La littérature, pour quoi faire ?

71fYb243u+L

Antoine Compagnon, historien de la littérature, spécialiste de Marcel Proust, aussi professeur au Collège de France. Dans son cours inaugural au Collège de France en 2006, s’intitulant La littérature, pourquoi faire, il a souligné l’importance de continuer à parler de la littérature même au contexte actuel soit 21ème siècle où elle se confronte à la féroce concurrence avec des adversaires inéluctables.

A part deux questions centrales, la littérature, pourquoi faire et comment faire, cet ouvrage nous permet aussi de nous orienter vers ces dimensions suivantes : Quel est le rôle de la littérature dans l’histoire ? Quelles approches s’agit-il pour procéder à la recherche ou l’enseignement de la littérature ? La littérature, en tant qu’une existence créative depuis longtemps, de quelle manière profite-t-elle à l’humanité ou à la société ? Comment l’auteur prouve-t-il la littérature est la manière la plus efficace à s’améliorer face à d’autres représentations culturelles telles sont la musique, le cinéma ?

Comme ce qu’on a déjà mentionné, deux questions centrales sont en guise d’amorce du cours : « Pourquoi et comment parler de la littérature française moderne et contemporaine au XXIème siècle ? »[1]. En parcourant de l’histoire de la littérature du XVIIIème jusqu’au XXème siècle, l’auteur préfère d’abord nous parler de « comment », il y repère une tendance d’alternance entre « théorie » et « histoire » en tant que manières de critique littéraire. La tradition théorique traite la littérature, sur le plan synchronique, comme « une et même, présence immédiate, valeur éternelle et universelle »[2]; alors que la tradition historique, sur le plan de diachronique, envisage « l’oeuvre comme autre, dans la distance de son temps et de son lieu »[3]. Or, Compagnon oppose cette alternance, il penche pour une combinaison de théorie et histoire, non sans modifier leurs significations : théorie mais pas doctrine, soit les notions élémentaires de discipline, ainsi qu’une expulsion des clichés et des préjugés, également un éclairement ou une précision méthodologique; histoire mais pas exclusivement la chronologie, également la prise en charge du contexte, des autres.

On constate, avec l’auteur, une difficulté de la mise en relation de la littérature et la modernité, déjà à travers cette histoire rapidement parcourue, ensuite, par un contexte actuel encore plus complexe où la littérature s’inscrit. Face aux méprises de la part des sciences exactes, aux menaces résultant du développement de nouvelles techniques, l’audiovisuel et les numériques, l’amoindrissement de la littérature devient un risque latent. De ce fait, la légitimité de la littérature a grave besoin d’être justifiée, comment parvient-on à retrouver sa gloire au contexte moderne ? Pour ce faire, l’auteur, aussi spécialiste de l’histoire de la littérature, cherchant à repérer les apports de la part de littérature à l’humanité, nous introduit les quatre définitions des pouvoirs de la littérature de manière chronologique. Ayant pour objectif d’éclairer ces définitions et de les comparer, nous les montrons d’abord sous forme de tableau :

Définitions Pouvoirs de la littérature Personnages représentants
Classique Premier pouvoir : Instruire en plaisant Aristote, Horace, Quintilien, Prévoste, Robert Musil, Paul Ricoeur
Romantique Deuxième pouvoir : Remède des maux de société Sartre, Wordsworth
Moderne Troisième pouvoir : Correction des défauts du langage Mallarmé, Bergson
Post-moderne Quatrième pouvoir : Non-pouvoir de la littérature, dépourvue d’applications supplémentaires Baudelaire, Flaubert

Au bout de ces expositions des pouvoirs de la littérature, l’auteur qui n’a toujours pas précisé quel est le sens de parler ou d’enseigner la littérature, va nous répondre cette question dans plusieurs perspectives:

  1. Une forme irremplaçable de transmettre les expériences humaines et de l’éducation sentimentale.

Pour l’instant, la littérature n’est pas une forme unique pour l’apport de l’expérience humaine, pourtant, elle est irremplaçable par rapport aux autres disciplines telles sont la philosophie, la sociologie, etc., grâce à ses spécificités : englober les complexités de la vie humaine et les montrer en rappelant l’empathie humaine, en plus, le fait de rappeler la sensibilité humaine permet de rendre les connaissances morales plus accessibles. En bref, elle assume une fonction éthique particulière qui ne marche pas aussi bien dans d’autres discours humains. Mais il faut préciser que, les lecteurs ne tirent pas de règles universelles directement dans les textes, mais plutôt avec une espèce d’intuition acquise au cours de lecture, ce faisant, les lecteurs sentent mieux le monde, plus concrètement, ils perçoivent mieux les comportements et les motivations humains.

