Une année haute en couleur.

Il avait pour habitude d’être mort de rire tous les jours.

Mais ça, c’était avant l’année 2015, qui pour lui avait été synonyme de crainte, dégoût et remise en question de l’humanité. Désormais, il riait jaune.

Les nuits blanches causées par la rédaction des différents dossiers que lui imposaient son master 2, n’avaient sans doute pas aidé..

Naïvement, il avait pensé se la couler douce cette année. Rapidement, il avait déchanté.

Une semaine avait suffi pour qu’il se compte que cette année n’allait pas être de tout repos. La masse de travail colossal que lui donnait chaque professeur l’avait mis dans une colère noire et depuis qu’il s’était vu attribuer la note de 13 à un exposé qu’il avait taaant travaillé et pour lequel on l’avait félicité, il était vert de rage.

Ahlala ! Sacré Rémi ! Éternel insatisfait.

L’année avait pourtant si bien commencé. Il avait rencontré Ava, une jolie américaine à la couleur ébène, qui avait fait chavirer son cœur dès le premier regard. Lui qui pensait que leur histoire était digne d’un roman à l’eau de rose, s’est vite rendu compte qu’il (s’)était trompé.

Célibataire et déterminé à le rester pour encore bien longtemps, il voulait se consacrer corps et âme à sa dernière année universitaire et surtout à son mémoire de cent pages.

Cent pages.. Rouge de honte, il avouait à demi-mot ne pas avoir répondu au dernier mail que lui avait envoyé sa directrice de mémoire. « Faute de temps » disait-il.

Pour cette nouvelle année, il s’était juré de ne prendre aucune résolution, qu’il avait du mal à tenir de toute façon. Mais gardait en tête les précieux conseils de sa mère « Cesse donc d’être fleur bleue ! », « Virilise-toi un peu dis ! », « Te prends pas la tête pour des conneries ! ».

Oui, Maman.

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts


2 réflexions sur « Une année haute en couleur. »

  1. Merci Olga, moi qui ai cherché un titre pendant plusieurs heures, j’aurais également pu l’appeler « un arc en ciel de sentiments » !
    Je suis d’accord pour la matière grise, en l’utilisant à bon escient, on viendra à bout de ce master !

  2. Betty ton article est un arc-en-ciel des locutions idiomatiques de la langue française. Oui notre mémoire demande beaucoup de travail mais cela ne veut pas dire qu’on oublie notre vie personnelle et les autres plaisirs de la vie. Je crois que la patience, un travail organisé nous aideront à avancer tant qu’il faut. Ne soyons pas de lanternes rouges, faisons travailler notre matière grise et ça ira!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.