L’enfant aux deux langues de Claude Hagège (Troisième partie)

 

https://www.google.it/search?q=l'enfant+aux+deux+langues&client=safari&rls=en&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjLsd6RzpHKAhXFPRoKHVxPC1YQ_AUIBygB&biw=1126&bih=576#imgrc=1fnqp-kUpH9zNM%3A
https://www.google.it/search?q=l’enfant+aux+deux+langues&client=safari&rls=en&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjLsd6RzpHKAhXFPRoKHVxPC1YQ_AUIBygB&biw=1126&bih=576#imgrc=1fnqp-kUpH9zNM%3A

 

Apprivoiser l’enjeu par le jeu

C.Hagège incite à exploiter le bonheur enfantin de jouer en le mettant au service de l’apprentissage (audiovisuel, autres jeux, relations de jeu avec les enfants étrangers : langue, vecteur de communication) Le corps de l’enfant étant sa paroi intime par laquelle il entre en contact avec le monde extérieur, l’école doit mettre au service de l’enfant la place essentielle que le corps occupe dans sa vie. C’est à travers le jeu que se construit le sens. Il tient une place importante du fait qu’il représente un moteur d’intégration au groupe

En plus des puinés qui bénéficient de l’expérience acquise par les parents qui remédient aux failles passées ainsi que de leurs frères et soeurs, s’ajoute le désir de partager les jeux et les activités ludiques stimulantes qui constituent un facteur supplémentaire d’incitation favorisant une explosion lexicale (une puissante incitation à savoir designer les objets de la vie sociale) estimée à l’âge de 3 ans qui n’est pas une action simultanée dans les deux langues. Donc le principe de Ronjat, cité précédemment, tient notamment son efficacité de son apparentement à la pratique ludique.

Pourquoi telle ou telle langue ?

L’absence de la langue qu’on veut enseigner à l’enfant dans son entourage naturel vient interpeller ce dernier sur son utilité. Plusieurs facteurs régissent le bilinguisme à savoir la quantité de l’apport linguistique, le type de l’apport linguistique, le rôle de la famille, de l’école et de l’environnement ainsi que les attitudes adoptées envers la langue, le bilinguisme etc. De surcroit, il faut, en effet, s’assurer que l’enfant ressente le besoin de communiquer, écouter ou participer à des activités dans la deuxième langue; l’exposition à une langue doit être conséquente et variée, et ce pendant une période assez longue; il faut aussi que la famille et les proches montrent une attitude positive envers l’idiome et qu’ils contribuent à son apprentissage; enfin, il est nécessaire que l’école reconnaisse et apprécie la langue, à défaut de l’enseigner elle-même, car cela encouragera l’enfant à s’en servir et d’en être fier.

Cinq clé pour une nouvelle école

L’auteur de l’enfant aux deux langues recense cinq clés essentielles et complémentaires. Premièrement, il faut favoriser l’enseignement/ apprentissage précoce d’une deuxième langue étant la première clé qui donne accès à la maitrise d’une langue. À titre d’exemple le cas des français qui doivent se livrer tôt aux langues car la position finale invariable de l’accent tonique français constitue un conditionnement mutilant et fait du francophone monolingue une sorte d’infirme psychomoteur pour l’acquisition de la prosodie d’autres langues européennes. Deuxièmement, il faudra, également, enseigner cette seconde langue non comme une matière parmi d’autres mais comme un vecteur naturel d’expression. Il convient d’ajouter que le but visé en apprenant une langue étrangère dépasse l’enseignement d’un système linguistique abstrait mais la faire parvenir à l’apprenant comme un bien culturel, dans ses emplois naturels dans la vie quotidienne de tout individu (radios scolaires, multimédia, TV…).La langue est l’instrument dont on se sert pour enseigner n’importe quelle matière. L’enfant ne peut être sérieusement incité à apprendre une langue étrangère que si on lui donne l’occasion de s’investir pleinement dans un échange communicatif qui le sollicite en tant que personne et non pas seulement en tant qu’élève. Troisièmement, immerger l’enfant dans la seconde langue pour qu’elle n’apparaisse pas comme artificielle. Quatrièmement, il faudra assurer un entretien permanent des connaissances avec des cycles de formation à la psychopédagogie et à la linguistique. Les enfants ont une grande facilité d’apprendre une deuxième langue après ou pendant l’acquisition de la langue maternelle mais ils ont également une grande capacité d’oubli si le processus est interrompu, oubli proportionnel à la durée de l’interruption (Il oublie vite une langue à laquelle ne correspond plus d’incitation affective et sociale).

La liaison primaire/secondaire est importante. Le maintien d’une bonne compétence bilingue suppose que la pratique des deux langues soit entretenue d’une manière permanente, en particulier durant les premières années, où de très nombreuses nouveautés sollicitent la curiosité de l’enfants et viennent peupler sa mémoire. Cinquièmement, assurer à l’école un véritable choix de langues, d’où serait exclu l’anglais.

L’anglais domine le monde :

Il convient d’admettre que les locuteurs anglophones se sentent à l’abris et n’éprouvent pas le besoin d’apprendre une ou d’autres langues. L’auteur milite pour le rôle essentiel mais refoulé de l’école qui consiste à défendre et inciter à la diversité. La culture n’est pour les responsables américains qu’un produit soumis comme les autres aux lois de l’économie. Seule l’école dispense un enseignement désintéressé et non soumis à la loi du profit. Il faudrait choisir parmi celles qui ont la plus grande audience internationale ou qui sont les plus répandues en Europe . Il y en a 5 : allemand, espagnol, français, italien, portugais. En outre, il insiste que la réputation de facilité de l’anglais n’est qu’un mythe et que c’est les familles se laissent abuser par sa large diffusion en prenant l’effet pour la cause.

Claude Hagege estime que la vraie menace à laquelle font face les langues est les langues dominantes qui se proclament elles-mêmes dominantes. Elles sont parlées dans des pays économiquement dynamiques, et par là même très puissants, qui imposent leur langue à l’aide de laquelle ils vendent leur produit.

Contraintes grammaticales et lexicales

Nous pouvons tous admettre que l’appréhension de l’apprentissage des langues étrangères est intimement liée aux contraintes lexicales et plus souvent grammaticales qu’elle peut entrainer. L’auteur insiste qu’il est important de transmettre les automatismes, les particularités du lexique et les tournures consacrées par l’usage des locuteurs de naissance dès les premières années. L’enseignement des mots les plus fréquents doit recourir sans réticence à la répétition. Quant au débat sur l’enseignement de la grammaire ou du lexique, il est à dépasser par l’effort pédagogique , en vue de faire acquérir une réelle et vaste compétence communicative. L’accroissement du vocabulaire est directement lié à la découverte du monde car faisant partie de son environnement, les noms d’objets sont les éléments que l’enfant apprend le plus facilement.

 

 

Bibliographie/ webographie

  • Parler plusieurs langues, le monde des bilingues,François Grosjean. Albin Michel, Paris, 2015.
  • L’enfant aux deux langues. Odile Jacob. Janvier 1996.298p.
  • Le défi des enfants bilingues.Barbara ABDELILAH-BAUER. La découverte Broché.décembre

    2014

  • http://www.francoisgrosjean.ch/blog_en.html
  • http://www.persee.fr/doc/rfp_0556-7807_1998_num_124_1_3042_t1_0178_0000_3
  • https://praxematique.revues.org/2972

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.