Analyses des méthodologies articulatoires pendant mon stage dans la Cimade

J’ai fait un stage au Cimade à Montpellier pendant trois mois en année 2014 comme une observatrice de classe. Les apprenants y sont d’origine différente. Et les cours se divisent en trois niveaux, soit niveau débutant, moyen et avancé. La classe que j’observe est du niveau débutant. Donc les problèmes phonétiques ont été beaucoup traités dans la classe.

La Cimade, acronyme du Comité inter mouvements auprès des évacués, est un service œcuménique d’entraide. Il offre gratuitement des cours du français à tous les gens qui ont l’intention d’apprendre cette langue. L’équipe pédagogique de la Cimade est majoritairement composée d’étudiants qui viennent de finir ses études en FLE, et des stagiaires qui observent la classe comme moi sont ceux qui comptent à enseigner le français dans le futur. En matière d’enseignement, le profil général de l’établissement porte sur la communication. On a des livres qui couvrent la phonétique, le vocabulaire, la grammaire ainsi que la culture générale.

Conformément aux aspects théoriques de l’enseignement de la phonétique française que j’ai inclu durant mes premiers pas de recherche sur mon mémoire. J’ai observé que dans le cadre des méthodologies mises en oeuvre pendant les cours, la méthode verbo-tonale occupe une grande place. A part cela, la méthode articulatoire et l’audition de modèles sont de temps en temps utilisées.

En outre, à mes yeux, prononcer un son correct suppose la capacité de l’audition correcte du son. Par conséquent, les élèves doivent parvenir à assimiler des nuances très fines. Dans ce cas, l’exercice qui vise à discriminer les paires minimales et qui se base sur le contexte facilitant constitue un dispositif privilégié pour ménager l’audition et la production des unités traitées.

Les trois types d’exercices principaux donnés aux apprenants sont:

1) Discrimination auditive

2) Imitation, répétition, production orale

3) Construction du système grapho-phonologique

En même temps, les cours que j’observe sont insérés par les phases où l’on entraine à la compréhension orale, c’est sur la base de cette compréhension orale que les apprenants intériorisent à leur insu non seulement des fonctionnements des règles de la grammaire, mais aussi des règles de la prononciation.

Wenxuan LI

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


Une réflexion sur « Analyses des méthodologies articulatoires pendant mon stage dans la Cimade »

  1. L’année dernière, j’ai observé un cours de phonétique pendant quelques mois dans une université française. Au niveau des méthodologies et des exercices pratiqués, c’était un peu la même chose que ce que tu as observé en stage. Ce qui m’a surtout marqué, c’est que les apprenants n’ont presque pas progressé au bout de quelques mois. Bien qu’ils aient appris à bien prononcer chaque son isolément et à distinguer des sons, etc., quand ils parlaient avec un débit normal, c’était comme avant : ils parlaient toujours avec les mêmes erreurs. Je me suis rendu compte qu’il était vraiment difficile de faire améliorer la prononciation d’un apprenant dans le vrai sens, c’est-à-dire, non l‘amélioration dans des exercices, mais celle dans le discours. Tout cela, pour te dire que « difficile » signifie « intéressant à étudier » ! Bonne chance pour ton mémoire !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.