Ce n’est pas la langue que j’ai apprise …

Au cours des entretiens avec les étudiants chinois de spécialité de français qui mobilisent en France pour continuer leurs études universitaires, une locution régulière dans leurs discours est intéressante. Il y a mille fois quand j’ai entendu telle locution : « Le français en France n’est pas le même le que l’on apprend en Chine », je me suis demandé comment interpréter d’une manière appropriée en ne pas loupant les effets illocutoires liés éventuellement au contexte d’expression. Existe-t-il deux systèmes phonétique, graphique, syntaxique, sémantique de français, celui enseigné en Chine et celui en vigueur en France (essentiellement en contexte universitaire) ? Ou s’agit-il deux systèmes de représentations de cultures éducatives, celle chinoise opposée à la française ? J’aimerais à travers une petite recherche essayer d’apporter quelques explications liées à la culture éducative chinoise.

Afin de comprendre cette locution, il faut comprendre le système éducatif chinois, essentiellement la méthodologie d’enseignement en cours de FLE. L’enseignement du FLE en contexte universitaire est « marqué par une forte domination de la logique transmissive » (CAO, 2015), l’apprenant préconise imiter le modèle de l’enseignant au lieu de créer des expressions par initiative (Bouvier, 2003). On a l’impression d’avoir trop d’exercices de grammaire en Chine passés par l’écrit, mais une fois en mobilité en France, on a perçu la place dominante de l’oral en classe de l’université et dans la vie quotidienne. Ce phénomène s’explique par ce que la culture éducative chinoise est appartenue à une culture écrite, et qu’il y a toujours un manuel à apprendre en classe. On imite les modèles donnés par le manuel en les répétant hors contexte de communication auquel ils devraient s’inscrire. Cela rend difficile l’apprentissage en France passé par la prise de notes, sans support écrit (Vigne, 2013). Cette altérité perçue au plan de la culture éducative, à cause de la place accordée à l’oral et à l’écrit, se traduit par la reconstruction de la représentation du français utilisé en France comme « une langue différente » par rapport à celle que l’on avait apprise en Chine.

Bibliographie

Bouvier, B. (2003). Chinois et français : quand les habitudes culturelles d’apprentissage s’opposent. Ela. Études de linguistique appliquée, no 132(4), 399‑414.

Cao, Y. (2015). Les Tice et l’enseignement-apprentissage du FLE en milieu exolingue : les pratiques dans un département de français en Chine. Alsic. Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication, (Vol. 18). Consulté à l’adresse https://alsic.revues.org/2826

Vignes, L., (2013). Témoignages d’étudiants chinois à l’université en France : de la culture d’enseignement / apprentissage aux stratégies personnelles. Synergie Chine, n° 8, p. 125-135.

GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

More Posts - Website


12 réflexions sur « Ce n’est pas la langue que j’ai apprise … »

  1. Je pense que ce genre de phénomène existe partout dans le monde. Il y avait un de nos chercheurs -enseignants à la Sorbonne qui m’avait dit que le français qu’il a étudié à l’université n’est pas le même qu’on utilise dans le monde des affaires économiques. Les discussions de ses collègues en entreprises étaient une autre langue pour lui bien qu’ils parlent en français et qu’il ait un diplôme de doctorat en France.
    Au sein de la Chine, un chinois du nord qui voyage au sud, est-ce qu’il va comprendre parfaitement quand il communique avec les gens locaux ? La réponse est probablement non ! Au début de quelques jours il aura mal aux oreilles et à la tête. Parce que ce n’est pas sa langue (le dialecte) qu’il parle au nord.
    Chaque pays dispose sa propre culture éducative. En vue qu’elle est tellement implantée au fond de notre histoire, je pense qu’il faut la respecter. Il y a plusieurs de nos collègues qui travaillent sur le FOU en Chine. Je ne pense jamais que la langue parlée pourrait être un obstacle. On doit se permettre d’avoir du temps de s’approprier et de vivre une langue parlée.

