Locution « Si jamais…. »

« Apprendre le français  « c’est pas évident !» » Exclamait mon professeur de français à ton de moquerie, chaque fois qu’on avait de mauvais résultats dans nos évaluations à l’école. De la phrase originaire « Ce n’est pas évident ! », cette locution constituait pour moi le début de plusieurs plongements dans une recherche sans cesse que j’ai dû entreprendre pour essayer de rentrer dans la pensée des français, n’ayant qu’un seul but, comprendre ce qu’ils veulent exprimer, sans l’intervention de ma langue maternelle dans la traduction littérale des mots qui composent  chacune de ces expressions idiomatiques. Plus tard une fois dans cette ville et assis dans une salle de classe à l’université,  une nouvelle locution m’étonne. « Si jamais… » Une locution conjonctive. Lorsque mon professeur de méthodologie  dit à la classe «  Si jamais vous ne me retrouvez pas  dans mon bureau, vous pourrez laisser vos devoirs dans mon casier » Encore une fois l’emploi de la négation pour exprimer une idée affirmative !  Un tournage étrange ? Oui!. Pour comprendre ce que cela voulait dire, j’ai posé la question, bien évidemment, à des natifs et aucune des cinq personnes  à qui je me suis adressé n’a su m’expliquer pourquoi ils utilisaient le « Si jamais… ». Ils répondaient « Beh, c’est comme ça, on comprend ! ». Voilà que j’ai compris que ce n’était pas une mauvaise réponse de leur part, puisque dans toutes les langues, on peut se permettre de répondre  « c’est comme ça » même dans la langue espagnole. Voici quelques aperçus de son utilisation :

Adverbe de temps – XIo ; de ja, lat. jam « déjà« , et mais, lat. magis « plus » jamais (sens positif) :

  • En un temps quelconque, un jour (passé ou futur)

Exemples tirés du Littré, où il est difficile, voire impossible de remplacer si jamais par au cas où. Tous ces exemples fonctionnent avec si un jour, ce qui nous renvoie à l’étymologie de jamais.

Si jamais il parut un homme extraordinaire…, c’est dans ces rapides moments d’où dépendent les victoires, BOSSUET, Louis de Bourbon.

Si jamais l’on peut dire que la voie du chrétien est étroite, c’est, messieurs, durant les persécutions, BOSSUET, Reine d’Anglet.

 

  • Jamais avec si : au cas où.

Une certitude : si jamais ne concerne jamais l’instant présent, et l’on peut comprendre jour par heure, moment (passé ou futur) :

Si jamais tu fais une bêtise, tu vas voir tout à l’heure…
Au cas où tu ferais une bêtise, la sanction est …

D’autres exemples:

  • Si jamais je dis une bêtise, n’hésitez pas à intervenir.
  • Si jamais je ne suis pas revenu dans une heure, appelez la police.
  • Et si jamais c’était ma solution qui était la bonne ? Ça vous en   boucherait un coin, non ?

Bibliographie:

Internet: Google. http://french.stackexchange.com.  French language Beta

Internet:  https://fr.wiktionary.org.

Céspedes

Étudiant en Didactique du FLE/FLS et langues du monde Master 2 à l'Université Sorbonne Paris 3.

More Posts


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.