L’interculturel en salle et en thèse

J’ai atteint à la Vème journée de formation des « Cursos Extracurriculares de Francês » à l’Université de São Paulo (USP). Il s’agit d’un cycle de communications semestriel organisé par le département de Français et destiné aux enseignants et aux chercheurs en FLE. Les intervenants sont, quant à eux, soit des professeurs invités d’autres universités, soit des enseignants de français des cours offerts par la formation continue.

Le colloque en question a l’intitulé « L’interculturel en action : pratiques et réflexions sur l’enseignement d’une langue-culture », ce qui explique mon intérêt, puisque je travaille sur la compétence interculturelle dans les manuels de langues étrangères. L’autre partie de l’intitulé a été expliquée lors de l’ouverture du colloque par Eliane LOUSADA, auteure et organisatrice de ces cycles : il est question des communications autour d’un domaine spécifique du FLE toujours en rejoignant la recherche académique et le travail concret en salle de classe.

La volonté de traiter de ces deux aspects du travail du professionnel de FLE vient d’une nécessité des enseignants de la formation continue : Cet organisme de l’USP accueille plus de 500 apprenants de français langue étrangère qui sont encadrés par les étudiants en master ou thèse du département de Français. La plupart de ces thésards font des recherches dans le domaine du FLE et utilisent la formation continue en tant que laboratoire pour leur travail académique aussi que pour le développement de leurs pratiques en tant que profs. Cette indissociation entre la recherche et le métier se voit à chaque communication (appelés « ateliers »), où la théorie débauche sur des séquences pédagogiques bien concrètes, ou inversement.

Parmi les 7 ateliers proposés de 9h jusqu’à 17h, j’ai pu en participer à 4. Le premier s’appelle « La téléréalité pour enseigner une langue-culture ». Les deux intervenantes, Emily Caroline DA SILVA et Simone DANTAS-LONGHI, ont insisté sur plusieurs réflexions d’ordre pédagogique quant aux types de savoirs culturels, sur la relation entre langue et culture et sur la fréquente négligence des enseignements des savoirs culturels au profit de savoirs linguistiques. Comme l’atelier de Luiza GUIMARÃES et Priscila AGUIAR MELÃO, le développement d’une compétence interculturelle à partir d’un genre textuel spécifique s’est avéré très stimulant. En effet, le meilleur lien entre une langue et sa culture est la compétence communicationnelle (Hymes), qui comporte l’activité langagière et son inscription sociale. Une fois que le savoir-faire culturel est mis en œuvre pour contribuer au développement de cette compétence, les études culturelles gagnent plein essor. Les études à partir des genres spécifiques redonnent au discours sa situation et les règles qui le régissent : tout savoir culturel devient donc essentiel. Par ailleurs, les pubs et les émissions de téléréalités choisies pour les séquences didactiques étaient très riches en ce qui concerne un savoir-vivre interculturel.

un des documents utilisés dans les séquences didactiques de l'atelier sur l'usage de téléréalités en salle de classe
un des documents utilisés dans les séquences didactiques de l’atelier sur l’usage de téléréalités en salle de classe

L’atelier « Si tu me cherches, tu me trouves » portait sur l’usage des proverbes français pour le développement d’une compétence interculturelle. Contrairement aux deux ateliers mentionnés plut haut, ici c’étaient les activités qui déclenchaient les réflexions : le décentrement de l’apprenant et le savoir interpréter interculturel étaient le refrain de nos discutions. Les intervenantes, Tereza Cristina BULLA et Aina CUNHA CRUZ, ont mis l’accent sur le côté ludique des usages des proverbes faisant appel à l’humour pour leur interprétation et leur usage à des contextes précis. Cet atelier a beaucoup dialogué avec l’atelier de Sandra FALCÃO, qui portait sur l’humour et l’intercompréhension culturelle. La quête de « ce qui nous fait rire », une sensibilité qui est plus ou moins partagée par les peuples, devient alors une entrée très fructueuse pour la mise en place de ce décentrement nécessaire pour l’échange et la découverte de  l’« autre ». Un travail sur l’intercompréhension et le savoir-interpréter interculturel, cet espace où nous allons désarmés pour pouvoir communiquer, devient chaque fois plus important si on prend en compte notre société mondialisée et les échanges dans l’Union Européenne depuis sa création. En effet, la cerise sur le gâteau de Mme FALCÃO était la clôture de son atelier par un traitement particulièrement prolifique du document ci-dessous.

UE

Nous, le public, sommes sortis de l’amphithéâtre doublement enrichis : en tant que chercheurs et en tant qu’enseignants.

Danilo Andrade

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde

More Posts


Une réflexion sur « L’interculturel en salle et en thèse »

  1. Essentiel ce paramètre pour la bonne communication dans toutes ses nuances! En effet, les proverbes recèlent des trésors de sagesse qu’il est bon de connaître; de plus, leur vocabulaire est en général très riche, très concret. Moins convaincue de l’intérêt de la téléréalité, je mettrais plus l’accent sur des extraits de films choisis, si possible avec fragments du scénario, malheureusement, ils ne sont pas faciles à obtenir! Mais tout document authentique fait l’affaire… M.B. Ruel, professeur de FLE durant de nombreuses années …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.