Caractéristiques langagières des jeunes de la banlieue parisienne – expressions du langage familier

 

J’ai lu beaucoup d’articles sur  Art, langage, apprentissage, qui  présentaient la signification d’une certaine  expression qui a été utilisée dans un certain contexte, ce qui m’a donné l’occasion d’apprendre quelque chose de nouveau et d’enrichir mon vocabulaire en français.

Cela m’incite à partager mon expérience concernant les circonstances dans lesquelles j’ai appris des expressions faisant partie du langage familier.

L’année dernière j’ai commencé à travailler dans un lycée de la banlieue parisienne, un lycée particulier grâce à la diversité des origines des élèves qui y étudiaient. C’est là où j’ai entendu beaucoup d’expressions dont les significations je ne connaissais pas au début. Je ne comprenais presque rien en écoutant les conversations des élèves. .

Voyant qu’il m’était de plus en plus difficile de continuer à travailler dans un milieu où je comprenais mal les autres, je me suis dit qu’il fallait faire quelque chose, déposer plus d’efforts  pour essayer de comprendre ce qu’ils disaient. Petit à petit, j’ai commencé à identifier dans leurs pratiques langagières quelques mots et expressions qui m’étaient aussi méconnus que bizarres … malgré ma timidité, j’ai commencé à converser avec eux, en leur proposant de parler plus rarement afin de comprendre mieux leur message…

Je me suis rendue compte plus tard, que le  motif était leur manière de parler caractérisée par une forte spécificité lexicale, qui était liée à une situation particulière, c’est-à-dire, à l’immigration; cette spécificité lexicale étant caractérisée par l’utilisation du langage familier qui pour moi était méconnu. Par exemple, ils utilisaient souvent le verlan ( je me venère, meuf, ouf etc ), une forme d’argot français qui consiste en l’inversion des syllabes d’un mot.  C’est en inversant les syllabes de la locution adverbiale « à l’envers » que le terme de « verlan » a été crée.

J’ai repéré donc quelques mots et expressions que les lycéens utilisaient très souvent à l’école, pendant les récréations, au foyer ou  dans la cour et je leur ai demandé  leurs explications  : « Wesh ma gueule » ( formule de salutation: « Salut mon ami »), « ça fout quoi? » (qu’est-ce que tu fais?), « wallah » (je te jure), « la vie de ma mère » ( je te jure), « tu gobes? » (tu crois vraiment ce que tu dis?), « t’as fait du sale » (tu as fait quelque chose de bien), « t’es relou » ( tu es énervant), « michto » ( c’est très bien), « t’es chiant » (tu es énervant), « tu es dans l’excès » ( tu exagères) etc. Je voudrais mentionner ici que les élèves étaient capables de varier leurs usages; le langage qu’ils utilisaient changeait en fonction de leur interlocuteur (ils ne s’adressaient pas de la même manière à un adulte qu’à un de leurs copains).

Quand j’ai demandé aux élèves de m’expliquer la signification des mots et des expressions qu’ils utilisaient, beaucoup d’entre eux ne savaient pas quoi me répondre… Alors, pourquoi ces élèves les utilisaient, s’ils ne connaissaient pas leur signification?

Je suppose que le langage qu’ils utilisaient leur permettait d’acquérir le statut de membres d’une communauté de pairs. Le fait que beaucoup d’entre eux avaient du mal à identifier la signification des mots qu’ils utilisaient , m’indique que ces jeunes, en dépit de leur appartenance sociale, de leur origine culturelle, étaient en quête d’une identité spécifique. Par exemple, certains élèves d’origine française ou d’une autre origine, utilisaient parfois dans leur langage, des mots d’origine arabe, même s’ils ne connaissaient pas leur signification. Ainsi, je peux constater que ce n’est pas la signification des mots qui les intéressaient, mais le sens d’appartenance à un groupe que l’utilisation de ce langage leur permettait d’acquérir, ce qui leur donnait une force de cohésion, car ils voulaient se faire reconnaître et se faire acceptés.


Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts

8 réflexions au sujet de « Caractéristiques langagières des jeunes de la banlieue parisienne – expressions du langage familier »

  1. Ton article me rappelle l’activité didactique qu’une camarade avait mise en place pour sensibiliser aux variations du français et notamment au « parler jeune » dans le cadre du stage DULF. Elle s’est appuyée sur le résumé de Madame Bovary fait par Jean Rochefort, un acteur français, en utilisant l’argot. Il emploie des expressions qu’on peut effectivement entendre dans les banlieues parisiennes. D’ailleurs, le « parler jeune » varie selon les régions. Même s’il doit y avoir des mots communs ou expressions communes je pense.

    Voici le lien si ça t’intéresse:
    https://www.youtube.com/watch?v=16ubmu7qbJc

  2. Merci pour ton partage! En fait je me suis abordé à ce phénomène l’année dernière, on dit que les jeunes de la banlieue parisienne parle l’argot. Par exemple le département Seine-Saint-Denis est normalement appelé « quatre-vingts treize », mais les jeunes de la banlieue parisienne dit « neuf trois ».

    1. Merci pour ton commentaire, Wenxuan!

      Il est intéressant ce que tu dis. Je ne savais pas qu’ils appelaient ce département « neuf trois ».

    2. salut je suis très intéressé par ce sujet et c’est ce que je veux savoir c’est s’il y a une différence entre le parler des jeunes de la banlieue parisienne et la banlieue marseillaise ?

  3. Merci Timuc pour cet article intéressent. Cela me fait penser au moment où je travaillais pour les adolescents en banlieue parisienne en tant qu’animatrice. Par fois, j’ai eu mal à comprendre ce qu’ils disaient mais à moment donné je me suis rendue compte qu’ils ont fait pour que je ne sois pas totalement dans leur communauté. Comme tu as écrit, ils ont cette nécessitée de cette force de cohésion entre eux. Mais il est possible que les adultes font également la même chose…c’est à voir..

  4. Merci Mirela pour ce partage très intéressant. En lisant le titre, le film « L’esquive » rentre dans ma tête (Vous l’avez déjà vu ? ), quand je le regardais, il n’y a beaucoup de mots et d’expressions inconnus pour moi, parce que les jeunes de banlieue parisienne parlent pas mal de verlan. Ce serait très intéressant d’introduire certains vocabulaires aux apprenants étrangers, surtout pour ceux qui ont l’intention de s’intégrer à la société française. De plus, j’apprend de nouveaux mots dans ton billet, je t’en remercie.

    1. Merci pour ton commentaire, Fan!

      Je n’ai pas vu le film dont tu m’as parlé, mais je vais le chercher sur Internet. Dans mon article je n’ai écrit que quelques’unes des expressions familières que j’ai entendues au lycée… Quand on les entend parler pour la première fois, on a vraiment l’impression qu’ils s’expriment dans une autre langue.

      1. Le film « Entre les murs » (réalisé par Laurent Cantet et sorti en 2008) pourrait également t’intéresser ! C’est une sorte de docu-fiction tourné dans dans un collège parisien. Les spectateurs sont donc confrontés à une forme de parler jeune.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *