L’enfant aux deux langues (Première partie)

https://www.google.it/search?q=l'enfant+aux+deux+langues&client=safari&rls=en&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjLsd6RzpHKAhXFPRoKHVxPC1YQ_AUIBygB&biw=1126&bih=576#imgrc=1fnqp-kUpH9zNM%3A
https://www.google.it/search?q=l’enfant+aux+deux+langues&client=safari&rls=en&source=lnms&tbm=isch&sa=X&ved=0ahUKEwjLsd6RzpHKAhXFPRoKHVxPC1YQ_AUIBygB&biw=1126&bih=576#imgrc=1fnqp-kUpH9zNM%3A

L’un de mes choix de lecture s’est porté sur l’enfant aux deux langues du linguiste français Claude Hagège, paru en janvier 1996, aux éditions Odile Jacob.
De prime abord, Il convient de préciser que ce billet fait l’objet d’un compte-rendu des 7 premiers chapitres de l’ouvrage.

Quand Claude Hagège, lui-même polyglotte , a écrit pour le grand public, il a déployé une générosité naïve qui lui a fait énoncer, doctement, des évidences admises depuis longtemps; encore plus aujourd’hui, à savoir : la précocité de l’enfant, sa capacité d’imitation et la nécessité de bien entendre pour bien parler. Il a insisté, à juste titre, sur le sous-emploi de nos virtualités linguistiques et sur cette étrange reconnaissance de la langue maternelle par l’enfant qu’il appelle l’oreille nationale.
Plus généralement, son livre est un plaidoyer pour l’altérité et pour l’ouverture à l’autre par la langue, qui occasionne, chez l’enfant, ce qu’il appelle la liesse expressive.
En outre, l’auteur tente de montrer par quels moyens l’Europe, qui n’est pas encore le continent où l’on compte le plus de bilingues, peut accroitre le nombre de ces derniers, notamment les français, qui s’estiment être les locuteurs les moins doués en langues, bien qu’ils peuvent, sans contraintes particulières, devenir de parfaits bilingues et ce pourvu qu’ils consentent à créer, pour cela, des conditions favorables. Au fond, il insiste que la connaissance d’autres langues n’est en aucune façon un frein à la pratique du français.

Par ailleurs, L’enfant aux deux langues ne fait pas office d’ouvrage de spécialisation. Il n’est pas exclusivement destiné à des chercheurs ou des connaisseurs en acquisition ou des professionnels ayant affaire au bilinguisme tel que les orthophonistes et les psychologues, au contraire, il s’adresse à un large public désireux et soucieux de s’informer sur les différentes interrogations qu’alimente le contact et l’acquisition d’une deuxième langue. En effet, les préoccupations des linguistes et des spécialistes de l’acquisition viennent, également, turlupiner des couples de parents qu’ils soient monolingues , bilingues ou plurilingues, soucieux, de leur coté, de garantir un meilleur rapport aux langues à leurs enfants. Ce sont, en fait, des questions qui s’articulent essentiellement sur le facteur de l’âge, les facultés intellectuelles et les enjeux que cette réalité peut soulever.

Le bilinguisme et les idées reçues : Le bilinguisme n’est pas une tare

Effectivement, pendant très longtemps et au profit du monolinguisme, le bilinguisme était vu comme une altération de l’intelligence et une tare des compétences acquises en langue maternelle. Le mythe de la « nocivité du bilinguisme » a perduré jusqu’à la fin des années 90, sans aucun fondement scientifique sérieux. De plus elle décomposait le bilingue en plusieurs individus monolingues, c’est-à-dire, un bilingue était cet individu qui maîtriserait sans accent et avec une compétence parfaitement symétrique ses deux langues. Bloomfield considérait que le « bilinguisme consiste à parler deux langues comme ceux qui les ont pour langue maternelle ». Martinet de son coté disait qu’ « il n’y a bilinguisme que dans le cas d’une maitrise parfaite et identique des deux langues en cause ». Or, cette dépréciation a commencé à s’estomper au fil des recherches et des expérimentations. Quelques années plus tard Haugen définissait le bilinguisme comme « l’aptitude à produire dans l’autre langue des énoncés bien formés porteurs de significations ».

En effet, la nocivité du bilinguisme perdure jusqu’à que l’on a constate que l’individu bilingue bénéficie d’une malléabilité et d’une souplesse cognitives supérieures à celles des monolingues (bain 1974). D’ailleurs, c’est ce qui est, selon C.Hagège, la raison d’une meilleure qualité des résultats que réussissent à obtenir « les bilingues » dans diverses épreuves, liées à l’intelligence verbale; la formation conceptuelle et le raisonnement global.

Voilà plus de 40 ans que François Grosjean apporte à la recherche en bilinguisme cette vision holistique, d’un être communiquant global qui accepte pluralité, diversité, variabilité, admet le caractère évolutif et questionne le mythe du locuteur idéal appartenant à une communauté linguistique complètement homogène; cher à Noam Chomsky.

Par ailleurs, je tiens à souligner que la différence entre un enfant bilingue et un enfant monolingue est subtile. Il est vrai qu’il y aurait un bénéfice cognitif du bilinguisme, entre autre, les bilingues réussiraient mieux certaines taches métalinguistiques. De plus, il se trouve que le bilinguisme protègerait contre la démence sénile, à l’instar d’autres activités mentales complexes. En effet, selon des recherches récentes la démence est retardé d’à peu près 4 ans pour les bilingues (Grosjean, 2015). Mais, la somme de l’acquisition du vocabulaire et du lexique de l’enfant plurilingue peut être équivalente à celui du monolingue. Donc, n’allons pas à l’extreme des choses.

  • Parler plusieurs langues, le monde des bilingues,François Grosjean. Albin Michel, Paris, 2015.
  • L’enfant aux deux langues. Odile Jacob. Janvier 1996.298p.
  • Le défi des enfants bilingues.Barbara ABDELILAH-BAUER. La découverte Broché.décembre2014
  • http://www.francoisgrosjean.ch/blog_en.html
  • http://www.persee.fr/doc/rfp_0556-7807_1998_num_124_1_3042_t1_0178_0000_3
  • https://praxematique.revues.org/2972

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.