Quand l’ego et l’alter ego mènent une discussion sur le mémoire

Ego : E

Alter Ego : A

E : Écrire un mémoire, choisir un sujet parmi une large palette, choisir un sujet équivaut savoir ce que je veux. Qu’est-ce que je veux ? Qu’est-ce que je veux aborder, rechercher, problématiser ? Quels sont les sujets qui m’intéressent ? Et quelle sera ma problématique par rapport à ces questions ? Comment y trouver des réponses ?

A: Et si tu combinais ce que tu aimes le plus ?

E : C’est-à-dire ?

A : Bah c’est-à-dire les langues, l’éducation et la didactique visant le bi-/plurilinguisme.

E: Hmmm oui il y a pleins de questions que je me pose sur le plurilinguisme. Mais travailler sur le plurilinguisme en France ou seulement le français est la langue de la République..

A : Tu es à Paris, au cœur de la France, il y a surement un terrain de recherche qui t’attend.

E : Ah oui ? Un exemple ?

A: Un exemple ? Je t’en donnerai 10 ! DULALA (D’Une LAngue à L’Autre), une association qui a comme vision de valoriser le bi-/plurilinguisme pour les enfants en utilisant l’approche de l’ éveil aux langues, le CAFÉ des langues (Centre d’Animation et de Formation pour l’ Éducation bilingue et plurilingue) qui est une autre association dont les actions visent à valoriser le bi-plurilinguisme , tu as toutes les écoles bilingues, l’Observatoire Européen du Plurilinguisme, ADEB,  l’Association pour le Développement de l’Enseignement Bi/plurilingue, Familangues une association-outil collectif de valorisation du plurilinguisme.. Contente ou tu veux que je continue ma liste ?

E : Non merci j’ai bien compris trouver un terrain sur le plurilinguisme en France ne va pas me poser aucun problème. D’accord, mais pour un mémoire il faut aussi d’autres pistes pas seulement le terrain d’observation.  Je n’en sais pas trop, le seul cours sur le plurilinguisme que j’ai eu après 4 ans d’études c’était cette année au premier semestre. Mais bon au moins j’ai mon expérience personnelle qui date de ma naissance et mon expérience professionnelle.

A : Un mémoire c’est sérieux. Cela demande du professionnalisme. Ça ne rigole pas. Le fait que tu parles plusieurs langues ou que t’as fait un stage de 5 mois pour le CASNAV ne suffit pas. Il faut de la science et qui dit science dit recherche et qui dit recherche dit lecture et qui dit lecture dit écriture et qui dit écriture dit création !

E : Tu n’as pas par hasard un diplôme en rhétorique ?

A : Très drôle Mme l’Ironique.

E : Mais non tu sais qui s’aime se taquine. Mais vraiment tu m’as convaincu sur ce plan. D’accord disons alors terrain trouvé, deuxième partie les lectures ? Qui a écrit  sur le plurilinguisme ?

A : Tu me fais rire ma petite. On est vraiment différents. Alors bien évidemment tu ne vas pas lire TOUT ce qui a été écrit sur le plurilinguisme si non même en 5 ans tu ne termineras pas tes études. Écoute-moi. Le plurilinguisme c’est ton sujet macro d’accord ? Comme le nom fruit qui peut signifier pomme, banane, abricot, fraise est un mot disons macro alors que la pomme est micro. Alors toi tu as choisi de travailler sur les fruits et pas sur les légumes ni les pâtes. Donc maintenant tu dois choisir sur quel fruit tu vas travailler. Est-ce que ça sera la pomme, la banane, l’abricot ou la fraise ? Ça peut-être aussi l’orange ou le raisin à toi de voir !

E : Euh là je me sens perdue.

A : Il faut que tu restreintes maintenant ton sujet qui fera toujours partie du macro, du plurilinguisme mais qui portera sur un sujet précis ce que je t’ai  dit tout à l’heure sur un fruit précis.

E : Ah j’ai compris !

A : Très bien. Et par rapport à ce sujet micro précis tu feras tes propres recherches, tes propres lectures.

E : Un feedback s’il-te-plait !

A : Bon d’accord. En général et je me focalise sur en général ceux qui ont écris sur le bi-plurilinguisme sont : F. Grosjean, C. Hélot, M. Candelier, M-R Moro, D. Coste, R. Gallison, J. C. Beacco, L. Dabène, V. Castelotti, G. Lüdi, etc etc. En plus il y a de films comme la Cour de Babel ou Raconte-moi ta langue qui seraient très utiles pour toi.