  1. Une façon efficace à l’égard de l’établissement de l’autonomie chez les lecteurs et de former les façons de penser.

Selon le texte, ceux qui lisent régulièrement ont tendance d’être plus indépendant, nous seulement dans leur personnalité, mais aussi au niveau intellectuel. Le processus de lecture favorise la distinction des clichés, des stéréotypes, il expulse toutes les pensées périmées et superficielles. Il nous aide à comprendre le monde de manière propre, indépendante et originelle.

  1. Finalement, la littérature est-elle la seule manière d’accéder au monde, à l’initiation expériences humaines ?

 Malgré maintes citations trouvées au cours, marquées avec l’étiquette « seule » ( la littérature est la « seule» façon d’accéder au monde), l’auteur trouve ce point de vue exagéré. Il admet qu’elle n’est pas la seule, mais il insiste également que la littérature serait la manière la plus efficace dans la mesure où les lecteurs peuvent maintenir le rythme de lecture tel qu’ils veulent. Le prolongement solitaire dans les lettres les conduit aussi dans un monde d’imagination, de liberté, ainsi s’accompagne un approfondissement de la compréhension du monde.

L’enseignement de la littérature et Bildung 

Suite à la lecture de ce cours passionnant, nous trouvons qu’il y a une cohérence incontournable, à l’égard de l’enseignement de la littérature et le développement personnel, indiqué dans le livre dirigé par Anne Godard, La littérature dans l’enseignement du FLE. D’où un chapitre consacré aux enjeux de l’enseignement de la littérature, nous rappelle que les travaux auprès des finalités de l’enseignement de la littérature soulignent

« la spécificité de la compétence de lecture littéraire, considérée comme une lecture qui associe à des composantes cognitives une dimension affective et imaginative, et l’apport de la littérature à la formation culturelle et personnelle, par la diversité des expériences humaines auxquelles elle donne accès, et qui en fait à la fois un outil de développement personnel et d’ignition aux valeurs culturelles et sociales par rapport auxquelles sont construit les identités ».[4]

 La notion de Bildung, un terme allemand important dans l’étude en matière de la place de littérature dans des systèmes éducatifs européens, menée par l’experte allemande Irene Pieper en 2006, sert à désigner la notion culture humaniste qui consiste à « le développement personnel des potentialités intellectuelles, affectives et éthiques de l’être humain au sein de la collectivité dont il fait partie »[5].

 Compagnon prend son départ au plan national, il parle de l’enseignement de la littérature en France, au Collège de France, alors cela n’empêche pas que des opinions recueillies dans ce cours aient une consonance dans une dimension plus universelle. Selon le Conseil d’Europe, l’enseignement de la littérature se doit suivre cette tendance dans les pays européens. En outre, pour l’enseignement de la littérature au FLE, ce sont les mêmes enjeux, ce qui permet de transmettre les valeurs européennes telles que celles de la France dans le monde entier, y compris la Chine.

[1] COMPAGNON Antoine, La littérature, pourquoi faire, Collège de France / Fayard, 2007. p.17

[2] Ibid. p.19

[3] Ibid. p.19

[4] GODARD Anne (dir.), La littérature dans l’enseignement du français langue étrangère, coll. « Langues et didactique », Paris, Didier, 2014, p.63

[5] Ibid, p.64

Fan XIE

Etudiante en Master 2 Didactiques des langues à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts


Une réflexion sur « La littérature, pour quoi faire ? »

  1. Merci Fan pour ce compte rendu qui nous rappelle l’importance de la littérature dans notre vie. Comme monsieur Fraisse le disait dans son cours d’Enseignement de la littérature dans le monde, la littérature est en crise en ce moment dans le monde entiers mais en France cela fait plus mal. Personnellement je n’aurai pas été la personne que je suis sans les lectures que j’ai faites. Ayant été scolarisée dans le système grecque où le centre de l’éducation est la littérature je pense que cela a formé mes idéologies, mes convictions et même la manière dont je m’exprime.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.