Dialogue avec la directrice : autour de la problématique et du rôle de chercheur

Je suis assise en face de ma directrice sur la même place que je prends chaque fois. Il s’agit du troisième rendez-vous avec elle, la dernière avant mon retour en Chine. À côté de moi, Yigong est en train de présenter son projet de mémoire à l’oral. Il me semble qu’il va le terminer dans cinq minutes. Même si je m’efforce de l’écouter, je ne m’empêche pas à me prolonger dans la médiation. « C’est bizarre que je puisse entendre sa voix et ma voix à l’intérieur en même temps. Il est excellent. Oui, c’est vraiment bien qu’on a la même directrice. Sa façon de travailler, efficace et résolue, me paraît fort contagieuse. Il m’encourage des fois à ne pas me lâcher. Heureusement la problématique de mon mémoire commence à émerger, même si elle s’avère encore floue. Je me trouve dans un brouillard. En attendant qu’il se dissipe, il faut que je fasse un choix sur le chemin à emprunter pour aller plus loin dans cette forêt mystérieuse. Le terrain, élément incontournable de la recherche, fera sans doute l’objet de discussion aujourd’hui, mais j’ai des doutes sur mon rôle et notamment sur ma capacité de négocier avec les autres acteurs du terrain. N’oublie pas de poser des questions et livrer mes préoccupations. Il ne faut pas attendre que la directrice m’indique des raccourcis de cette aventure de recherche d’autant que je me méfie de l’existence des raccourcis. »

Directrice (D): OK on va écouter Shuman.

Sa parole m’a ramenée à la réalité. Cette fois-ci, c’est moi qui suis désignée. Ayant tout expliqué dans mon projet de mémoire, je ne sais par où commencer la présentation.

Shuman (S): Oui, c’est à mon tour. Si possible, Madame, pourriez-vous me donne votre feed-back sur mon projet de mémoire ?

Je fais immédiatement un plan de discussion : « À partir des éléments déplacés du projet, je pourrais ensuite mettre en avant les difficultés qui entraînent au piétinement de la recherche ».

D: Oui d’accord, donc ce qui est original dans votre projet, c’est que vous commencez par une anecdote « Une après-midi de pluie, j’ai rendu visite à deux jeunes filles chinoises…». Le moment initial de votre projet c’est votre découverte à la fois d’un fort intérêt chez ces jeunes filles ce que vous appelez «agir social», mais d’autres part un frein causé par une insécurité culturelle, linguistique…
S : Oui oui identitaire aussi.
D : C’est-à-dire que vous prenez conscience d’un désir de participation sociale et en même temps une inhibition de la capacité d’action liée à un manque d’outil linguistique. Et d’ailleurs on peut se poser la question est-ce qu’il y a d’autres choses qui freinent l’action.
S : Oui ils se considèrent comme d’un niveau moins avancé et ils ont tendance à imputer presque toutes les difficultés à un manque de connaissance linguistique.
D : C’est ça ! c’est-à-dire qu’on surdimensionne l’importance de la langue alors que dans la relation il y a d’autres choses qui se passent.
S : Mais ils ne se sont pas rendu compte de ça.
D : Voilà, c’est un point capital.

La discussion se dirige vers les tâches que je dois accomplir dans la recherche-action paritaire.

D: Tu a mentionné que vous travaillerez en coopérant avec d’autres enseignants ?
S : Tout à fait, six enseignants ont constitué une équipe pédagogique dont je fais partie. Ils vont travailler sur la mise en place de la pédagogie de projet. Ils ont des réunions régulières pour s’autoformer, pour établir des projets destinés à de différentes classes.
D: Voilà, il faut dans votre mémoire, vous expliquez tout ça. Consacrez une partie à la présentation de l’équipe, c’est passionnant. Et puis la dimension philosophique, les valeurs de cette institution. Il faut aller plus loin, par exemple montrer en quoi c’est exceptionnel. Quelle a été la genèse, la fondation ? Il faut initier vos lecteurs français pour entrer dans cette historicité institutionnelle. Vous allez être en charge d’un cours là-bas, c’est ça ?
S : Oui, j’ai la liberté d’avoir au moins d’un cours.
D : Donc dans ce cours, vous allez mettre en place une pédagogie dont l’objectif est améliorer leur agir-social.
S: Oui, mais je ne suis pas sûr si je dois obligatoirement élaborer un cours dont l’objectif est de développer leur agir social.
D : Oui, oui. Vous allez diagnostiquer des problèmes grâce à vos entretiens. Il faut entrer dans la remédiation.

La discussion devient de plus en plus difficile. Je reformule alors ma question.
S : C’est-à-dire qu’il faut intégrer cet objectif dans l’objectif global du projet ?
D : Bah, pour moi, il n’y a qu’un seul objectif. Peut-être je n’ai pas tout compris.

Je suis perdue, mais j’ai pleinement conscience qu’on est en sur une question élémentaire et cruciale. Si la pédagogie de projet permet de travailler sur l’agir social, c’est dû à ses principes inhérents et caractéristiques actionnables ou cela dépend également des objectifs du projet ? Une question toute bête que j’ai besoin d’une réponse depuis quelques semaines. La professeur répète encore une fois le principe de la recherche-action. Elle ne comprend pas pourquoi je ne vois pas cette évidence. Je reprends courage et continue.

S : Mais il y a un objectif imposé par l’institut. Il faut que les apprenants atteignent le niveau fin B1.
D : Bah, il faut associer la commende institutionnelle à la stratégie de projet qui développe l’agir social et communicatif.
S : D’accord, j’ai bien compris, c’est en fait l’une de mes préoccupations. Vous avez déjà répondu à cette question.
D : Voilà. Parce que vous avez un contrat institutionnel qui vous lie à l’institution et aussi un contrat pédagogique avec vos étudiants. Vous êtes redevable vis-à-vis de vos étudiants de leur apporter quelques choses.

Je souris en me rendant compte que le chemin devient de plus en plus clair.


Une réflexion sur « Dialogue avec la directrice : autour de la problématique et du rôle de chercheur »

  1. J’avais la même vécu avec toi Shuman, c’est vrai la conception de problématique prend du temps, Il est floue au début, on hésite beaucoup même avant la communication avec le directeur. Mais heureusement après discussion avec lui et à force de lectures et documentations recommedées par lui, la problématique et la structure s’éclairent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.