Oui ou non ?

Un dialogue imaginaire entre une étudiante et son directeur de recherche

Une étudiante attend son directeur, non, son futur directeur éventuel s’il lui dit oui, depuis 10 minutes devant la porte de son bureau. L’heure est venue et quelqu’un s’approche de l’étudiante, c’est lui, le directeur.

 

Le directeur (D) : Bonjour.

L’étudiante (É) : Ah bonjour ! Vous êtes bien Monsieur X ? (Voix       intérieure : tiens il est un peu différent en vrai… Il n’ a peut-être pas changé de photo de présentation sur la liste depuis des années. Mais quelle drôle d’idée de demander quelque chose à quelqu’un dont on ne connaît rien, même pas le visage.)

D : Oui, oui. Entrez, entrez.

 

D : Donc, c’est pour votre mémoire ?

É : Oui, tout à fait. Comme je vous l’ai expliqué dans un mail, j’aimerais…

(Le directeur lui coupe la parole.)

D : Je n’ai pas votre mail sous les yeux. Qu’est–ce que c’était votre projet ? Vous pouvez me le rappeler ? Euh, attendez, je note votre nom d’abord…

É : (Ok, il ne se rapelle rien du tout. Ça commence bien… ) Oui, alors je vous explique. J’aimerais travailler sur l’enseignement du conditionnel en français pour établir une nouvelle classification des diverses valeurs de cette forme. Je pense d’abord étudier l’emploi du conditionnel dans l’interaction orale, donc observer l’usage spontané de la forme. Pour cela, j’envisage de transcrire quelques émissions télévisées par exemple, pour repérer différents emplois du conditionnel et ses différentes valeurs. Mon étude tiendra donc compte du conditionnel dans ses états « naturels » tels qu’on l’utilise instinctivement dans les dialogues, ce qui est d’ailleurs difficile pour les apprenants du français langue étrangère. J’analyserai ces données pour finalement proposer un enseignement du conditionnel, susceptible d’aider les apprenants du français à l’employer dans un contexte approprié de communication. (Je parle TROP ! C’est-à-dire que mes réflexions ne sont pas ordonnées alors…)

D : Oui, oui, d’accord. Je pense que c’est… faisable. Euh…, au niveau des données, vous avez dit des émissions télévisées ? Mais ce serait bien que vous variiez vos données. Vous pouvez peut-être transcrire des émissions à la radio et des dialogues naturels et puis…

É : Oui ? (« et puis » ?!)

D : Vous pouvez analyser également des manuscrits, par exemple des notes d’étudiants ou des examens pour faire contraste entre oral et écrit. Vous avez la possibilté de les avoir ? Et puis, c’est bien d’analyser les journaux aussi.

É : … ( Des manuscrits de francophones,,, c’est-à-dire que je devrai vérifier ce qui est écrit par chaque phrase avec l’auteur, parce que ça doit être I-LLI-SIBLE.)

D : Ça demande un grand investissement. Vous pensez que vous avez le temps de faire tout ça ?

É : (Justement, vous, vous pensez qu’une étudiante en Master 2 a le temps de faire tout ça ?) Euh… je me demande si mon projet est approprié par rapport à la durée de Master 2…

D : Oui oui, tout à fait.

É : (Bon, allez, je ne sais plus. Je le ferai si c’est nécessaire.) D’accord, je vais essayer. Après, pour l’analyse des données…

D : Ça, on verra plus tard. Vous pouvez modifier votre projet avec tout ce qu’on a dit aujourd’hui et me l’envoyer ? Je verrai si je peux encadrer votre mémoire.

É : ( ?? Ah, d’accord. Donc je ne peux pas savoir aujourd’hui s’il accepte ou pas ! Ça, ce n’est pas prévu !) D’accord.(Mine de rien, bien sûr.) Je vous l’enverrai dès que possible. Merci beaucoup.

D : Allez, au revoir.

É : Au revoir ! (Pfff, il faut que je fasse mon projet le plus vite possible, sinon je reste inquiète sans avoir un accord de directeur ! On va dire qu’aujourd’hui, j’ai au moins connu son visage…)

Sayaka WAKASA

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.