L’enfant aux deux langues de Claude Hagège (Quatrième et dernière partie)

https://www.google.it/search?q=l'enfant+aux+deux+langues&client=safari&rls=en&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjLsd6RzpHKAhXFPRoKHVxPC1YQ_AUIBygB&biw=1126&bih=576#imgrc=1fnqp-kUpH9zNM%3A
https://www.google.it/search?q=l’enfant+aux+deux+langues&client=safari&rls=en&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjLsd6RzpHKAhXFPRoKHVxPC1YQ_AUIBygB&biw=1126&bih=576#imgrc=1fnqp-kUpH9zNM%3A

Evaluations et corrections

L’enseignant doit savoir que l’enfant, pris entre les pressions de sa langue maternelle et l’ouverture à la nouveauté de la LV1, construit inconsciemment des hypothèses heuristiques. Ce sont des contraintes normales tout comme les stratégies d’extension sont des déviances normales. De ce fait il doit manifester une tolérance constructive :

– autocorrection préférable au constat docimologique (esprit de coopération)
– émulation : manifestations bruyantes (…qu’il ne faut pas interdire)
– le maître doit savoir corriger que de temps en temps les fautes orales (pour éviter l’énervement, la méfiance et la peur…)
– la correction ne doit s’appliquer qu’aux écarts et plus tard aux cas d’extension. Il ne faut pas interdire mais reformuler en faisant répéter.
– relation de confiance : mansuétude, patience et encouragement du maître
En somme, le pédagogue doit s’efforcer de corriger en présentant la bonne formulation avec sérénité sans éclats réprobateurs et sans jugement négatifs ou préceptes d’interdiction (il ne faut pas dire…). La correction doit être un complément clair, il est important que le maître répète la bonne formule et en sollicite la répétition.enseigner comme des gestes l’accent tonique et l’intonation (pédagogie gestuelle de phénomènes phoniques étrangers illustrer les techniques d’articulation par des tableaux

L’immersion par échanges massifs de maîtres à travers l’Europe

Parmi les nombreux facteurs qui déterminent le développement du bilinguisme, C.H insiste sur un critère rarement pris en compte et qui constitue pourtant la base du bilinguisme chez l’enfant: le besoin de communiquer dans une langue donnée. Étant bien pragmatiques quand il s’agit des langues, les enfants s’avèrent sensibles et curieux. Arrivé à un certain âge; l’enfant se pose la question sur la présence de la langue minoritaire dans son environnement. Dans cette perspective, les pédagogues ont suggéré l’immersion dont la plus connue est la formule immersive introduite au Québec dans un jardin d’enfants de Montréal. L’immense mérite du Canada a été de lui accorder un soutien officiel et un appui scientifique universitaire qui a assuré son succès. À partir du Canada, l’immersion s’est aujourd’hui répandue dans de nombreux pays du monde.

En effet, il est nécessaire de recourir à une exposition intense à la langue cible pour activer les stratégies naturelles de l’acquisition, qui sont de type perceptuel en repérant les éléments les plus fréquents et les plus saillants et ne peuvent donc pas être déclenchées par des dosages homéopathiques.Par ailleurs, les compétences en langue maternelle et les aptitudes cognitives jouent un grand rôle dans l’immersion : c’est à travers la langue maternelle que l’enfant découvre le monde et apprend à le structurer. En outre, c’est bien la langue maternelle qui fournit les bases cognitives qui fondent le dialogue de l’enfant avec son environnement physique, social et intellectuel.

Par conséquent, les pédagogues ont proposé ce qu’ils appellent communément « l’immersion » grâce à la meilleure solution qu’on ait pu trouver et qui consistait à des échanges massifs de maîtres à travers l’Europe. Pour ceci, il fallait que la formation des maîtres soit centrée sur la psychopédagogie et la linguistique.

– psychopédagogie :

1- l’attention (processus anticipatoire).
2- la mémoire (établissement de relations avec l’objet…).
3- les relations entre le cerveau et la langue : traiter l’inconnu par la comparaison avec le connu,

hiérarchiser, établir des rapprochements, enrichir les acquis.

– linguistique :

1- connaissances suffisantes de la langue du pays d’accueil (grammaire, phonétique, sémantique)
2- stages de formation.
Par ailleurs, Claude Hagege émet le souhait que des sections de langues étrangères or l’anglo- américaine soient étendues en France dès l’enseignement primaire.

Tout compte fait, le but visé en apprenant une langue étrangère dépasse l’enseignement d’un système linguistique abstrait mais va jusqu’à le faire parvenir à l’apprenant comme un bien culturel.

