COMPTE RENDU D’UN OUVRAGE : LES DIMENSIONS CULTURELLES DES ENSEIGNEMENTS DES LANGUES. DES MOTS AUX DISCOURS (PARTIE II)

Cet ouvrage comprend cinq chapitres.

Chapitre I

Les formes de l’objet culture-civilisation en classe de langues

Jean-Claude Beacco constate que l’on se perfectionne en apprenant une langue vivante différente que la nôtre, mais implicitement la connaissance de cette langue nous permet d’entrer dans une autre culture. Les langues mortes dont les cultures influencent tardivement les langues vivantes laissent des traces sur les images sociales d’aujourd’hui.

L’apprentissage ou l’acquisition des langues étrangères est effectué par l’intermédiaire d’utilisateur de ces langues. Il offre une opportunité de rencontrer les autres qui font partie d’une société où ces langues à apprendre sont parlées. Donc, l’enseignement/apprentissage des langues tisse des liens avec les interlocuteurs qui pourraient être très différents au niveau comportemental, culturel, etc.

Beacco met l’accent sur la revendication culturelle en fonction des situations d’apprentissage.

Dans un premier temps, il montre que la motivation est essentielle dans l’apprentissage.

D’après lui, un apprenant pourrait être plus motivé s’il a une forte envie de s’intégrer dans une autre société culturelle. Il a la curiosité de la découvrir et une volonté d’en devenir membre.

Les nouvelles méthodologies, telles que l’approche communicative et la perspective actionnelle, prennent en considération la motivation des apprenants.

Ce spécialiste relève aussi que nous mettons en pratique l’enseignement des langues souvent d’une manière rigoureuse, autrement dit classique, qui ignore la dimension culturelle. Selon lui, la culture enveloppe la moralité et reflète les valeurs sociales. Ensuite, il montre 4 différentes perspectives dans la notion de culture

A. culture (ou civilisation) versus nature

B. civilisation (universelle) versus cultures (nationales)

C. culture nationale versus cultures de groupes

D. cultures traditionnelles versus cultures modernes et post-industrielles

Après avoir eu une expérience dans la didactique, Beacco s’intéresse au mécanisme didactique de la culture-civilisation. Il y a le concept de la culture francophone qui apparaît dans les livres concernant la didactique. De plus, en observant des anciennes méthodes de la culture et de la civilisation, l’auteur note qu’il existe certaines tentatives de mettre en relation l’enseignement des langues et la culture. De nos jours, l’approche culture-civilisation est héritière de ces tentatives, mais elle constitue des idées reçues envers cette société des langues à apprendre. Puis, l’auteur relève que la littérature est souvent utilisée dans cette approche. Pour conclure dans ce chapitre, l’auteur déclare que l’intervention des sciences sociales nous fait connaître un autre monde.

Chapitre II

La diversité des situations éducatives

L’auteur dans cette partie met en place l’enseignement de culture qui se distingue en fait des situations d’enseignement. Selon Beacco, il y a quatre indices dans la situation éducative.

A. le niveau de compétence en langue

B. l’expérience sociale des apprenants

C. la nature des publics des apprenants

D. l’institution éducative

Il faut noter que dans ce premier indice, on parle peu de la culture avec les apprenants dont le niveau de langue est très bas.

L’auteur relève les relations entre les cultures en contact, autrement dit, des opinions et des images préconçues des élèves sur d’autres sociétés.

Du point de vue de Beacco, ces relations construites, entre la culture source et la culture visée, aident à développer ces opinions et ces images pour les élèves sur d’autres sociétés. Les liens interculturels sont à la fois disjonctifs et consécutifs. Ensuite, il s’interroge sur les relations interculturelles plus ou moins proches ou confiantes, parce que les cultures s’agissent entre elles.

Ensuite, plus de dix pages sont destinées aux situations représentatives du contact entre les cultures. Beacco remarque que dans ces situations, le contexte hétéroglotte est différent de celui d’homoglotte. Suite à cela, l’auteur signale un problème, les langues cibles sont souvent enseignées en situation hétéroglotte. Néanmoins quand les apprenants sortent de la classe, ces langues perdent leur dimension fonctionnelle. A ce stade, il pense que les médias jouent un rôle assez important dans la diffusion de la culture à travers la langue. Selon lui, l’enseignement des langues est toujours basé sur la communication.

L’auteur analyse et obtient comme conclusion : en classe de langue, la culture vient toujours après la langue. Dans des méthodologies anciennes, il est vrai que la centration est souvent sur les savoirs linguistiques et non sur la culture ni sur la civilisation. D’après ce didacticien, la culture-civilisation doit être traitée différemment que les langues elles-mêmes. Cette première doit être acquise et non apprise. Quand on étudie une culture à travers la langue, il faut la traiter d’une manière référentielle, parce que l’on considère déjà les apprenants comme des acteurs sociaux.

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.