Evaluation : un phénomène qui nous concerne tous.

Introduction

Il est de plus en plus difficile aujourd’hui de supprimer la notion d’évaluation dans les épreuves de langue. Avec l’expansion du français aux quatre coins du monde, l’importance donnée à la certification, donc aux épreuves, a pris une autre dimension qu’auparavant. Quand il s’agit des épreuves de langue telles que : DELF, DALF, TCF etc, la seule notion qui nous vient à l’esprit est celle d’évaluation. L’importance de cette notion qui fait peur aux apprenants de langue est indiscutable mais ce qui doit être mis en question, c’est la chose suivante : Qui évalue ? L’évaluation est-elle objective ? Du côté de l’épreuve on parle d’évaluation mais si l’évaluation se fait par l’apprenant luimême, cela s’appelle l’auto-évaluation. Dans ce travail, on va s’intéresser à ces notions de double évaluation, elle est bien double parce qu’elle est faite d’abord par l’apprenant luimême et après par l’enseignant ou l’institution.  Donc ce travail s’intéressera à la question d’évaluation et d’auto-évaluation dans les épreuves du DELF / du DALF et l’objectivité de ces dernières au niveau d’évaluation.

Définition des termes 

Il est opportun de définir les termes « évaluation » et « auto-évaluation » pour pouvoir mieux les situer dans son contexte et mieux comprendre leurs places dans les épreuves de langue. Selon Cuq, l’évaluation « est une démarche qui consiste à recueillir des informations sur les apprentissages, à porter des jugements sur les informations recueillies et à décider sur la poursuite des apprentissages compte tenu de l’intention d’évaluation de départ »1 . On comprend par cette définition que l’évaluation apporte un jugement sur les apprentissages acquis par l’apprenant et décide sur la poursuite des apprentissages. Bref, l’évaluation est « juger, décider au nom d’une personne sur son apprentissage ».

On passe à la définition du mot « auto-évaluation ». Selon Cuq, l’auto-évaluation « est une évaluation prise en charge par celui qui apprend, c’est-à-dire une évaluation dont l’apprenant détermine lui-même le champ, fondé sur les objectifs d’apprentissage qu’il s’est réellement fixés, les modalités (performances à prendre en compte, critères d’analyses de ces performances, et exigences-seuils de réussite à appliquer) et la finalité (à quoi va-t-elle servir ?) (…) c’est une évaluation interne, et donc non certifiante, qui permet à l’apprenant, d’une part, d’apprécier le résultat, en termes d’acquisition, de ses efforts d’apprentissage, et, d’autre part, de porter un regard critique sur son apprentissage en tant que tel pour déterminer le degré de pertinence de ses choix didactiques. Ces appréciations constituent le feedback dont s’alimente la gestion du processus d’apprentissage (objectifs, modalités, moyens à mettre en œuvre). »2

Par cette définition faite par Cuq, on voit clairement que l’apprenant devient l’acteur principal de son propre apprentissage et décide lui-même en traçant sa voie d’apprentissage selon ses besoins. Cela lui permet de voir son apprentissage sous différents angles en y portant un regard critique pour que son apprentissage soit conforme à ses attentes et qu’il soit bien façonné et formé.

La place de l’évaluation dans les épreuves  

On entend ici par « évaluation » la mise en œuvre d’une performance de langue de l’apprenant. Selon le CECRL, les épreuves peuvent être considérées comme un exemple d’évaluation mais l’évaluation a plusieurs formes telles que contrôle fait par l’enseignant, l’observation de ce dernier etc, formes qui ne sont pas forcément un test à but évaluatif. Or l’évaluation est un terme qui a un sens plus large que contrôle. Quand même il ne faut pas oublier que l’évaluation est aux mains des enseignants, les conseillers pédagogiques, les inspecteurs, les chercheurs. C’est un système assez complexe, un système de « poupée russe »3.

Dans les épreuves du DELF / DALF, selon le CECRL « l’évaluation se fait par l’attribution de notes ou la prise de décisions effectuées à la suite de l’examen qui a lieu à une date donnée. On ne se préoccupe pas de ce qui s’est passé auparavant ; seul compte ce que l’apprenant est capable de faire ici et maintenant. »4. Cette conception d’évaluation nous montre que l’évaluation est liée, en toute circonstance, à l’attribution d’une note afin de concrétiser l’évaluation de la performance acquise. L’apprentissage n’est mesurable que par une note donnée. L’évaluation est réduite à des chiffres attribués par autrui.

Pourtant la chose qu’il faut mettre en évidence, c’est l’objectivité de cette évaluation. On n’est jamais sûr si les critères mises en place par l’institution reflètent exactement le niveau de l’apprentissage acquis. Les épreuves en question se font dans beaucoup de pays du monde dans de diverses institutions comme Institut Français, Alliance Française etc. La question que l’on se pose, est-ce que l’évaluation est la même pour tout le monde ? A réfléchir…

Références

1-2 : Jean Pierre CUQ, Dictionnaire de Didactique du Français, Paris, 2003

3 : Xavier Roegiers, L’école et l’évaluation, 2010

4 : Le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues : Apprendre, enseigner, évaluer

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement doctorant en Sociolinguistique et DFLE.

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.