Quelle définition retenir de l’adjectif « classique » dans la littérature?

La lecture de l’ouvrage Enseigner les «classiques» aujourd’hui, approches critiques et didactiques publié sous la direction d’Isabelle DE PERRETTI et de Béatrice FERRIER a suscité ma curiosité sur la terminologie de cet adjectif. Cet ouvrage est le fruit du colloque ayant eu lieu les 25 et 26 novembre 2009 à l’université d’Artois. Intitulé «Manières de critiquer, manières d’enseigner la littérature: quelles conceptions, quelles places et quelles approches des classiques dans la construction d’une culture commune ?», il propose une réflexion autour des textes classiques dans une ère d’exigences institutionnelles où il est question de développer chez l’élève une culture humaniste par l’étude des «grandes oeuvres» littéraires selon le MENESR1. Dans cette perspective, depuis 2009, le socle commun de connaissances et de compétences2 a été mis en place.

Mais revenons à notre question principale. Le terme classique est omniprésent dans les discours publics que je peux entendre, qu’il soit associé à la musique, la danse, la gastronomie etc…Dans mes représentations, il peut faire autant référence aux éléments incontournables d’un domaine ou d’une spécialité qu’à une époque précise. Par ailleurs, il m’est souvent arrivé de débattre sur la signification de cet adjectif. Ces différents points soulignent sa polysémie, polysémie particulièrement présente en littérature que Violaine Houdard-Mérot analyse dans la première partie de l’ouvrage. J’ai trouvé très intéressante l’idée de partager cette analyse ici:

Son premier sens est lié à son étymologie latine: «classis» signifiant classe et «classicus» signifiant de première classe. L’écrivain classique est celui qui demeure en haut de l’échelle sociale et qui maîtrise parfaitement la langue. Il est, ainsi, une référence littéraire de par ses deux critères. Par la suite, il devient le modèle littéraire digne d’être étudié en classe (aux dix-septième et dix-huitième siècles, il s’agit principalement des auteurs gréco-romains puis des auteurs du dix-huitième siècle). Ajoutons également le sens donné par les romantiques à savoir l’auteur considéré comme «démodé», très académique. En outre, l’adjectif classique renvoie à l’écrivain universel, atemporel ayant laissé ses empreintes dans le monde. Retenons une autre définition: l’auteur classique synonyme de l’adjectif français représentant le «triomphe» élogieux de la France à travers la langue française, la littérature du dix-septième siècle et son esthétisme.

Il semble difficile de retenir une définition tant l’adjectif est instable et «oscille(…) entre des extrêmes: sens historique/universel; laudatif/dépréciatif; génie français/génie universel»3 selon l’intervenante. Cependant, l’auteur étudié en classe semble être celle la plus stable et retenue aujourd’hui.

Ouvrage lu:

De Perreti I et Ferrier B(dir.).Enseigner les «classiques» aujourd’hui, approches critiques et didactiques. Bruxelles: P.I.E. Peter Lang. 2012. 321 pages

1 Ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

2 Il est, désormais, appelé socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

3 De Perreti I et Ferrier B(dir.).Enseigner les «classiques» aujourd’hui, approches critiques et didactiques. Bruxelles: P.I.E. Peter Lang. 2012. p29.

Gaëlle Raviton

Titulaire d'une licence d'anglais obtenue à Paris 3 et anciennement assistante de FLE à Birmingham, je suis actuellement étudiante de master 2 de didactique du FLE et des langues du monde à Paris 3.

More Posts


3 réflexions sur « Quelle définition retenir de l’adjectif « classique » dans la littérature? »

  1. Merci pour les retours. Oui, comme vous le montrez, ce sujet pousse à la réflexion mais pas seulement sur les classiques dans la littérature. C’est la raison pour laquelle, j’ai sollicité le point de vue de mon entourage sur leur définition du terme classique suite à la lecture de cet ouvrage. J’étais très curieuse. La part de la subjectivité joue un rôle non négligeable.

    D’ailleurs, je pense que la présence de guillemets entourant l’adjectif dans l’ouvrage n’est pas sans importance et montre d’une certaine manière son instabilité, sa polysémie.

  2. Je pensais que pour les ouvrages de la série « Pléiade », ce sont des oeuvres littéraires classiques, souvent date de long temps, celles des écrivains très connus. Mais après avoir lu ton billet qui est très intéressant, j’ai vu qu’il y a une évaluation ou un changement du sens du terme surtout dans la classe de langue d’aujourd’hui. Et cela me fait penser, d’un point de vue plus universel, à m’interroger aussi sur ce qu’est un ouvrage « classique » actuel ? La définition suivant mérite d’être prise en compte : « l’auteur classique synonyme de l’adjectif français représentant le «triomphe» élogieux de la France à travers la langue française, la littérature du dix-septième siècle et son esthétisme. »

  3. Qu’est ce qu’un classique ?
    Je me permets d’opposer les « classiques » de chaque pays, qui correspondraient aux chefs de file de différents domaines artistiques, qui ont su marquer leur époque ou celle d’après (comme Van Gogh dont la notoriété a été plus importante à sa mort que de son vivant) aux classiques qui font appel à notre subjectivité. Le film « La couleur pourpre » de Spielberg est pour moi un classique du cinéma. Parce qu’il réunit, à mon humble avis, toutes les caractéristiques qui font d’un film, un film magistralement bon, parce qu’il représente ce que le cinéma sait faire de mieux. Mais je ne pense pas que tout le monde le définirait comme « classique », tout bonnement car les goûts et les couleurs ne se discutent pas (sans oublier que certains n’en ont probablement jamais entendu parler) !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.