Compte rendu du chapitre « L’article français et ses descriptions » de l’ouvrage « Grammaires et didactique des langues, H. Besse – R. Porquier »

On voit que dans la langue française, l’article, c’est un domaine irraisonnable qui pose des problèmes aux apprenants du français. Il est difficile de déterminer le rôle sémantique et l’espèce de l’article dans une phrase parce qu’ils peuvent être utilisés dans différents rôles tels que pronom ou article. C’est la raison pour laquelle les articles sont regroupés par trois critères : critère d’ordre, critère morpho-syntaxique et critère sémantique.

A partir de la deuxième partie, l’ouvrage nous montre qu’en fait, l’article vient du latin. Nous voyons, en latin, l’existence des articles et des particules qui ont été utilisés pour exprimer le genre et le cas. Donc comme les articles existent dans la langue latine, les linguistes ont essayé de faire une observation concernant les articles. Après le travail qu’ils ont mené, ils ont constaté que parmi les élèves qui avaient appris les articles en français arrivaient à reconnaître les articles dans des phrases latines. Cela nous montre que la connaissance d’une règle grammaticale dans une langue nous permet de reconnaître la même règle existant dans une autre langue en transférant nos connaissances déjà acquises.

Nous constatons également qu’en français on a deux articles qui apparaissent : article défini, article indéfini. Les noms déterminés par un article ont des sens différents. Chaque nom déterminé par des différents articles a des différents sens selon l’article que l’on utilise. Cependant, au 18e siècle, les grammairiens ont constaté qu’en français, selon eux, c’est l’ordre des mots et les prépositions qui déterminent les cas et les sens. Ils posent des questions concernant les cas, les prépositions et les articles telles que : Existe-t-il une différence entre de et pour dans l’amour de la patrie et l’amour pour la patrie ? L’un des grammairiens de l’époque, Ch. P. Girault-Duvivier, a divisé l’article en deux catégories : l’article simple le, la, les ; l’article composé au, aux, du, des.

Vers la fin du 17e et le début du 18e siècle où on discute encore sur la distinction de l’article défini/indéfini, on voit l’émergence de l’article partitif dans les œuvres des grammairiens de l’époque. L’un des grammairiens a classé les articles partitifs comme : du, de la, à des, à de, de, à du, à de la. Pourtant, selon H. Yvon, on voit les articles partitifs réapparaître à partir des années 1950.

A part tout cela, le chapitre se penche sur les descriptions contemporaines des grammairiens faites par G. Guillaume, B. Pottier et A. Culioli. Concernant les articles, G. Guillaume propose deux opérations de pensée : l’accession au général à partir du particulier et l’accession du particulier à partir du général. L’article « un » qui s’approche du singulier numérique  exprime la particularisation et l’article « le » qui tend vers l’infinitude de la vision universelle exprime la généralisation. Il nous donne un  exemple sur sa proposition afin de mieux expliquer et éclaircir le sujet. Pour lui « Le soldat français sait résister à la fatigue » n’a pas le même sens que « Un soldat français sait résister à la fatigue ». On remarque qu’il y a une « différence de visée » entre ces deux phrases, selon la proposition de Guillaume.

On traite la proposition de B. Pottier sur les articles. Ce qui est proposé par Pottier, c’est qu’il s’agit d’une notion de « prospection » et de « rétrospection » selon l’utilisation de l’article. Il essaie aussi de clarifier sa pensée en donnant des exemples. Selon Pottier, l’article « un » exprime, pour le locuteur, un élément nouveau, prospectif. L’article « le » exprime un élément connu ou pris tel qu’il est. L’exemple : « je cherche un taxi » exprime une vision prospective, non déterminée et « le taxi vient d’arriver » exprime une vision rétrospective, déterminée.

Dans la dernière partie du chapitre, il s’agit de l’observation de l’article comme trace d’opération. Le projet métalinguistique de A. Culioli, ainsi que les approches de G. Guillaume et de B. Pottier partagent la même idée qui consiste à élaborer une opinion générale, importante lors de l’examen des différentes langues. Ils nous proposent 3 modèles abstraits, appelé « schéma de lexis » contenant 3 dimensions qui sont liées par notion. Ainsi, l’article peut être considéré comme un signe, comme un ensemble des déterminants. Il existe trois opérations essentielles: fléchage, extraction et parcours. Ces opérations s’effectuent à deux niveaux: niveaux de la lexis assertée et à l’extérieur à la lexis. Ces auteurs considèrent que les articles sont comme un réseau de repérage serré que l’énonciateur attribue aux notions de son énoncé. Pour conclure, ces trois opérations basiques se sont intégrées dans le système de lexis sur le plan de l’énonciation.

En conclusion, chaque grammairien analyse et observe la langue différemment même s’ils ont tous la même réalité devant eux. Chacun d’eux a de différentes méthodes d’analyse et d’observation sur un même modèle grammatical ou de modèles différents. Les grammairiens ont tous des opinions différentes les unes des autres concernant les règles grammaticales. Cela nous montre que l’objectif de la grammaire n’est donc pas de mettre des règles dans des cadres absolus mais de réfléchir sur leurs rôles et le mécanisme de leurs systèmes.

Références

Rémy Porquier, Henri Besse, Grammaires et didactiques des langues, 2004

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et d'un Master Didactique des langues

More Posts


Une réflexion sur « Compte rendu du chapitre « L’article français et ses descriptions » de l’ouvrage « Grammaires et didactique des langues, H. Besse – R. Porquier » »

  1. Un compte rendu très enrichissant et informative sur un point linguistique tellement propre au français. En tant qu’apprenante de FLE je me souviens notre professeure qui nous disait qu’il y a aucune règle pour la distinction de l’article féminin et masculin et qu’il faudrait tout apprendre par cœur. Actuellement je donne la même réponse à mes apprenants en tant que bénévole pour une association. Pour les allophones les articles peuvent poser beaucoup de difficultés car la palette de choix est assez grande (par rapport à d’autres langues).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.