compte rendu d’un ouvrage : Les dimensions culturelles des enseignements des langues. Des mots aux discours (Partie I)

419MZYE6KEL._SX267_BO1,204,203,200_

Introduction

En s’appuyant sur les situations pédagogiques et sur les différentes méthodologies de la culture-civilisation, cet ouvrage permet aux lecteurs (enseignant-chercheurs, didacticiens et apprenants de niveaux avancés) de pouvoir appliquer les méthodes existantes dans l’enseignement/apprentissage des langues en fonction des variations contextuelles (culturelle et linguistique).

Selon l’auteur, il nous faut trouver un équilibre pour les apprenants entre la connaissance linguistique d’une langue cible et la connaissance culturelle de cette langue. Cet ouvrage insiste principalement sur l’importance de la culture-civilisation dans l’enseignement/apprentissage.

Dans un livre intitulé Les dimensions culturelles des enseignements des langues. Des mots aux discours publié par Hachette à Paris en 2000, l’auteur Jean-Claude Beacco nous présente ses expériences dans l’enseignement des langues en retraçant des idées des autres spécialistes dans ce même domaine.

Enseigner la culture, dans une classe de langue, n’est pas toujours facile à concrétiser. Il pose des questions didactiques et évoque également les difficultés concernant la linguistique comparée et la situation éducative. Suite à cela, Monsieur Beacco conseille fortement aux enseignants de reconnaître la culture enseignée d’abord et de la reformuler d’une manière adéquate aux attentes des apprenants. Nous pouvons aussi, selon ce livre, puiser des modèles pour constituer nos propres stratégies. Par exemple, comment nous réalisons des étapes en classe de langue, quels sont nos objectifs, à quoi sert le matériel pédagogique, quelles sont les fonctions des documents authentiques ou semi-authentiques, etc.

Dès qu’un élève apprend une nouvelle langue, il a déjà telle ou telle image de la société où cette langue est utilisée. Cette image provient en fait de ce qui est dit par l’enseignant, de ce qui est écrit dans le manuel et de l’environnement. Le problème est comment on introduit l’image d’une société à travers cette langue en classe, mais aussi faire comprendre que les autres sociétés ont la même complexité que celle propre à l’apprenant lui-même et pour également le faire intervenir en tant qu’acteur dans la société de cette nouvelle langue.

Actuellement il faut changer la manière d’enseigner la civilisation. Dans ce sens, Beacco préconise de revoir le problème central de l’enseignement des langues, qui n’est pas considéré comme tel du tout, si on l’observe du point de vue didactique. Il est plutôt un enseignement d’une culture ou d’une civilisation à travers la langue.

Dans son livre, Jean-Claude Beacco nous présente des problèmes centraux autour des démarches d’enseignement et de situations pédagogiques. Pour lui, la culture est aussi importante que la civilisation. Donc, il invente un mot culture-civilisation1 pour dire que cette notion se distingue de la dimension linguistique dans la méthodologie d’enseignement. Les professeurs de langue doivent enseigner en prenant en considération les cultures et les sociétés d’où sont issus les apprenants. A ce stade, Beacco encourage les enseignants à aller vers la dimension culture-civilisation. Ce livre porte un regard critique de l’auteur non seulement sur l’enseignement des langues, mais également sur d’autres disciplines.

1Jean-Claude Beacco (2000) : Les Dimensions Culturelles des Enseignements de Langues. Des mots aux discours, Hachette, Paris, p.11

QIAN Cheng

Etudiant de Paris 3

More Posts


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.