Et nous voyons l’heure qu’il est : Walter Benjamin et le coffret de Hebel

Le livre préféré de Walter Benjamin et la formule merveilleuse qu’il tire du “coffret” (Das Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes, 1811, Cotta) de Hebel (1791-1826), apparaissent dans ce très beau passage de “La littérature enfantine” (Enfance, p. 132-133) :

Mais nous possédons assurément un chef-d’oeuvre de la littérature d’édification morale qui est en même temps un chef-d’oeuvre de la langue allemande tout simplement : Das Schatzkästein (Le Coffret). Il ne s’agit pas, comme on sait, d’un écrit pour la jeunesse au sens le plus strict ; néanmoins, il est issu intégralement d’un intérêt philanthropique pour les larges masses de lecteurs, surtout rurales. S’il est permis de caractériser d’un mot cet incomparable prosateur qui a fusionné en une presque insondable unité l’ampleur du narrateur et la brièveté du législateur, nous dirons que le décisif est alors de reconnaître chez Hebel un dépassement de la morale abstraite des Lumières  par une autre d’ordre politico-théologique. Mais comme cela ne se met en place, chez lui, qu’à la manière d’une casuistique, donc de cas en cas, il n’est guère possible non plus d’en donner une idée autrement que tout à fait concrètement. A l’aide d’une image. Quand il raconte ses histoires, tout se passe comme si l’horloger nous montrait un mécanisme de pendule en expliquant et en commentant les ressorts et les rouages. Soudain (toujours soudaine est sa morale), il retourne l’objet et nous voyons l’heure qu’il est. Et ces mêmes histoires ressemblent aussi à l’horloge en cela qu’elles éveillent notre très ancien étonnement d’enfant et ne cessent de nous accompagner tout au long de la vie.

Non seulement Benjamin nous montre la poétique de Hebel en l’exerçant concrètement avec son horloger, ce qui montrerait à l’envi la nécessité d’ancrer la critique dans l’oeuvre elle-même et de ne jamais la considérer comme l’application d’un schéma réflexif qui lui serait étranger,  mais il nous invite à une réflexion d’une très grande ampleur concernant les liens qu’entretiennent les oeuvres et la vie sous le rapport d’une connaissance bien spécifique : plus que des savoirs, des accompagnements qui apprennent à vivre.

Avec cet exemple, Le Coffret de Hebel, Benjamin nous engage à renouveler la réflexion sur des auteurs et des oeuvres dans la lignée de La Fontaine et des Fables qu’on peut considérer comme les équivalents dans le domaine français quant à leur public (“larges masses”) et à la poétique fusionnant le racontage et la leçon. Il me semble que Benjamin vise une poétique de la fable situant cette dernière comme valeur et non comme genre, c’est-à-dire comme articulation la plus forte d’une forme de vie et d’une forme de langage (voir Quelle littérature pour la jeunesse?)…

Serge Martin

 

Une fiche biographique sur Hebel à cette adresse:

http://www.jose-corti.fr/auteursromantiques/hebel.html

“Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes”, von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)
“Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes”, von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)
“Schatzkästlein des rheinischen Hausfreundes”, von J.P. Hebel, Pohlmann, Berlin o.J. (1890)

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.