L’enfant, les langues et la culture

L’auteur considère que Les langues sont le support et le contenu des cultures et note l’importance des racines culturelles et leur nécessité par rapport aux autres langues (plus parlée mais moins présente dans l’environnement de l’enfant). Toute langue a pour principe d’assimiler des contenus culturels originaux. Il s’agit alors de fixer des objectifs culturels car ils sont le reflet de la langue étudiée.

• Le bi-plurilinguisme pour la tolérance et l’ouverture aux autres

Hagège rajoute que le multilinguisme devient une nécessité de plus en plus pressante dans le vaste marché économique et culturel de l’Union Européenne. Il rassure que l’identité nationale est forte (trop forte en ex-Yougoslavie) pour que l’on craint une perte d’identité bien au contraire cela contribuera à son enrichissement et la multiplication des mariages ne favorisera que la tolérance. En outre, il est important d’initier aux manières de vivre du peuple qui la parle. Il est question de concilier le souci d’unité politique et économique. Portant l’altérité en eux-mêmes, ces sujets bilingues ont enfin, envers d’autres langues et d’autres cultures, une attitude d’ouverture qui est à l’inverse de la xénophobie.

À l’heure actuelle, un grand nombre des langues parlées sur la planète sont menacées d’extinction.La Charte européenne des langues minoritaires contribuerait à réactualiser ces langues et sauver leur avenir et à corriger la fâcheuse réputation d’intolérance linguistique.

Conclusion

L’enthousiasme de l’enseignement d’une langue étrangère est évident depuis la chute du mur de Berlin et l’avènement de l’union Européenne.
Depuis 20 ans aujourd’hui, il est à peine besoin de souligner que si le bilinguisme apparaissait comme une anomalie notamment dans le titre de l’ouvrage de Hagège; il apparait aujourd’hui comme une nécessité qui s’impose. À titre d’exemple, 400 langues différentes cohabitent aujourd’hui en France et plus de 20 % de la population dit se servir de deux ou plusieurs langues (Selon l’Insee, F.GrosJean 2015). À mon avis, cela se tient à l’effacement des frontières et l’accroissement de la mobilité des européens de plus en plus nécessaire donnant le moyen de connaitre des langues d’autres pays que celle de chaque individu.

L’enfant aux deux langues appartenant aux années 90 et étant lu aujourd’hui nous permet de dire que les hypothèses émises par l’auteur et les souhaits prononcés ont été plus ou moins réalisés. En effet, Il faut bien garder à l’esprit que la linguistique a beaucoup évolué durant ces années d’avant la première guerre mondiale. Des choses qui nous semblent désormais évidentes étaient totalement inconnues même si les travaux de Broca datent de 1859.

Par ailleurs, l’anglais est, effectivement, aujourd’hui, la seule langue internationale digne de ce nom mais sa pratique est une nécessité qui n’exclut nullement celle des autres idiomes. Plusieurs approches se trouvent être la raison d’un regain d’intérêt pour autres langues que l’anglais. Ce sont des langues comme l’espagnol, l’italien, le français, le portugais, etc.. Nous pouvons citer à titre d’exemple : L’éveil aux langues, l’intercompréhension ou des exeperiences comme filles au pair ou assistant/lecteur de langues.

Je soulignerai pour terminer un élément, dont l’auteur n’explicite pas les conséquences pourtant importantes : C. H. place au centre de son dispositif l’école. Voilà sans doute un nouveau défi pour cette institution, qui après avoir appris la maîtrise de la langue vivante maternelle se doit de faire acquérir celle d’une/de plusieurs LE. Or si l’avenir de l’Europe se tient au au multilinguisme, il importe que tous les enfants y aient accès. Faute de quoi, ce sont des instituts privés qui se chargeront de cette tâche, et seuls une catégorie de gens y a accès. Tel est le cas dans des pays comme le Canada.
Enfin, si l’on avait souhaité que les hypothèses émises et les souhaits prononcés par l’auteur s’actualisent, au-delà qu’elles trouvent à s’affirmer, nous pouvons voir, aujourd’hui, que si l’enfant aux deux langues paraissait comme le suggère son titre, une anomalie au même titre que la femme à deux têtes; il n’est plus le cas aujourd’hui car les unilingues de l’Europe de demain risquent d’appraitre comme des sinistres de la parole, le bilinguisme étant devenu un luxe.

Bibliographie/ webographie

  • Parler plusieurs langues, le monde des bilingues,François Grosjean. Albin Michel, Paris, 2015.
  • L’enfant aux deux langues. Odile Jacob. Janvier 1996.298p.
  • Le défi des enfants bilingues.Barbara ABDELILAH-BAUER. La découverte Broché.décembre

    2014

  • http://www.francoisgrosjean.ch/blog_en.html
  • http://www.persee.fr/doc/rfp_0556-7807_1998_num_124_1_3042_t1_0178_0000_3
  • https://praxematique.revues.org/2972

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.