E : Pas mal. J’ai quand même une grande palette.

A : Oui. Mais ce n’est pas fini. Il faut maintenant choisir un directeur /une directrice de recherche par rapport à ton sujet auquel/ à laquelle tu présenteras ton sujet, ta problématique, ton terrain de recherche et bien sûr la bibliographie.

E : D’accord…

A : Mais attention ! Il faut bien choisir cette personne car elle te guidera pendant tout ton travail. Elle te donnera de conseils, tu pourras lui poser de questions, elle sera là pour t’aider.

E : Ah mais c’est cool  je ne suis pas tout seule !

A : En effet tu n’es pas toute seule mais attention une fois t’as choisi ton directeur/ta directrice et que t’aies eu son accord tu ne peux plus revenir en arrière. Donc choisis bien surtout par rapport à ton sujet. Et si tu connais cette personne par exemple si t’a eu un cours avec lui/elle tant mieux car tu connais déjà la méthodologie du professeur.

E : Ok tout est compris ! Alors terrain d’observation c’est bon, bibliographie c’est bon, directeur/directrice c’est bon aussi . Qu’est qui en reste ?

A : Écrire ! Commencer ses recherches, aller aux colloques, aux conférences qui abordent ton sujet macro, lire, et puis encore une fois écrire !

E : D’accord d’accord j’ai compris. Merci !

A : Ne sois pas égocentrique.

E : Mais pourquoi tu dis ça ?

A : Parce que tu sais très bien que je suis une invention de ton imagination. Tu es en train de te remercier toi-même !

E : Et alors ? Je n’y vois aucun mal. Tu sais il faut s’aimer soi-même pour pouvoir aimer les autres. Et puis si je te parle c’est parce que je dois me connaître moi –même avant de connaître une science ou d’écrire un mémoire n’est ce pas ? La phrase « Connais-toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux » te dit que quelque chose ?

A : Égocentrique et en plus ethnocentrique ! Tu n’arrêtes pas de parler dans tes articles et tes commentaires sur Arlap de la Grèce et de ses philosophes!  Bien sûr que je connais Gnothi seauton de Socrate qui est devenue une inscription du Temple de Delphes.

E : On en a presque tous de l’égocentrisme et de l’ethnocentrisme mais ce n’est pas tout le monde qui a le courage de l’avouer comme moi !

A : Oh là là !

 

 

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts


Une réflexion sur « Quand l’ego et l’alter ego mènent une discussion sur le mémoire »

  1. Olga, j’ai beaucoup aimé ta comparaison des sujets macro et micro avec la thématique des fruits. C’est très original!

    En ce qui concerne ton sujet macro, tu as décidé de travailler sur les fruits et non pas sur les légumes, ça c’est clair. Mais quant à ton sujet micro, ton idée exprimée dans la parole de A (Alter ego), notamment «Donc maintenant tu dois choisir sur quel fruit tu vas travailler. Est-ce que ça sera la pomme, la banane, l’abricot ou la fraise ?» m’a faite réfléchir au livre d’un philosophe Aby Warlurg «L’Atlas Mnémosyne» [1] que Serge Martin avait mentionné pendant son cours de méthodologie des mémoires consacré au livre de George Didi-Huberman «Atlas ou le gai savoir inquiet» [2]. Aby Warlurg parle dans son livre du champ épistémologique de l’histoire de l’art, plus précisément, de la pratique de montage d’un grand corpus d’images hétérogènes, c’est-à-dire d’images très différentes ayant très peu en commun.

    Ainsi, pourquoi ne pas faire ce travail de montage dans ton mémoire au niveau du sujet micro ? Autrement dit, serait-il plus intéressant à essayer de mettre les éléments hétérogènes ensemble ? Pourquoi ne pas travailler sur la pomme et la banane ? Ou bien sur la pomme, la banane et la fraise, en montrant leur interdépendance, même si elle ne se voit pas au premier regard ?

    Bibliographie :

    [1] Warburg A., L’Atlas Mnémosyne, Éditeur: L’écarquillé, Collection : Écrits, 2012.

    [2] Didi-Huberman G., Atlas ou le gai savoir inquiet, Éditions de Minuit, 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.