Journée d’Etudes « Sens en interaction »

La Journée d’études n°2 du projet franco-brésilien « Sens en interaction » s’est déroulée le 13 novembre 2015 dans la salle Las Vergnas dans le site de Censier. Le projet est mené par des membres de l’équipe IDAP du DILTEC (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3) et des membres du Département d’Education de l’UNIFESP (Universidade Federal de Sao Paulo) et du CENPEC de Sao Paulo (Centro de Estudos e Pesquisas em Educação, Cultura e Ação Comunitária) et vise à étudier les gestes professionnels de médiation du sens dans les interactions de classe. Les recherches ont été orientées par les deux questions suivantes : 1. Par quelles médiations/étayages/conduites interactionnels, les enseignants contribuent à « faire entrer les élèves » dans le sens des « textes », des grandes unités (textes proprement dits) aux plus petites unités (sens des « mots ») ? ; 2. Dans quelle mesure et comment peut-on former les enseignants à cette dimension de leur métier ?

Suite à la première journée réalisée en octobre 2014, la matinée a été consacrée à la présentation des travaux conduits dans des perspectives différentes en France (région parisienne) et au Brésil (Sao Paulo) : approches interactionnistes, didactique, sociologie de l’éducation. L’après-midi, une discussion méthodologique et prospective a eu lieu dans la salle de réunion de la DSIC de l’Université Paris 3 (Centre Bièvre) en visio-conférence avec les coordinatrices brésiliennes du projet. Pour 2016, un second projet serait soumis.

Du côté brésilien, Rosangela Nogarini Hilario (UNIFESP, São Paulo) avec la communication « La co-construction du sens dans les classes de portugais langue maternelle : le rôle des paires question-réponse » a présenté sa recherche portant sur les paires de questions et réponses présentes dans les classes de langue portugaise, afin d’analyser le type de questions et l’efficacité de gestes didactiques qui l’accompagnent comme stratégie de co-construction de la signification des mots ou des expressions linguistiques.

Dans le cadre théorique, études brésiliennes ont montré que les paires question-réponse visent surtout encourager les élèves à participer, pour évaluer leurs connaissances, l’enseignant pose des questions auxquelles il a déjà prévu les réponses possibles. La paire question-réponse est établie lorsqu’un énoncé du professeur ou de l’élève demande une réponse immédiate, même si la réponse n’est pas oralisée.

Le corpus est issu de données récoltées dans une école primaire située dans une région de haute vulnérabilité sociale à São Paulo. Les analyses ont été faites sur les questions suivies ou non de réponse, la nature de ces questions et la direction donnée par l’enseignant aux questions. Dans 9 extraits, 152 segments, 44 questions dont 28 posées par l’enseignant rectifiées par les élèves, 39 paires de question-réponse dont 9 sont suivies de la réponse dans le même tour de parole, la majorité est faite à partir des activités de compréhension écrite. Les types de question trouvés dans les exemples présentés : compréhension, organisation du texte, opinion, conceptualisation, orientation.

Les paires question-réponse ont un format très précis, c’est-à-dire, cela ne crée pas de problématique ou de réflexion à propos des significations, ce sont des réponses ponctuelles et uniques, même si la réponse n’a pas été prévue par l’enseignant. Dans la recherche, les questions de conceptualisation sont dans la majorité émises par les élèves qui reçoivent ce type de réponse, sans vraiment clarifier le doute présent dans la question.

Programme


Monica RIBEIRO CUNHA

Diplômée en Langues Française et Portugaise à la Pontificia Universidade Catolica de Sao Paulo (Brésil), actuellement en Master 2 Recherche Didactique du Français Langue Etrangère/Seconde et Langues du Monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Follow Me:
TwitterFacebookLinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.