D’accord, mais…

屏幕快照 2016-01-07 15.07.17

J’en ai marre de ce « d’accord » !

Quand ma conseillère m’explique le dysfonctionnement de la carte bleue, je réponds « d’accord » pour affirmer ma compréhension.

Quand ma directrice me donne un conseil de la rédaction du mémoire, le mot « d’accord » sort de ma bouche immédiatement même si je fais mes possibles de trouver un autre de substitution.

Lorsque quiconque me dit « c’est d’accord ? », je réponds sans aucune hésitation « d’accord ! » avec un grand soulagement comme si je n’avais pas le droit de l’utiliser sauf que quelqu’un me le demande.

Ce tic de langue m’a accompagné depuis le début de mon apprentissage du français. Je ne me suis pas décidée à m’en débarrasser jusqu’au moment où j’ai entendu cette expression répéter sans cesse dans l’enregistrement des entretiens, car à un moment donné, elle a commencé à choquer l’oreille. J’ai confié ce souci sur un réseau social et ai demandé des conseils pour des formules appropriées à la même situation. Une fille, très amusante, m’a proposé « Ah oui.. T’as raison ! Ah bon ? C’est vrai ! Je ne peux pas imaginer ! C’est incroyable ! Oui, t’es tout à fait correcte !! », expressions devenant de plus en plus exagérées et dix fois plus vivantes que le banal « d’accord ». Bref, son principe consiste à susciter l’envie de parler de l’interlocuteur. Malheureusement, son directeur lui a conseillé de ne pas abuser des expressions un peu trop chaleureuses.

Suite à cela, je me demande pourquoi cette préférence pour « d’accord » comme réponse immédiate? D’une part, les raisons subtiles touchent à la stratégie rhétorique. Lorsqu’il s’agit d’un entretien, en général, elle permet de signifier les empathie et connivence vis-à-vis à mes interviewés. Du moins, cette forme d’affirmation traduit une intention forte pour nous rapprocher. Elle peut se substituer par des phrases longues de différentes significations comme « je vous suis bien », « très bien, continuez », « vous avez raison », « je comprends », « pourquoi pas » dont l’articulation nuit parfois à la continuité de l’échange. Par ailleurs, elle a l’air plus neutre par rapport à celles qui manifestent l’avis personnel de l’intervieweur. On peut ainsi jouer sur le degré d’affirmation. De plus, elle est souvent suivie par la conjonction « mais ». Dans ce cas-là, il s’agit de fait du marqueur de concession équivalant à la locution « certes ». On l’utilise peut-être pour approfondir la réflexion des interviewés, pour diriger la conversation dans le sens auquel on s’attend, ou bien pour lancer une réplique et imposer nos propres arguments. On peut prononcer « d’accord » même si on n’est pas vraiment tout à fait d’accord. D’autre part, je me suis rendu compte plus tard qu’il est aussi question culturelle. Les Chinois, généralement dit, cherchent à la convergence sans laquelle les relations sont difficiles à s’établir, d’où vient le principe diplomatique « chercher l’identité de vues tout en mettant de côté les divergences ».

Ce n’est pas que je suis démunie du bagage langagier, mais que cette locution est équivalente aux expressions moins exagérées en chinois. Cependant, dans la vie quotidienne où on souhaite un dialogue d’égal à égale, le monotone « d’accord » cache la personnalité et même donne une impression qu’on est une personne soumise et même patine. Pourquoi pas essayer « certainement », « carrément », « bien sûr », « c’est vrai », « justement » ?

Un jour, j’étais un peu étonnée d’avoir entendu une professeur répéter sans interruption « d’accord, d’accord, d’accord, d’accord, d’accord » pour réagir à mon exposé. Cette phrase, si longue que j’ai l’impression qu’elle ne va pas la terminer, sous-entend seulement qu’elle a besoin du temps pour organiser sa pensée.

De toute façon, la locution d’accord n’exprime pas toujours un accord !


4 réflexions sur « D’accord, mais… »

  1. Je ne suis pas chinoise mais j’utilise aussi ce mot tout le temps pour montrer que je suis une conversation. C’est bien que tu nous a proposé d’autres variantes pour exprimer ce besoin d’attention au locuteur. Et c’est vrai que pour les allophones exprimer ce genre de marqueurs discursifs n’est pas du tout évident!

  2. Même soucis avec toi Shuman! J’ai vu ton message sur le reseau social, cela fait échos à beaucoup de Chinois. Pour éviter d’utiliser le même mot pour les expressions fréquentes dans notre vie, je pense qu’il faut qu’on met particulièrement une oreille en écoutant les dialogues des natifs, et de les utilisent consciemment lors qu’on parle.

  3. Merci Shuman pour tes réflexions.
    Un tic de langage, c’est un sujet intéressant. On en a sans doute tous quelques-uns, cela peut être un charme ou agacer les autres et parfois la personne elle-même… Ce qui est difficile pour nous les étrangers, c’est de savoir si un tic qu’on a adopté reflète bien notre personnalité. Parler en langue étrangère tout en étant soi-même n’est pas un défi facile à relever. Réfléchir sur ses tics de langage peut être utile pour cela !

    1. Merci Sayaka, je suis tout à fait d’accord avec toi. On peut adopter les tics de langue qui nous plaisent ou qui puissent refléter bien notre personnalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.