    1. Je suis bien d’accord pour le fait que la langue maternelle ne devrait pas considéré comme des obstacles, qui pourraient très bien contribuer au développement de la compétence plurilingue et pluriculturelle. Ce qui pose le problème est que l’éducation en contexte universitaire en Chine n’amène pas les apprenants de réfléchir sur cette altérité entre ces deux cultures bien distinctes. La difficulté s’explique par le fait d’existence d’altérité, mais se résout par la mise en pédagogie.

        1. Je veux dire qu’on devrait regarder les avantages et les valeurs dans l’apprentissage du français au sein des universités en Chine quand même.

  2. J’ai aussi entendu parler de cette locution. Concernant cette situation, je pense que c’est aussi le problème des manuels utilisés dans les universités chinoises. Même jusqu’aujourd’hui, la plus part des universités chinoises utilisent un manuel bilingue rédigé par les chinois dans les années 1990! Donc il est normal que certains contenus dans ce manuel sont dépassés. Quand j’étais à l’université, mon professeur français nous avons dit que les jeunes n’utilisaient jamais certains mots enseignés dans le manuel, c’étaient les mots de l’époque de ses parents.

    1. Merci pour ton commentaire. Les manuels de FLE en Chine est en évolution. En coopération avec des éditeurs français, ils empruntent des méthodes récentes, tels que Reflets et Le Nouveau Taxi, etc. Le problème se pose sur l’utilisation des manuels, car ces méthodes sont utilisés souvent pour retenir par cœur afin d’imiter les modèles. Cette manière d’enseignement-apprentissage, autrement manière d’utiliser le français, influence la représentation des étudiants chinois.

  3. C’est vraiment une affaire compliquée! Je pense que cela s’explique non seulement par la culture éducative des deux pays, mais aussi par les caractéristiques de ces deux langues. Le chinois est idéographique alors que le français est le contraire. Les apprenants chinois apprennent des langues étrangères comme l’anglais, le français en renvoyant aux méthodes avec lesquels on apprenait le chinois. Et l’enseignant sinophone de FLE hérite la tradition pédagogique en Chine, c’est-à-dire désigner les apprenants pour prendre la parole, imiter les exemples tout faits, etc.

    1. C’est vrai ! Dans le texte de Bouvier (2003), elle a également indiqué le phénomène, lié à la nature de la langue chinoise. Le chinois préconise des expressions concises, ce qui préconise d’exprimer une idée par le moindre de mots, tel que le poème chinois dont la signification profonde ne se manifeste qu’à travers cinq ou sept caractères. Cependant, en français la langue insiste sur la logique et l’explicitation des idées. Cette divergence au niveau de la langue établit également une barrière aux apprenants chinois sur leur représentation du français en France.

  4. Je pense que tous les apprenants étrangers se disent la même chose, que la langue française qu’on leur enseigne, celle des manuels, est différente de celle que vont utiliser les Français. Cela s’explique sans doute du fait qu’en France, on n’écrit pas comme on parle. Je pense que la didactique du français parlé pourrait t’intéresser !

  5. Merci Yigong pour ce partage. Il est clair qu’il y a une perception différente au niveau de la langue utilisée en Chine et en France chez des étudiants chinois mais je voulais juste demander, si je peux me permettre, si vous, en tant qu’étudiants chinois, vous faîtes des efforts pour changer ou juste pour développer cette conception de langue chez des étudiants chinois en milieu universitaire en Chine, non en France.

    1. En milieu universitaire, en tant qu’enseignant d’origine chinoise, ce que nous pouvons faire est très limité, car la la préparation d’entrer à l’université française n’est pas le seul souci d’une formation universitaire en spécialité de français. Il s’agit également de les préparer comme futur traducteur, interprète, médiateur, etc. Ainsi dans certains de ces métiers la communication orale ne sont pas forcément dominante. La plupart d’universités chinoises optent pour recruter des lecteurs français diplômés de Master FLE afin de donner la possibilité aux étudiants de s’habituer aux habitudes françaises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.