Dialogue d’un mémoire rêvé

En plein période de révision en décembre, je reçois un email de mon directeur :

« Nous souhaitons vous voir après trois jours afin d’examiner vos avancements sur votre mémoire avant la fin de l’année ! »
Mon cœur commence à battre très vite ! Mémoire ?! Avancement ! Est-ce une blague cher Monsieur le directeur ?!

Il est vrai que je pense au mémoire tous les jours mais les séminaires que nous avons font en sorte que nous n’avons pas de temps pour nous consacrer réellement à notre recherche. Qu’est-ce que je dois lui dire ! Que je n’ai pas avancé ? Que je n’ai même pas encore débuté le sujet ? Que je ne sais pas les étapes de mon projet ?

Confuse, j’ai essayé de rassembler ma force en lui écrivant mon message. Je savais que les excuses ne serviraient à rien. Alors, j’ai décidé d’y aller sans préparation : « Merci infiniment Monsieur le directeur. J’y serai à l’heure ».

Le rendez-vous :

P : parlez moi de ce que vous avez fait ces deux derniers mois ?

Moi (RIEN) : Ah oui, beaucoup de choses ! J’ai fait d’abord un inventaire des ouvrages que je souhaite lire. Un autre pour les méthodes d’enseignement d’arabe langue étrangère en France, un troisième pour l’enseignement de la phonétique du français langue étrangère. Je souhaite faire un questionnaire, je souhaite suivre également un stage.

P : Bien, continuez !

Moi (HEIN, continuez quoi !) : Oui, en fait je souhaite défendre l’idée de l’importance de l’enseignement de la prosodie d’une langue au début de son apprentissage.

P : Bien, continuez !

Moi (Mais il ne me reste plus rien à dire !) : Eh, oui, je … je souhaite faire une étude comparative entre les systèmes phonétiques arabe et français.

P : Bien, continuez !

Moi (elle n’est plus drôle cette situation !) : Ben, je souhaite proposer des remèdes à la mauvaise prononciation des sons arabes par les apprenants francophones.

P : Bien, il me semble que vous souhaitez beaucoup de choses. La réalisation de vos souhaits doit conduire à une innovation de l’apprentissage de la phonétique  ! J’attends une révolution de votre part.

Moi (non mais je rêve !) : Oh, merci beaucoup mais …

P : Bien, continuez dans vos démarches et on se retrouve après les vacances.

Moi (une révolution !): Merci infiniment pour vos conseils précieux Monsieur. J’espère être à la hauteur de vos attentes.

P : Bien continuez ! Et bonnes fêtes à vous.

Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts


9 réflexions sur « Dialogue d’un mémoire rêvé »

  1. À mon avis, c’est un dialogue positif et encourageant.

    Même si au début de cette conversation ce “Bien, continuez!” pouvait avoir le sens de “Racontez-moi ce que vous avez réussi à faire. Je vous écoute…”. C’était une sorte de contrôle. Mais à la fin de cette conversation, cette phrase avait le sens “Bravo! Tu es sur le bon chemin! Vas-y!”, car si quelque chose ne va pas, les professeurs nous le disent tout de suite.

    J’espère que grâce à ce “Bien, continuez!” tu as réussi à reprendre des forces au moment où aucun travail sérieux n’a pas encore été fait.

    Bonne continuation, Amal!

  2. Amal, j’aimerais ajouter que le mémoire est un travail personnel. Il y a des professeurs compréhensibles, engagés, plus gentils que les autres, qui aident les étudiants, qui les poussent à rédiger mais il y a pas mal de mémoires qui portent seulement les noms des professeurs sur leur couverture.
    A ne pas oublier que d’une part, les professeurs aussi, ils sont chercheurs, donc, ils n’ont pas beaucoup de temps à nous accorder. D’autre part, tout le monde n’est pas engagé dans son travail. C’est pour ça qu’on insiste beaucoup sur le sens de l’humanité et sur le sens de l’engagement même aujourd’hui dans les Sciences Humaines et qu’il nécessite encore de travailler là-dessus dans nos situations actuelles!
    Pendant le projet de mémoire, il y a des entretiens avec les professeurs qui sont pleins d’idées, pleins d’enthousiasmes, ça aide à avancer, à espérer la rédaction du mémoire. Par contre il y a des entretiens qui sont plus décourageants qu’encourageants, qui sont même désespérants !
    Pour devenir un.e chercheur/euse, il vaut mieux qu’on reste énergique, optimiste (même quand on est déçu du directeur de recherche) en gardant dans l’esprit qu’en fin du compte, le mémoire est un travail personnel.
    Je t’invite aussi à voir cette vidéo de la table ronde «Faire une thèse en Sciences du Langage». L’Intervention de Sébastien Kapp (Sociologue, chercheur associé à l’EHESS), c’est très intéressant, très utile. J’en ai appris beaucoup de choses. Voici son lien:
    http://epresence.univ-paris3.fr/7/Watch/631440.aspx
    Bon courage.

  3. Merci beaucoup Fatemah pour cette belle analyse.
    En effet, chacun peut comprendre le terme « continuez » selon son regard. Effectivement, il faut continuer toujours sans baisser le bras même si on se sent seul, isolé, sans aide ou sans conseil de nos directeurs, il faut qu’on continue pour terminer le chemin de cette étape de la vie.
    Bonne recherche également à toi 🙂

  4. Votre texte renvoie à deux points que j’aimerais mentionner. D’abord, à cette vérité que si l’on continue, on y arrive certainement. Je sais que dans votre texte, c’est pour suggérer la passivité du professeur ou c’est pour donner un caractère humoristique au texte mais ça marche. Je me dis souvent: «Bien, continue! » même pendant les grands doutes, les grands «je ne sais quoi faire » de la rédaction de la thèse.
    Deuxièmement, à cette vérité que si l’on continue à remercier ou complimenter une personne sans qu’elle ne mérite, la flatterie et l’hypocrisie commence à régner et pire c’est que la flatterie pénètre et développe dans un milieu universitaire… Je crois qu’on peut être tout simplement poli sans être hypocrite.
    Bonne recherche!

  5. C’est dommage qu’on ne puisse pas travailler plus sur le mémoire pendant le premier semestre, avec tous les dossiers et exposés. Bonne courage Amal avec ton mémoire ce semestre 😉

  6. Bon courage Yi Yin ! Oui, le travail sur le mémoire commence maintenant ! Ca va se passer vite mais il faut savoir s’organiser. Bon courage !

  7. Justement, c’est de l’ironie ! Il n’en a rien donné. Ce qui arrive malheureusement mais les étudiants doivent toujours réagir avec une politesse hypocrite si je peux dire.
    En ce qui me concerne, heureusement, j’ai un super directeur de mémoire qui m’aide beaucoup avec ses conseils et ses idées. Ce n’est qu’un dialogue rêvé ! 😉

  8. Ah, comme je me retrouve dans ce dialogue.. ! J’ai cette impression que nombreux étudiants de M2 ont eu un peu de mal à s’organiser entre les dossiers, les partiels et les différentes démarches qu’on devait faire pour le mémoire ! Pour revenir au dialogue, et au directeur de mémoire que l’étudiante remercie « pour ses précieux conseils ». Je trouve qu’au contraire, il n’en donne aucun. J’espère que ton directeur de mémoire sera en mesure de t’en apporter dès le premier rendez-vous !

  9. C’est vrai! On a eu beaucoup de dossiers à rendre avant les vacances. Et maintenant, c’est l’heure de travailler sur notre mémoire!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.