Compte rendu d’un article: Télévision et apprentissage d’une compétence inter/culturelle

L’article intitulé Télévision et apprentissage d’une compétence inter/culturelle de Virginie Viallon  a été publié à Paris sur le périodique Les langues modernes du numéro 3 de l’année 2004 (Viallon, 2004 : 48-59).

Cet article nous parle en général de l’avantage de la télévision, en particulier deux genres d’émissions – la météo et le reportage de journal télévisé (JT) – comme exemple, en tant que source inépuisable dans le domaine pédagogique et didactique qui vise à aider les apprenants à découvrir la langue et la culture étrangère et à accroître leurs compétences inter/culturelles en même temps. Dans ce sens-là, l’auteur de l’article cherche à nous prouver la fonction (inter)culturelle du JT et du bulletin météo qui sont conformes à l’objectif d’améliorer les compétences inter/culturelles des apprenants.

En général, l’article de Virginie Viallon est très bien hiérarchisé : trois parties sont ainsi présentées dans son l’article : la présentation générale et les critères du choix du document télévisuel ; les avantages et caractéristiques respectifs de la météo et du JT ; le rôle de la communication non-verbale dans l’analyse du discours sur les documents télévisuels.

La raison pour laquelle nous avons tendance à utiliser les documents télévisuels est en fait le rôle qu’ils jouent dans la diffusion de la culture. Faute de précision sur le mode d’emploi du document télévisuel et d’exploitation exhaustive de la langue et la culture, la télévision peut être considérée comme les ressources indispensables en prenant contact avec une culture et une langue étrangères. Les critères sont donc bien évidents : de différents systèmes de signification, une multitude d’éléments culturels, les ressources fort exploitables dans le perspective pédagogique et didactique et l’authenticité du document.

D’après les critères ci-dessus, le bulletin météo et le journal télévisé comprennent les principaux aspects de la culture courante (Viallon, 2004 : 49). Etant donné que ces deux genres d’émission sont présents dans tous les pays et toutes les cultures, les apprenants se familiarisent très bien avec leur situation et structure, qui sont donc plus accessibles à l’apprentissage d’une langue et culture étrangère. De plus, ce sont des supports authentiques qui favorisent bel et bien le contact avec la culture la plus dominante dans un pays du fait que « localiser un pays à travers un média, c’est acquérir des savoirs socio-culturels qui font faciliter l’appropriation de l’espace réel » (Viallon, 2004 : 51).

Ainsi, la didactisation porterera sur deux côtés résidant dans la météo et le JT. Tout d’abord, c’est l’élément verbal. Il y a normalement un présentateur dans les deux émissions qui s’occupe de la présentation et de l’explication d’un événement ou une nouvelle. On peut découvrir pas mal de pistes linguistiques et culturelles dans les deux émissions. Par exemple, le lexique spécifique comme celui de la météorologie (le temps, l’expression de la température, l’heure, etc.) ou de la communication (de différents registres utilisés par de différents gens, présentateur ou interviewé dans la rue) reste à exploiter et faire apprendre aux apprenants. Ensuite, l’élément non-verbal y joue aussi un rôle important. Bien que cet aspect nous apparaisse auxiliaire durant l’analyse des éléments verbaux, il est tout de même incontournable en vue de mieux tout exploiter un corpus. On peut recouvrir à la geste d’un journaliste pour mieux comprendre le contexte où il se trouve ; la carte géographique sur l’écran nous permet d’avoir une connaissance de base sur la situation géographique d’une zone ; l’échange des regards entre interlocuteurs exprimerait du sens explicite d’un message et le tour de parole entre eux, etc. Toute l’analyse sert à sensibiliser les apprenants à la culture étrangère et aux échanges interculturelles et apprendre une langue de manière plus exhaustive et globale.

Au cours de l’apprentissage de la prononciation du français, le support audiovisuel est aussi très important. Il nourrit, d’une part l’intérêt et la motivation de l’apprenant , et, d’autre part,  sa compétence interculturelle. La publicité télévisée fait partie ainsi du support audiovisuel et elle se trouvent fréquemment dans la télévision.  On peut l’utiliser afin de leur faire familiariser de petits éléments de la vie de tous les jours. Ce lien interculturel favorise l’intérêt d’apprendre le français puisque l’apprenant a envie de prononcer des marques françaises justement lors du début d’apprentissage.

Le média, surtout la télévision, est un intermédiaire qui connecte la culture et la langue dans une langue et entre plusieurs langues également. Etant composante de la culture, la langue est un outil de la communication dans la vie de tous les jours, de la réflexion et de l’interprétation de la vie quotidienne d’un groupe social alors la culture elle-même est tout à la fois le « faire », le « croire » et le « dire » qui englobe un champ plus vaste et nous laisse à encore découvrir.

  • Viallon, V. (2004). Télévision et apprentissage d’une compétence inter/culturelle: Cinéma et télévision. Les langues modernes98(3), 48-59.

 


Yi Yin

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

2 réflexions sur « Compte rendu d’un article: Télévision et apprentissage d’une compétence inter/culturelle »

  1. Merci d’avoir présenté cet article intéressant ! Les émissions de télévision peuvent être des supports vraiment efficaces et complets. On peut avoir des éléments non verbaux, paraverbaux et verbaux, comme l’indique l’auteur. Je suis tout à fait d’accord. Pour ma part, j’ai appris autant de choses, ou plus de choses, devant la télévision qu’en cours de français ! Et ce, autant sur l’aspect culturel que sur l’aspect grammatical. J’en suis persuadée ! Par ailleurs, ce qui est bien avec la télévision, c’est qu’on peut aller chercher des mots dans le dictionnaire ou les noter tout en écoutant des conversations entre téléanimateurs, entre invité et journaliste, etc., ce qu’on ne peut pas forcément faire quand on est dans une vraie conversation.

    1. Merci pour ta remarque, Sakaya! Je pense qu’avec les émissions, on apprend vraiment beaucoup de choses qu’on utilise souvent dans une vraie conversation ainsi que les connaissances (inter)culturelles qui favorisent l’expression orale/ écrite d’un apprenant. Quand j’apprenais le français, je me souviens très bien qu’avec la météo, j’ai su bien localiser les grandes villes française, et aussi les expressions météorologiques, qui est très important de mieux vivre en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *