« Hymes et le palimpseste de la compétence de communication »

L’enseignant d’une langue étrangère est constamment confronté aux liens – explicites et implicites – entre langue et culture. Ces rapports ne sont pas facilement abordés en salle de classe et les études de l’ethnographie du langage peuvent parfois sembler trop éloignées de la pratique de l’enseignant. Dans le numéro 139 de la revue Langage et société, intitulé Dell Hymes, héritages et débats , nous trouvons des réflexions extrêmement variées et prolifiques sur les modèles de ces rapports inaugurés par ce célèbre ethnographe de la communication, mais il y en a surtout une qui est particulièrement intéressante aux enseignants penchés sur les approches culturelles de l’enseignement des langues : celle publiée par Daniel Coste, Jean François Pietro et Danièle Moore. « Hymes et le palimpseste de la compétence de communication » est un article qui se détache des autres de ce numéro en ce qu’il essaye de démontrer comment la didactique des langues a accommodé le concept de « compétence de communication » de Hymes à ses propres enjeux.

Dans leur texte, ils cherchent dans les publications « On comunicative compétance » (1972) dans Sociolinguistics de J;B. Pride et Janet Holmes », et « Twards Linguistic Competence » (1982) des constantes de son concept de compétence de comunication pour après vérifier ce qui a été perdu et retenu dans la didactique.

Premièrement, dans ses publications, Hymes s’est positionné contre Chomsky en ce qui concerne l’importance qu’accorde celui-ci au locuteur idéal. Selon Hymes toute communauté est hétérogène – que ce soit du côté de la compétence où de la performance. Pour penser ces deux composantes du langage il ne faudrait pas escamoter les facteurs sociaux, les acculturations etc., comme fait Chomsky. Hymes a remis en cause ainsi la pertinence de ce locuteur et est revenu sur ces deux composantes par une autre perspective:

Il a actualisé ces notions en stipulant que la compétence « depend upon both (tacit) knowledge and (ability for) use » (1972 :282) alors que la performance « takes into account the interaction of competence, competence of others ans cybernetical and emergent propreties of evens themselfs » (1972 :283), car les genres évoluent et se réactualisent à chaque évènement de performance. Hymes a proposé, dans « twards linguistic competence », une vision intégratrice de la linguistique comme science sociale. En effet les phénomènes langagiers sont situés, ils sont radicalement sociaux et personnels. Hymes a simplifié ainsi l’analyse du système langue/culture (en compétence et en performance) par la mise en place de quatre curseurs :

Quelque chose est possible?
Quelque chose est disponible selon les moyens?
Quelque chose est appropriée selon le contexte?
Quelque chose est produite?

Selon les auteurs de l’article ce serait grâce à la notion de compétence communicative que l’on aurait commencé à mettre l’accent sur l’action plutôt que sur les connaissances déclaratives, et sur la communication plutôt que sur le système grammatical. Pourtant la didactique de langues aurait opéré certaines réductions de la notion de Hymes :

Les attitudes, les croyances/valeurs, l’économie de la parole et la voix seraient devenues une liste de savoirs, savoir-faire et savoir-être ou même des compétences. La communication avec ses aspects culturels aurait été réduite aux dimensions pragmatiques (compréhensibilité et efficacité perlocutoire) et à quelques niveaux de langue. On aurait négligé le genre, les évènements de communication, le caractère collectif et social de l’interaction, les styles… Tout cela serait dû à des influences des définitions chomskyennes de compétence et performance et aussi à un type d’enseignement tourné vers la qualification professionnelle. On aurait quitté l’ethnographie du langage pour passer à une approche universalisante et utilitariste de celui-ci.

Les auteurs terminent l’article en proposant une récupération des aspects oubliés par la didactique de langue par un rapprochement entre les notions bakhtiniennes de genre et le modèle de Hymes :

Les activités langagières et leur inscription sociale, (compétence de communication de Hymes) sont des activités qui utilisent le système (les moyens du langage) au sein d’une communauté discursive/sphère d’échange (communauté linguistique) pour produire des types relativement stables d’énoncés, les genres (genre : G du modèle SPEAKING de Hymes). Dès le début on présente le tout discursif (l’évènement de communication) – par exemple, la fin, le volume, la structure – qui pendant la parole aura ses différentiations (styles, voix…) et dont nous avons déjà une maitrise. Apprendre à parler c’est apprendre à structurer des énoncés (1984 : 265); aux mots de Bakhtin, c’est apprendre à mouler notre parole. Le rapprochement entre analyse du discours et ethnographie de la communication seraient donc fructueux pour ressouder les rapports entre langue et culture que les didacticiens ont tendance à négliger.

Danilo Andrade

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.