Approches du document authentique – compte rendu – DILTEC 2012

 

Le plus souvent, dans l’apprentissage d’une langue étrangère en milieu exolingue, les apprenants sont confrontés à une langue normée, à un français standard et même soutenu. C’est ce qu’on trouve généralement dans les manuels scolaires du FLE qui présentent par exemple les règles linguistiques, syntaxiques conformément au français standard. En même temps, le français des natifs est utilisé de manière spontanée et  il n’est pas rare que  ceux-ci utilisent  un langage non formel qui n’est pas toujours disponible dans les manuels, mais plutôt dans les documents authentiques.

Pour enseigner aux apprenants une langue étrangère plus proche de la langue native, pour montrer une image authentique du monde et enfin pour offrir du français véritable, l’utilisation des documents authentiques est fortement conseillée, vu que ceux-ci mettent l’accent sur l’apprentissage dans une communication réelle.  D’ailleurs, les documents authentiques sont devenus des supports incontournables dans le processus d’enseignement-apprentissage des langues étrangères.

Puisque nous avons abordé ce sujet, il nous semble important de définir ces documents authentiques et de voir par quoi se  différencient-ils des  documents didactiques et didactisés? Nous rappelons donc qu’un support authentique est celui qui n’a pas été conçu à l’origine  en vu d’être utilisé en classe de langue ( il peut s’agir d’une photo, d’un texte littéraire, d’un extrait d’une émission de radio, un article de presse etc.). Il peut être écrit, audio ou audiovisuel et il est conçu par un locuteur natif et destiné à d’autres locuteurs natifs, sans être pourvu à l’origine d’intentions didactiques. Nous ajoutons que parfois il faut se méfier de l’authenticité de certains documents qui peuvent ne pas garantir  un apprentissage authentique en classe. Selon Bailly, le document authentique qui est extrait de son environnement d’origine et “transporté dans la classe (…) revêt ipso facto un caractère didactisé”. (Bailly :70) . Sorti de son contexte d’origine, le document perd une partie de sa fonctionnalité communicationnelle  d’origine. D’ailleurs, dès lors que ce type de document est modifié à des fins didactiques, c’est-à-dire “adapté, coupé, résumé, expurgé, voire réécrit et subit des transformations visant à le rendre plus accessible à un public d’apprenants (Quivy et Tardieu 2002:100) il devient un document didactisé. Nous constatons qu’un document didactisé n’est autre qu’un document authentique adapté et intégré à une démarche d’enseignement.  En ce qui concerne les documents didactiques, qu’on appelle aussi pédagogiques ou fabriqués, ils sont “créés de toutes pièces pour la classe par un concepteur de méthodes ou par un enseignant” ( Robert :14).

En Roumanie, l’approche communicationnelle dans l’enseignement du français langue étrangère n’est pratiquée que depuis une dizaine d’années et “l’intégration du document authentique en tant que support et stratégie didactique est encore timide” (Gâta & Ganea : 2012). En même temps, il est considéré que le document authentique est “le réservoir précieux de contenus culturels” (Gâta & Ganea : 2012). En effet, son emploi dans la didactique des langues étrangères est essentielle dans l’acquisition de la  compétence discursive et aussi de la compétence (inter)culturelle. Dans un contexte où l’accent est mis sur la compréhension et la production des textes écrits, tandis que la compréhension et la production orale sont beaucoup moins exercées, “une approche discursive du document authentique ouvre des voies d’exploitation didactique à même de combler cette niche” (Gâta & Ganea : 2012).

D’après les auteures du compte rendu présenté dans la brochure  Langues, cultures, sociétés : interrogations didactiques , le recours à l’analyse du discours comme méthode employée dans le développement de la compétence discursive  permettrait  une intégration ‘naturelle’  du document authentique dans la formation en FLE. Ainsi, elles se sont proposés dans un premier temps de montrer les limites de l’approche des actes de discours dans les manuels de FLE et dans un deuxième temps d’analyser le fonctionnement des actes de langage en interaction à partir des  échantillons de discours authentique prélevés des forums électroniques.

Concernant les supports qui peuvent être utilisés en classe de FLE, nous retiendrons  qu’il est utile de privilégier les supports authentiques et  aussi trouver les meilleurs moyens qui permettent aux apprenants de mieux comprendre le fonctionnement de la langue cible et d’en tirer le plus grand profit. Dans l’utilisation des documents authentiques il est conseillé de  tenir compte de l’âge des apprenants, de leurs centres d’intérêts, des aptitudes qu’on veut développer aux apprenants. De plus,  il est nécessaire de contextualiser ces documents, de mentionner leur source ou origine ce qui facilitera la compréhension et, autant que possible, de faire un choix varié des documents – supports ( choisir en alternance des dialogues, des chansons, des extraits d’émissions de radio etc.) afin d’éveiller l’attention et l’intérêt des apprenants.

 

Bibliographie:

  1. BAILLY, D. (1998b). Les mots de la didactique des langues, le cas de l’anglais. Gap : Ophrys, p.70.

2.  Gâta A., Ganea A. (2012), Approches du document authentique : apports de l’analyse du discours dans la formation de FLE , Langues, cultures, sociétés : interrogations didactiques, Colloque DILTEC, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, organisé le 20-21-22 juin.

3.  Quivy M. et Cl. Tardieu, (2002), Glossaire de didactique de l’anglais, Paris: Ellipses , p. 100.

4.  ROBERT, J-P. (2002). Dictionnaire pratique de didactique du FLE. Paris:  Ophrys, p. 14.

 

Timuc Mirela

Étudiante en Master 2 - Didactique du Français Langue Étrangère

More Posts


2 réflexions sur « Approches du document authentique – compte rendu – DILTEC 2012 »

  1. Merci de ton partage, Mirela ! C’est passionnant d’en discuter ! Puisque c’est une question inévitable dans l’enseignement/apprentissage d’une langue étrangère.

    Si nous voudrions donner la vie à la langue étrangère qu’on apprend, il faudrait tenir l’«impact » avec elle dans le but de susciter notre intérêt à elle, il faudrait aussi connaître ses différentes formes d’existence, surtout la forme sous laquelle elle se circule dans la vie quotidienne d’aujourd’hui, quand même, notre finalité est d’être capable de s’exprimer et de communiquer avec les gens en cette langue. Nous devrions suivre ses pas, de toute façon, la langue, elle évolue.

  2. Bonjour Mirela, merci de ton billet très précis. Avec la mise en oeuvre de l’approche communicative dans votre pays, ils y joueront un grand rôle. Cela me rappelle que l’année dernière, une camarade malaisienne, elle collecte régulièrement des documents (souvent des brochures de publicité) dans la rue pour établir un stock pour son métier d’enseignement ultérieur, et elle m’a proposé de faire ça aussi. Je dis ça pour vous montrer qu’on pense que ces documents sont vraiment importants dans un enseignement d’une langue étrangère(surtout une langue d’une culture lointaine), non seulement sur le niveau linguistique, mais aussi culturel et pragmatique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.