Pédagogie du projet avec web social dans la didactique du FLE à distance chez les apprenants sinophones

Suite aux nombreux appels de formation et recherches sur la formation à distance en Chine, dont l’enseignement du FLE fait partie, il existe un grand enthousiasme à exploiter les avantages pédagogiques de l’environnement virtuel. Cependant déterminé par la méthodologie traditionnelle et le modèle culturel chinois, l’enseignement-apprentissage du FLE à distance en Chine est dominé par la transmission de connaissance et l’imitation des modèles linguistiques donnés (Cao, 2015 ; Bouvier, 2003) pendant des cours médiatisés par audioconférence synchrone ou vidéo enregistrée asynchrone. Régis par le modèle centré sur le contenu, les apprenants chinois ont éprouvé des besoins de communication avec le monde francophone hors le cadre de classe, et de développer l’autonomie apprendre à apprendre. Il est nécessaire de concevoir un dispositif d’enseignement-apprentissage à surmonter le modèle transmissif par l’intégration des tâches actionnelles et accompagner les apprenants vers l’autonomie.

Ainsi cette recherche vise à répondre au questionnement suivant : quel dispositif didactique à distance favorise l’interaction des apprenants avec le monde francophone ? Quelle(s) autonomie(s) que le dispositif vise à développer ? Au lieu de la considérer comme innée mais plutôt une compétence à acquérir au cours d’apprentissage (Barbot, 2000), comment le dispositif favorise son développement ?

Afin de répondre ces questions, on a supposé que le projet pédagogique décomposé de tâches actionnelles qui se tournent vers le web social peuvent favoriser la prise d’initiative de communication des apprenants chinois avec les locuteurs du réseau. Cette initiative des apprenants au niveau de décider les objectifs d’apprentissage, d’autoréguler la motivation et la relation interpersonnelle, de produire des discours de manière spontanée et de prendre des risques de s’impliquer dans la communication est au cœur de l’autonomie. En vue d’amener les apprenants de dépendance vers l’autonomie, il est nécessaire de mettre en œuvre un dispositif d’encadrement tout au long de l’apprentissage par projet, autrement dit le tutorat.

Ce projet, convenable à la « logique actionnelle » (Bourguignon, 2006 : 57), préconise l’authenticité de la tâche actionnelle tournant vers le monde extérieur, constitué par web social. Ayant pour objectif de construire un site d’apprentissage de chinois (http://www.censier.work/), 14 apprenants chinois de niveau intermédiaire préparent, en fonction de leur intérêt, un enchaînement de neuf tâches actionnelles dans un dispositif de formation à distance, et visent la publication sur de différents types de web social francophone. Les tâches se déroulent totalement à distance en sous-groupes de trois à cinq divisés par le tuteur en fonction des thèmes choisis par les apprenants, qui sont encadrés par un tuteur chinois, qui est également chercheur du terrain.

Le corpus est constitué d’une part par les productions des apprenants sur le web social, qui seront analysée d’une méthode d’analyse des discours médiatisés par ordinateur afin de comprendre les aspects socio-affectifs des productions, du fait que l’intervention riche de marqueurs socio-affectifs signifie une posture de communication active vers le monde hors le cadre de classe (Jeanneau & Ollivier, 2009). Il sera constitué également par les interactions entre les apprenants, les apprenants et le tuteur afin de comprendre quelle(s) pratique(s) tutorale(s) est/sont efficace(s) d’inciter les apprenants de prendre l’initiative, autrement de développer l’autonomie chez l’apprenant.

Mot-clé : autonomie, pédagogie du projet, perspective actionnelle, tutorat, web social.

Bibliographie

2015年在线教育用户行为调查报告 – E之家. (s. d.). Consulté 1 janvier 2016, à l’adresse http://down.aieln.com/2015/577.html

Barbot, M.-J. (2000). Les Auto-apprentissages. Paris: Clé international.

Bourguignon, C. (2006). De l’approche communicative à l’approche communic’actionnelle: une rupture épistémologique en didactique des langues-cultures. Synergie Europe, 1, 58–73.

Bouvier, B. (2003). Chinois et français : quand les habitudes culturelles d’apprentissage s’opposent. Ela. Études de linguistique appliquée, no 132(4), 399‑414.

Cao, Y. (2015). Les Tice et l’enseignement-apprentissage du FLE en milieu exolingue : les pratiques dans un département de français en Chine. Alsic. Apprentissage des Langues et Systèmes d’Information et de Communication, (Vol. 18). Consulté à l’adresse https://alsic.revues.org/2826

Jeanneau, C., & Ollivier, C. (2009). Eléments influençant la nature des interactions en ligne des apprenants de langues. In Actes du colloque Échanger pour apprendre en ligne (EPAL), Grenoble (p. 5–7). Consulté à l’adresse http://www.researchgate.net/profile/Catherine_Jeanneau/publication/242243913_LMENTS_INFLUENANT_LA_NATURE_DES_INTERACTIONS_EN_LIGNE_DES_APPRENANTS_DE_LANGUES/links/0deec5369fc7d18aca000000.pdf

GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

More Posts - Website


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.