. De plus, la caractérisation d’une erreur est faite en opposition à la norme d’une langue. C’est pourquoi cette première partie introduit quelques informations importantes sur l’histoire de la langue française, comme son évolution, la notion de bon usage, les variations du français parlés en France et ailleurs. Par conséquent, la langue de référence peut être influencée par plusieurs éléments, ayant des variations. D’ailleurs il faut relever si l’erreur porte sur la norme, sur l’adéquation, sur le sens/la signification ou le système de la langue, car dans la communication, il est plus important que le message soit compris par son partenaire et non qu’il soit conforme à la norme.

Ensuite, la deuxième partie montre que les études portées sur l’erreur avaient une place mineure en didactique des langues, ce n’était que dans le domaine de l’acquisition du langage que l’erreur occupait une position centrale. Les deux études importantes centrées sur l’erreur sont l’analyse contrastive et l’analyse d’erreurs. D’un côté l’analyse contrastive compare la langue de départ avec la langue cible afin de prévoir toutes les difficultés d’apprentissage. En revanche, d’autres études ont montré que les apprenants de langues de départ différentes produisent des fautes identiques. D’autre côté l’analyse d’erreurs étudie les erreurs produites au lieu de les prévoir. Avec cette étude, l’erreur gagne un statut positif, les termes faute et erreur ont des nouvelles connotations, « fautes » désigne les erreurs de performance et « erreurs » les erreurs systématiques. L’analyse d’erreurs permet aussi une étude de l’interlangue (la grammaire intériorisé ou la langue de l’apprenant) révélant l’état du système transitoire de l’apprenant. Associée à l’analyse d’erreurs, la pédagogie de la faute ou de l’acceptabilité est une procédure permettant de « rattraper » les fautes résistantes. Il y a encore les travaux sur les parlers bilingues portés sur des phénomènes de métissage linguistique.

Enfin, la dernière partie deux études de cas sont présentées illustrant l’interprétation d’erreurs à partir de textes écrits. Ils sont suivis d’une fiche-outil exemplaire qui guide la réécriture et un tableau pour diversifier la correction ou l’action en retour.

Cet ouvrage n’est pas complet, il sert comme introduction dans le sujet aidant les enseignants et futurs enseignants à mieux comprendre les erreurs pour ensuite les interpréter. De plus cela permet de comprendre la place actuelle de l’interprétation d’erreurs comme un outil important dans la didactique des langues.

MARQUILLÓ LARRUY, M. L’interprétation de l’erreur. Paris, CLE International, 2003.

 


Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

5 réflexions sur « L’interprétation de l’erreur »

  1. James Reason rappelle que « la connaissance et l’erreur coulent des mêmes sources mentales, seul le succès permet de différencier l’une de l’autre » (Reason, 1993 : 22)
    je veux bien aussi donner une belle citation de Jung qui correspond bien à ce sujet. « La lumière nécessite l’obscurité, sans laquelle elle ne saurait être lumière » (C.G.Jung, 1953 : 12)
    Paula Maria Ristea dit également dans son ouvrage « Comment ne pas errer quand on n’a pas encore découvert le bon chemin ? » (Ristea, 2006 : 27 )
    Je pense que l’erreur est fondamentale pour tout apprentissage. Cependant je suis contre l’idée qu’il faut valoriser l’erreur. Il ne faut pas valoriser mais il faut bien placer son rôle dans le processus d’apprentissage.

    Références
    – Jung, Carl Gustav, La guérison psychologique, Genève, Librairie de l’Université Georg&Cie
    – Reason James, L’erreur humaine, Paris , PUF
    – Ristea Paula Maria – Erreurs et apprentissages : le rôle de l’erreur dans l’apprentissage du français langue étrangère, 2006

    1. Merci Alper pour les références. Tu as raison, il ne faut pas oublier l’importance de l’erreur dans l’enseignement et apprentissage d’une langue étrangère.

    2. Il ne faut pas valoriser l’erreur mais ils ne faut pas non plus « punir » les apprenants à cause de leurs erreurs. Comme tu l’exprime d’une manière très belle dans le choix de tes citations les erreurs sont un fait naturel dans l’apprentissage. Moi j’ajouterai « Il faut parfois se perdre pour se retrouver ». Cela peut sembler paradoxale mais de fois si on s’éloigne de tout ce qu’on sait de tout ce qu’on est on peut voir clairement le reste. Mon avis!

  2. Merci Monica pour ce compte rendu d’un livre intéressant, je vais le lire. Au lieu de « faute », on dirait plutôt « erreur », à partir des analyses contrastives, les enseignants repèrent les défauts provisoires des apprenants et les aident à progresser. Mais il me semble que ces analyses peuvent aussi être utilisés par les apprenants eux-mêmes, soit une analyse contrastive automatique. Ce qui va les rendre conscient du processus de l’évolution d’interlangue, les encourage à auto-corriger.

    1. Merci Fan, tu as tout à fait raison, ça sert comme base à une apprentissage autonome. Il ne faut pas oublier que les apprenants eux-mêmes doivent construire les règles qui composent leur interlangue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *