Auto-évaluation : un travail sur soi

Auto-évaluation 

L’attitude auto-évaluative dans notre apprentissage s’apprend : « C’est un travail sur soi pour une conscientisation critique. »1 On entend par cette définition que « apprendre à s’auto-évaluer c’est accepter de voir en arrière pour porter un œil critique sur soi, appuyé sur des critères (…), conduisant à une prise de décision pertinente et efficiente sur la base d’un référentiel intériorisé. Cette aptitude réflexive permet une prise de conscience de son action ; lucidité indispensable à tout apprentissage signifiant que seul l’élève, en tant que sujet, peut réaliser. »2 De ce point de vue on arrive à l’idée que l’auto-évaluation nous permet d’abord d’avoir un œil critique sur notre apprentissage afin de le façonner selon nos besoins et puis de nous rendre plus conscient de nos actions d’apprentissage. Ce regard critique sur son propre apprentissage et « un tel recul sont considérables, car elles obligent l’évalué à se regarder, à s’analyser, à fouiller dans ses propres difficultés, au risque entre autres d’altérer son image de soi et ainsi de devoir la construire à nouveau ou sous d’autres angles. »

Après avoir porté un regard sur la définition de l’auto-évaluation, il est utile de parler du lien entre l’auto-évaluation et l’attribution de note dans l’évaluation. Il n’est pas très possible de dire que l’attribution d’une note peut mesurer et évaluer l’apprentissage d’un apprenant, car « l’auto-évaluation n’est pas réductible à un bilan»4. C’est un processus qui se fait et s’active constamment chez l’individu pour élargir ses limites d’apprentissage, s’auto-évaluer, tracer sa propre voie d’apprentissage en fonction de ses besoins.

Ce processus en question s’émerge chez l’individu comme un processus spontané qui prend « le statut d’objectif d’apprentissage »5. L’objectif d’apprentissage est défini par l’apprenant. Ensuite l’auto-évaluation intervient dans l’apprentissage pour structurer la capacité et la vitesse d’apprentissage. Mais il faut dire que « l’auto-évaluation s’apprend. L’auto-évaluation, parce qu’elle est avant tout un processus humain, ne peut être réduite à l’organisationnel. L’auto-évaluation nécessite donc bien qu’on abandonne l’idée de la définir comme un « guidage », une opération de laquelle le formateur serait le maître. Le sujet ne s’auto-évalue pas sur commande : il faut donc distinguer les tâches pour l’apprentissage de l’autoévaluation, du processus du sujet qui s’auto-évalue, lui, en permanence. »6.

Ayant appris l’auto-évaluation, l’apprenant obtient une liberté totale dans son apprentissage et à partir de ce moment-là c’est à lui de construire son propre apprentissage sans être limité par une note attribuée par l’enseignant ou l’évaluateur. « L’apprentissage de l’auto-évaluation est ainsi plus qu’une technique accessoire d’évaluation. L’apprentissage de l’auto-évaluation constitue le moyen essentiel permettant à l’élève de dépasser un simple savoir-faire non réfléchi, purement opératoire, pour accéder à un savoir-faire réfléchi grâce auquel il peut intervenir et agir consciemment ».7. Donc on peut unir le savoir-faire réfléchi à l’autoévaluation puisqu’il s’agit de l’apprenant qui est amené à réfléchir sur son apprentissage. Le but à atteindre, c’est, certes, d’apprendre aux apprenants à s’auto-évaluer et de faire de l’autoévaluation « un objectif de formation, une habileté à développer dans son véritable sens »8

Références

1 : Bernard Donnadieu, Michèle Genthon, Michel Vial, Les théories de l’apprentissage, 1998

2 : Pillonel, M. & Rouiller, J., Faire appel à l’auto-évaluation pour développer l’autonomie de l’apprenant, 2002, Résonances, 7, 28-31.

3 : Louise M. BELAIR, L’évaluation dans l’école, 1999

4 : Michel VIAL, Se former pour évaluer, se donner une problématique et élaborer des concepts, 2001

5 : Genthon, M, Dispositifs d’évaluation formative, 1978

6 :  Michel VIAL, Se former pour évaluer, se donner une problématique et élaborer des concepts, 2001

7 : Cardinet, J. , La maîtrise, communication réussie, 1998, Dans Pillonel, M. & Rouiller, J., Faire appel à l’auto-évaluation pour développer l’autonomie de l’apprenant, 2002, Résonances, 7, 28-31.

8 : Gérard SCALLON, L’Evaluation formative, 2000

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement doctorant en Sociolinguistique et DFLE.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.