Je suis à court d’idées…

Octobre 2015:

Le semestre a démarré et je suis à court d’idées. Pourtant, s’il faut bien retenir un mot cette année, c’est le mot rédiger. Dossiers plus Billets plus Mémoire plus…Billets plus…mais dans quelle odyssée me suis-je aventurée?! Ce n’est pas que je ne veux pas écrire mais je ne suis pas inspirée. Les mots se sont volatilisés. Mes phrases peinent à être formulées. J’observe le temps s’écouler, mes camarades commencer à publier. Je me demande si ma muse a pris congé et si M. Latour peut m’aider. Je relis encore et encore son extrait dans l’espoir de trouver une clé. Elle n’existe pas ou elle est bien cachée. Encore un mystère à élucider en plus de la phrase «tout fait partie des données».

Le semestre a démarré et je suis à court d’idées. Je dois déjà choisir des sujets à traiter. Cependant, j’attends toujours l’étincelle se manifester. Si seulement j’étais une fée. D’un coup de baguette magique, mes pannes d’inspiration seraient réglées. Mais l’éternelle page blanche m’observe et me fait prendre conscience de la réalité. Peut-être que je peux trouver des graines faisant pousser des idées? Ok, je cesse de divaguer.

Le semestre a démarré et je suis à court d’idées.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts


4 réflexions sur « Je suis à court d’idées… »

  1. Merci beaucoup pour vos commentaires! Merci également pour la référence et les conseils! J’ai décrit l’état dans lequel j’étais au début du semestre précisément. L’angoisse de la page blanche est effectivement quelque chose mais comme tu l’as dit Fatemeh, la lecture est une solution. C’est la raison pour laquelle je m’y plonge pleinement en ce moment. Encore merci. C’est très constructif d’avoir des retours.

  2. Ton article m’a profondément touché !
    Il est plein de sincérité mais surtout très poétique !
    J’ai pu ressentir, enfin je crois, la « souffrance » dans laquelle tu te trouve ! Cette souffrance d’être devant une page blanche, à court d’idées, à court de créativité, bref de vaguer dans un monde autre que celui de la recherche.
    Tu as su aller droit au coeur du lecteur par ta finesse d’écriture !
    Ton article est bien différent des autres, mais porte en lui sa propre réflexion et sa propre tendresse

  3. J’ai beaucoup aimé ta façon de t’exprimer. Tristesse, sincérité, côté poétique, bref tout est là. Je l’ai senti dans chaque mot. J’espère vraiment que tu trouves ce qui te plaît et que tu écris un bon mémoire aussi bien que cette publication. Merci beaucoup Gaëlle pour ton partage.

  4. Si M. Latour n’arrive pas à vous donner des idées, commencez à lire un autre livre, un autre écrivain…J’ai proposé à Amal de voir la vidéo d’une table ronde sur la rédaction de la thèse (qui pourrait aussi être utile pour le mémoire ). Sébastien Kapp (Sociologue, chercheur associé à l’EHESS) présente son livre et explique son contenu . Voici son lien:
    http://epresence.univ-paris3.fr/7/Watch/631440.aspx
    Je sais que c’est très difficile de ne trouver aucune idée. Maintenant que vous cherchez la graine, vous pouvez peut-être la trouve dans la lecture. Elle pourrait faire pousser des idées.
    En plus, je me souviens que M.Martin racontait dans son cours sur l’enseignement de la littérature que Guernica (le tableau sur la guerre d’Espagne et l’un des tableaux les plus connus) est le fruit d’un grand effort, d’un grand travail de Picasso. Là-bas, j’ai compris que toute création littéraire, artistique et scientifique exige un énorme travail et que l’inspiration en vient après.
    Je vous souhaite une bonne continuation.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.